Le Blog de RichesHeures.net

mardi, 23 mai 2017

Un funiculaire en HO - Etape 4

Les premières pièces sont maintenant prêtes pour partir chez l’imprimeur. Beaucoup de pièces ont été plus ou moins retouchées. Il n’y a que les pièces de bases qui doivent permettre de rendre le modèle fonctionnel. L’habillage et le décor suivront lorsque tout sera bien au point.



Rendez-vous un peu après la mi-juin pour la réception et la mise en œuvre de tout cela.

jeudi, 18 mai 2017

Un funiculaire en HO - Etape 3

Après réflexion, il est temps maintenant de passer à une première étude.

Tout d’abord, le kit doit rester simple à réaliser, fiable et bon marché. Le plus logique est alors de se contenter d’une voie unique avec une seule voiture. Eventuellement on pourra faire une voie double avec deux voitures en juxtaposant deux voies simples. Mais dans ce cas, et contrairement à la réalité, les deux voitures ne seront pas reliées entre elles.

Voici une maquette numérique de l’ensemble du système.

La pente est de 40 % soit la valeur du funiculaire du Mont-Dore. Cette pente présente un avantage car elle forme un angle qui tombe juste à 21,8° (en fait 21,801409486351811770244866086….). Ce sera plus commode pour la modélisation.
Avec 50% on aurait eu 26,565…° et l’approximation aurait été moins bonne.


En 1 le moteur (cliquer sur la vue ci dessus pour voir les N°). Il s’agit d’un motoréducteur à vis sans fin 12 V DC. Il tourne à 34 tours par minute sous 12 V. Avec un treuil de 1,4 cm de diam, la voiture montra de 149 cm par min soit 2,48 cm par seconde.
En baissant la tension on pourra ralentir la vitesse et en inversant la tension, le faire tourner dans l’autre sens. Du moins c’est la théorie, on verra bien à la pratique.
L’axe comporte un méplat d’une taille qui semble variable. Eventuellement il faudra le reprendre à la lime.
Ce type de motoréducteur se trouve à moins de 10 € sur Amazon.


En 2 se trouve le treuil qui vient se monter sur l’axe du moteur. La poulie du treuil est maintenue en place par une bride clouée dans la planche de support.

En 3 ce sont les guides qui remplacent les poulies du modèle réel. Le fil, en jaune, sera ainsi maintenu latéralement. En fait ils ne sont réellement utiles qu’en courbe, en ligne droite on pourrait s’en passer.
Ces guides s’intercalent entre les traverses de la voie.

La voie est une voie Tillig pour le TT de 12 mm d’écartement. Je l’ai choisi pour l’aspect de ses traverses qui ressemble aux traverses en fonte, souvent utilisées sur les voies des funiculaires.


En 4 se trouve la voiture qui reprend le plan de celle du Mont Dore. Il n’y a encore que le châssis.
Les roues sont aussi en impression 3D pour éviter d’avoir à dépendre d’un fournisseur.
Le dessous des banquettes est dégagé pour pouvoir mettre des lests métalliques. Car pour obtenir une bonne tension du fil de traction, il faudra sans doute ajouter du poids. En effet la voiture, même avec sa carrosserie, ne devrait pas dépasser 20 g.
Et si le fil est mal tendu, il risque de sortir des guides.

Voici le dessous de la voiture. J’ai essayé au maximum se soigner la rigidité de l’ensemble vu le plan un peu particulier en escalier du plancher.
En 5 se trouve le guide du fil de traction (cliquer sur la vue ci dessous pour agrandir). Les bords sont arrondis pour éviter d’accrocher les guides de la voie. Mais normalement avec 0,6 mm de jeu de chaque côté, il ne devrait pas les toucher. D’ailleurs le guide est mis juste en arrière de l’essieu amont pour qu’en courbe le déport n’entraine par un accrochage.
En 6 se trouve le taquet qui sert à fixer le fil de traction sur la voiture.


Il va maintenant être temps de passer à une première phase d’impression pour voir si ces plans fonctionnent vraiment.

lundi, 15 mai 2017

Un funiculaire en HO - Etape 2

Avant de commencer à rentrer dans le dur du travail, il vaut mieux regarder ce qui se fait déjà en modélisme au niveau des funiculaires.

Tout d’abord Brawa a publié un funiculaire en HO (ref 6310) et en N (ref 6410). Les modèles, sans doute assez anciens, sont d’une esthétique passe partout.

Les gares ne sont pas extraordinaires et réduites au stricte minimum.

Toutefois l’évitement Abt est bien réalisé. Sur ce plan ou voit comment doit être posée la ligne. Pour s’assurer que le fil se plaque bien sur les poulies de la voie, le plan de roulement est légèrement bombé.

Mais contrairement à la réalité, il y a deux fils – un en aval et un en amont – qui relient les voitures. Cela permet de tendre les fils entre les deux grandes poulies des extrémités. On peut aussi faire passer un courant électrique pour éclairer les voitures.
C’est un système astucieux. Par contre je ne l’ai jamais vu fonctionner. Est-ce fiable sur la durée ?


Voici trois autres exemples de réalisations qui couvrent tous les principaux systèmes :

D’abord un très beau réseau HO consacré uniquement au funiculaire urbain de Bregille à Besançon. Il a aujourd’hui disparu. On a là un véritable évitement Abt totalement fonctionnel (enfin je suppose) et exact.
Plus de détail : http://railminiature25.free.fr/php/funiculaire.php

Ensuite une montagne impressionnante avec un funiculaire qui semble être de type trirail. Il est plus simple à réaliser que l’évitement Abt.
La source : http://trains-ch.skyrock.com/29.html

Le dernier exemple a été présenté à Railexpo 2016. Il s’inspire du funiculaire du Mont Dore mais est en fait un modèle à deux voies séparées comme au Tréport. C’est la solution la plus simple si on utilise deux voitures. Photo : Le Train N°345.

Je dois maintenant faire un choix sachant que je dois fournir des modèles simples à concevoir, à un prix pas trop élevé (donc pas avec des pièces trop grandes), simples à installer et fiables à exploiter.

jeudi, 11 mai 2017

Un funiculaire en HO - Etape 1

On m’a demandé si je pouvais réaliser un funiculaire en HO. Une petite ligne de funiculaire est un agrément intéressant pour animer un décor montagneux ou même de ville car il existe aussi des lignes urbaines. C’est de plus un projet très complet qui inclut des parties décoratives mais aussi fonctionnelles dans plusieurs matériaux en impression 3d.

Je pense qu'il est intéressant de faire partager cette expérience. Ce projet s’achèvera par la construction d’un module avec une petite ligne de démonstration fonctionnelle.

Dans un premier temps, il faut d'abord regarder des exemples réels. Trois lignes sont intéressantes.

Il y a le funiculaire du Mont Dore ou du Capucin. Mis en service en 1898, il a été classé au monument historique. Il gravit 175 m pour 448 (40% de pente) parcouru à l’horizontal. C’est une voie métrique.

Les voitures sont jolies et les gares sont intéressantes sans être trop grandes.

La gare amont dispose d’un mécanisme visible qui sera intéressant à reproduire. Le mécanisme serait animé réellement.


Un autre funiculaire très intéressant est celui du Pic du Jer à Lourdes. Inauguré en 1900, il gravit 475 m sur 976 m (48% de pente). Les voitures, refaites dans les années 1950, sont peu esthétiques. Par contre la ligne possède de belles gares, des viaducs, des tunnels et des portions en courbes.
La gare aval est vraiment très soignée. Malheureusement, même en miniature, elle prendrait trop de place.

La gare amont est originale avec ses quais construits sur un arc.

Le viaduc principal est une bien belle construction.


Le funiculaire de Saint-Hilaire-du-Touvet, situé près de Grenoble, date de 1924. Son dénivelé est 716 m sur 1400 m soit 51% de pente. Comme au Pic du Jer, il y a des tunnels, des ponts et des courbes.

Les gares sont sans grand intérêt bien qu’il y ait un arrêt intermédiaire qui donne accès à une via-ferrata. Par contre les voitures sont plus originales.
La seconde génération de voitures avait une caisse métallique et comportait un pantographe. Ce pantographe devait servir à alimenter des accessoires de bord mais pas la motorisation qui dans les funiculaires est dans l'une des gares, la gare haute en général.

Ce dispositif a été abandonné avec la troisième génération de voiture à l’esthétique plus retro. Le modélisateur 3d que je suis remarque immédiatement que la maquette de ce véhicule sera plus solide que celle du Mont Dore qui comporte de nombreuses parties fines.


Pour finir, remarquons que ces trois funiculaires sont du type à voie unique, à deux voitures et à évitement Abt. C’est un évitement automatique avec des aiguillages fixes.

Sur ce plan, le N°2 est l’évitement Abt.

C’est le plus complexe à réaliser. Je pressens des difficultés à la fois dans la réalisation et dans le fonctionnement. En effet sur le modèle réel, le rapport poids / tension interne dans le câble est plus favorable que sur une maquette. Autrement dit, en miniature, la rigidité du fil risque de l’emporter sur la tension et faire sauter le fil des poulies.

C’est un point à étudier.

jeudi, 4 mai 2017

Elon Musk, un nouveau Brunel ?

A la suite de notre DVD « Le temps de la Révolution Industrielle », il a paru intéressant de faire un parallèle entre deux personnages marquants de leur époque.

A cette occasion, et jusqu'au 10 juin, nous proposons un lot de deux DVD pour le prix de 19,00 €, le DVD « le temps de la Renaissance » et le DVD « le temps de la Révolution Industrielle », le dernier formant la suite logique du premier.


Tout le monde à plus ou moins entendu parler d’Elon Musk. Cet entrepreneur américain âgé de 45 ans est né en Afrique du sud avant de s’installer en Amérique du nord.
Il va d’abord faire fortune à l’époque de la bulle Internet, à la fin des années 1990. Il l’est l’un des fondateurs de Paypal, un système de paiement en ligne très commun et qu’on utilise d’ailleurs sur ce site.

Après avoir revendu Paypal, il choisit de se lancer dans l’industrie spatiale en 2002 avec Space X. Ce secteur est alors uniquement dominé par de gros groupes militaro-industriels. Développer une fusée est alors considéré comme long, difficile et couteux.
Pourtant en un peu plus d’une décennie, en partant de rien, il va rattraper ses concurrents puis les dépasser. Tout cela avec des budgets bien inférieurs.
Il est en passe de réussir une ambition abandonnée dans les années 1980 : construire des fusées récupérables qui réduisent drastiquement le prix d’un vol. Ses compétiteurs sont totalement dépassés et la nouvelle fusée Ariane 6 est déjà périmée avant même d’avoir été construite.

Musk est aussi connu pour les voitures électriques Tesla dont il a pris la direction en 2008. Comme pour Space X, Musk dispose de ses propres usines. Il sous traite très peu, à la différence des autres constructeurs. Au lieu de proposer des véhicules sans charmes, Tesla vise le haut de gamme et vent bien plus que ses concurrents.
Toutefois cette entreprise, malgré une capitalisation boursière considérable et sans rapport avec sa production, ne gagne pas d’argent. Les voitures électriques restent toujours marquées par le prix élevé des batteries, une autonomie limitée et un temps de rechargement très long.

Mais les voitures Tesla ne sont pas que des voitures électriques, ce sont aussi des robots. Du moins c’est l’objectif prioritaire de Musk avec la généralisation de la conduite 100% autonome qu’il espère prochaine. Les dernières Tesla sont d’ailleurs totalement équipées pour cela, il ne manque plus que la validation des derniers logiciels nécessaires.

Elon Musk s’est engagé plus récemment dans le secteur de l’Intelligence Artificielle "forte" qui promet de changer radicalement l’avenir de l’Humanité – nous aurons l’occasion d’y revenir.


Isambard Kingdom Brunel (1806-1859) a un parcours qui ressemble beaucoup à celui d’Elon Musk. Ingénieur anglais mais né d’un père français, il arrive à une période ou la métallurgie et la machine à vapeur atteignent un niveau qui va permettre de nouvelles applications.

Avec son père il se rend célèbre en construisant dans des conditions extrêmement dangereuses, le premier tunnel sous la Tamise (1825-1843). Il faillit même y perdre la vie lorsque le chantier fut envahi par les eaux.

Il construit ensuite toute une série de ponts en maçonnerie, en fer, en bois, ou suspendus qui étaient tous très innovants et ambitieux.

Il s’intéresse aussi au chemin de fer avec le curieux Great Western Railway qui se caractérise par son très grand écartement de 2140 mm (au lieu de 1435 mm).

Citons enfin la construction navale avec trois navires. Le Great Western lancé en 1837 est alors le plus grand et plus rapide des transatlantiques. Le Great Britain (1843) est le premier grand bateau en fer et à hélice. Le Great Eastern (1859) est un navire énorme qui ne sera égalé qu’en 1901.

On retrouve souvent l’adjectif "Great" dans le nom de ses projets. C’était sa marque de fabrique : toujours et encore plus grand.


Brunel savait se mettre en valeur médiatiquement et reste très célèbre au Royaume Uni. C’est aussi le cas de Musk qui fait d’ailleurs des caméos dans des films hollywoodiens. Les deux hommes font rêver les foules par leurs exploits techniques et assurent ainsi leur financement.

Si Musk n’a pas connu de déboires majeurs pour le moment, Brunel a subi plusieurs revers. Son dernier projet, le Great Eastern, fut un chemin de croix qui l’épuisa et ruina ses investisseurs.


Vous pouvez découvrir ici une vidéo extraite du DVD « le temps de la Révolution Industrielle » qui présente le Great Eastern et ses énormes machineries qui sont restées sans équivalents.

Musk connaitra-t-il son Great Eastern ? Son projet de colonisation de Mars, ou il souhaite implanter 1 millions de colons (!), repose sur l’Interplanetary Transport System (vidéo). C’est une classe de fusées géantes 100% réutilisables qui pèsent plus de 10 000 T au décollage et peuvent emporter une centaine de passagers. A titre de comparaison sa masse dépasse de trois fois celle de la plus grosse fusée jamais construite, Saturn V, qui emmena les américains sur la Lune en 1969. Ce système en cours de développement est annoncé pour 2024. A cette date Musk aura le même âge que Brunel lors des premiers essais du Great Eastern…

-->

lundi, 20 mars 2017

20 mars 1917 – Les 100 ans du dynamitage de Coucy


Il y a 100 ans, jour pour jour, les ruines imposantes du château de Coucy ont été dynamitées par l’armée allemande. Les destructions concernent les quatre tours d’angles, le donjon ainsi que la porte de Laon et quelques autres édifices de moindres importances.

Nous proposons une offre spéciale sur nos DVD et livres qui traitent du château de Coucy.


Le donjon de Coucy était le plus grand d’Occident. C’était un édifice à l’architecture monumentale pourvu de trois salles gigantesques de plus de 200 m2 chacune.


La reconstruction de la tour a été plusieurs fois envisagées et la restauration de la porte de Laon a été engagée mais avec des moyens pour l’instant limités.


Toutefois reconstruire le donjon de Coucy est un chantier d’une ampleur considérable que nous avons essayé de chiffrer ici en le comparant au chantier médiéval de Guédelon : Reconstruction Coucy.

On arrive à un devis de près de 100 millions d’Euros. C’est le prix d’un avion de ligne de type A320 ou la moitié du cout des travaux de suppression de la digue du Mont Saint Michel. On pourrait essayer de faire baisser le devis en utilisant des matériaux modernes (intérieur en béton et parement extérieur en pierre) mais il faudrait éviter de tomber dans certains excès.

A l’exception du terrassement et de la manutention, les techniques pour restaurer la tour n’ont pas tellement évoluées depuis le Moyen-âge. Le devis adressé à Enguerrand III ne devait pas être très éloigné de notre estimation ce qui démontre la richesse de ce personnage.

De par l’importance du chantier et par le fait que le château appartienne à l’Etat (contrairement à la porte de Laon), seule une initiative nationale pourrait faire avancer les choses. Le fait que cet anniversaire tombe en pleine campagne présidentielle le rend difficilement audible.

En attendant nous vous proposons une visite 3D du château dans son état du XIIIe siècle (nécessite un ordinateur avec une bonne carte graphique 3D).

- page 1 de 13