Le Blog de RichesHeures.net

jeudi, 4 mai 2017

Elon Musk, un nouveau Brunel ?

A la suite de notre DVD « Le temps de la Révolution Industrielle », il a paru intéressant de faire un parallèle entre deux personnages marquants de leur époque.

A cette occasion, et jusqu'au 10 juin, nous proposons un lot de deux DVD pour le prix de 19,00 €, le DVD « le temps de la Renaissance » et le DVD « le temps de la Révolution Industrielle », le dernier formant la suite logique du premier.


Tout le monde à plus ou moins entendu parler d’Elon Musk. Cet entrepreneur américain âgé de 45 ans est né en Afrique du sud avant de s’installer en Amérique du nord.
Il va d’abord faire fortune à l’époque de la bulle Internet, à la fin des années 1990. Il l’est l’un des fondateurs de Paypal, un système de paiement en ligne très commun et qu’on utilise d’ailleurs sur ce site.

Après avoir revendu Paypal, il choisit de se lancer dans l’industrie spatiale en 2002 avec Space X. Ce secteur est alors uniquement dominé par de gros groupes militaro-industriels. Développer une fusée est alors considéré comme long, difficile et couteux.
Pourtant en un peu plus d’une décennie, en partant de rien, il va rattraper ses concurrents puis les dépasser. Tout cela avec des budgets bien inférieurs.
Il est en passe de réussir une ambition abandonnée dans les années 1980 : construire des fusées récupérables qui réduisent drastiquement le prix d’un vol. Ses compétiteurs sont totalement dépassés et la nouvelle fusée Ariane 6 est déjà périmée avant même d’avoir été construite.

Musk est aussi connu pour les voitures électriques Tesla dont il a pris la direction en 2008. Comme pour Space X, Musk dispose de ses propres usines. Il sous traite très peu, à la différence des autres constructeurs. Au lieu de proposer des véhicules sans charmes, Tesla vise le haut de gamme et vent bien plus que ses concurrents.
Toutefois cette entreprise, malgré une capitalisation boursière considérable et sans rapport avec sa production, ne gagne pas d’argent. Les voitures électriques restent toujours marquées par le prix élevé des batteries, une autonomie limitée et un temps de rechargement très long.

Mais les voitures Tesla ne sont pas que des voitures électriques, ce sont aussi des robots. Du moins c’est l’objectif prioritaire de Musk avec la généralisation de la conduite 100% autonome qu’il espère prochaine. Les dernières Tesla sont d’ailleurs totalement équipées pour cela, il ne manque plus que la validation des derniers logiciels nécessaires.

Elon Musk s’est engagé plus récemment dans le secteur de l’Intelligence Artificielle "forte" qui promet de changer radicalement l’avenir de l’Humanité – nous aurons l’occasion d’y revenir.


Isambard Kingdom Brunel (1806-1859) a un parcours qui ressemble beaucoup à celui d’Elon Musk. Ingénieur anglais mais né d’un père français, il arrive à une période ou la métallurgie et la machine à vapeur atteignent un niveau qui va permettre de nouvelles applications.

Avec son père il se rend célèbre en construisant dans des conditions extrêmement dangereuses, le premier tunnel sous la Tamise (1825-1843). Il faillit même y perdre la vie lorsque le chantier fut envahi par les eaux.

Il construit ensuite toute une série de ponts en maçonnerie, en fer, en bois, ou suspendus qui étaient tous très innovants et ambitieux.

Il s’intéresse aussi au chemin de fer avec le curieux Great Western Railway qui se caractérise par son très grand écartement de 2140 mm (au lieu de 1435 mm).

Citons enfin la construction navale avec trois navires. Le Great Western lancé en 1837 est alors le plus grand et plus rapide des transatlantiques. Le Great Britain (1843) est le premier grand bateau en fer et à hélice. Le Great Eastern (1859) est un navire énorme qui ne sera égalé qu’en 1901.

On retrouve souvent l’adjectif "Great" dans le nom de ses projets. C’était sa marque de fabrique : toujours et encore plus grand.


Brunel savait se mettre en valeur médiatiquement et reste très célèbre au Royaume Uni. C’est aussi le cas de Musk qui fait d’ailleurs des caméos dans des films hollywoodiens. Les deux hommes font rêver les foules par leurs exploits techniques et assurent ainsi leur financement.

Si Musk n’a pas connu de déboires majeurs pour le moment, Brunel a subi plusieurs revers. Son dernier projet, le Great Eastern, fut un chemin de croix qui l’épuisa et ruina ses investisseurs.


Vous pouvez découvrir ici une vidéo extraite du DVD « le temps de la Révolution Industrielle » qui présente le Great Eastern et ses énormes machineries qui sont restées sans équivalents.

Musk connaitra-t-il son Great Eastern ? Son projet de colonisation de Mars, ou il souhaite implanter 1 millions de colons (!), repose sur l’Interplanetary Transport System (vidéo). C’est une classe de fusées géantes 100% réutilisables qui pèsent plus de 10 000 T au décollage et peuvent emporter une centaine de passagers. A titre de comparaison sa masse dépasse de trois fois celle de la plus grosse fusée jamais construite, Saturn V, qui emmena les américains sur la Lune en 1969. Ce système en cours de développement est annoncé pour 2024. A cette date Musk aura le même âge que Brunel lors des premiers essais du Great Eastern…

-->

dimanche, 9 mars 2014

Google maitre du monde (en 3D)

Google est à la pointe du progrès, ce n’est pas une surprise. Les plus curieux auront sans doute remarqué une nouvelle fonctionnalité de Google Earth. En activant la fonction « Bâtiments 3D » on fait apparaitre des représentations 3D de différents bâtiments.

Jusqu’ici ces modèles numériques, réalisés « à la main » et le plus souvent bénévolement, étaient grossiers. Depuis quelques mois une nouvelle technique est utilisée. Grâce à des caméras aéroportées, les modèles 3D sont générés automatiquement pour des villes entières. Le niveau de détail est en dessous du mètre ce qui permet d’avoir des représentations fidèles, pourvu que l’on ne s’approche pas trop. L’utilisation de photos pour les textures donne un grand réalisme à ces immenses modèles 3D.

Voici des captures d’écrans de Notre Dame de Paris, du Palais de Papes d’Avignon ou du château de Crussol. A l’étranger on peut aussi découvrir Rome ou New York. Ces vues permettent d’appréhender bien mieux un lieu. L’enchevêtrement des ruines Antiques à Rome devient ainsi bien plus compréhensible.

Des applications pour smartphones sont en préparations. On pourra dans un avenir proche reconstituer en 3D sa maison, ou n’importe quel objet, en baladant la caméra de son téléphone.
Voir un exemple ici : http://www.actinnovation.com/

Dans un avenir plus lointain l’ensemble de la planète pourra être reconstitué en 3D avec un niveau de détail très élevé.

Bien entendu ces techniques ne permettent pas la reconstitution de bâtiments disparus.

jeudi, 6 mars 2014

810ème anniversaire de la prise de Château Gaillard

Il y a maintenant 810 ans, jour pour jour, la place forte Plantagenet de Château Gaillard est prise par les forces du roi Philippe Auguste.

Pour verrouiller le cours de la Seine et couper aux troupes françaises les accès vers la ville de Rouen, le roi d'Angleterre et duc de Normandie Richard Cœur de Lion fait construire à partir de 1196 un énorme complexe fortifié aux Andelys (Eure) dominé par le célèbre et redoutable Château-Gaillard. La perte de la citadelle met un terme à l’ascension de la puissance dynastie angevine des Plantagenets qui règne alors sur la moitié de la France et sur l’Angleterre. C’est le triomphe des Capétiens.


A voir :
- L’histoire du château
- L’histoire du siège (DVD)
- La visite 3D du château

vendredi, 15 juin 2012

Historial Jeanne d'Arc à Rouen : c'est officiel !

La CREA (Communauté d'agglomération Rouen – Elbeuf – Austreberthe) l'a annoncé : l'héroïne nationale aura à Rouen son Historial, installé dans le palais archiépiscopal, là même où elle fut jugée en 1431 et réhabilitée en 1456.

Au total, ce sont 950 m² d'exposition qui seront consacrés à l'épopée de l'héroïne, brûlée vive (n'en déplaise à certains) sur la place du Vieux-Marché, le 30 mai 1431. Conçu sous la vigilance d'un comité scientifique, comprenant notamment les médiévistes Philippe Contamine et Olivier Bouzy, cet Historial ouvrira normalement ses portes à l'été 2014. Le coût total du projet est estimé à 10,6 millions d'euros, financés par l'État, la région, la CREA, la ville de Rouen, en partenariat avec l'archevêché. Il faudra 140 000 visiteurs annuels pour parvenir à l'équilibre financier.

Après avoir « raté », sans doute un brin amnésique, le 11e centenaire de la fondation de la Normandie, la ville de Rouen se réconcilie enfin avec son passé médiéval. Il faut dire qu'entre ses centaines de maisons à colombages, sa cathédrale exceptionnelle, son abbatiale Saint-Ouen, ses innombrables églises, son riche Musée Départemental des Antiquités, la ville aux cent Clochers chantée par Victor Hugo ne manque pas d'atouts pour séduire les amateurs les plus exigeants. Comme toujours, il faut d'abord prendre soi-même conscience de ses atouts et se décider à sortir de sa torpeur routinière...

Jeanne d'Arc est une figure à la renommée planétaire. Chaque année, des milliers de visiteurs se pressent au Donjon, afin de découvrir les lieux où l'on montra à Jeanne les instruments de torture. Les « pèlerins johanniques » viennent du Japon, des États-Unis et même... d'Angleterre ! Malgré l'absence de parcours touristique clairement identifié et cohérent autour de la thématique, comme cela se fait pourtant beaucoup dans les villes au riche patrimoine, ils prennent ensuite le chemin de la place du Vieux-Marché et se recueillent auprès de l'immense croix de la Réhabilitation. Avec l'Historial, la capitale historique de la Normandie se dotera d'un outil de premier ordre. Si elle joue bien cette carte, elle n'aura à terme qu'à se louer d'avoir offert à la mémoire d'un personnage fabuleux un écrin à sa mesure.

SWG 

vendredi, 25 mai 2012

Exposition de Saint-Germain-en-Laye : Les Gaulois sont revenus

La réouverture de l’aile gauloise du musée de Saint-Germain nous permet de découvrir, en cinq salles et plus de 1300 objets, la vie de nos ancêtres entre le Ve siècle et le milieu du Ier siècle av J.C.

Commentaire et photos par Didier Faure

De magnifiques pièces provenant des tombes à char de Saint-Jean-sur-Tourbe, Berru, Cuperly, Amfreville-sous-les-Monts, la Gorge-Meillet (casques, pièces de décors des chars, pièces de harnachements…) nous apportent la preuve que les artisans gaulois étaient des orfèvres.

L’exposition, en complément des objets appartenant à des guerriers de haut rang enterrés avec « armes et bagages », nous présente également le travail des bronziers, excellant dans l’art de la bijouterie et de la vaisselle de luxe, celui des verriers fabriquant bracelets et perles, mais aussi le travail quotidien des forgerons (outils agricoles…) et des potiers (céramiques…).
Le sacré est abordé avec la présentation de divinités gauloises, comme la dame de Beaupré, le dieu d’Euffigneux et la divinité de Bouray-sur-Juine. 

La guerre des Gaules est bien sûr présente, avec en salle VIII deux statues « stupéfiantes de réalisme» grandeur nature de cavaliers gaulois et romain et en salle IX le siège d'Alésia. Pilum romain, lances, épées, casque gaulois, clous de chaussures romaines, boulets de pierre, traits de catapulte illustrent l’âpreté des combats et témoignent de la victoire de Jules César sur Vercingétorix.

Pour vous faire une idée, avant de venir sur place : http://www.maison-histoire.fr/

Ouvert tous les jours de 10 h 00 à 17 h 00, sauf le mardi – Entrée plein tarif 6 €.
Le château de Saint-Germain-en-Laye sur Richesheures.net

Musée Saint-Rémi de Reims : Les Francs à l'assaut des cimaises - Reims capitale mérovingienne

Jusqu'au 29 juillet 2012, le musée Saint-Rémi de Reims propose une belle exposition pour commémorer le 1500e anniversaire de la fondation du royaume de Reims.

Commentaire et photos SWG


Les Francs avaient une conception patrimoniale du pouvoir et un royaume était divisé entre tous les fils d'un souverain défunt, comme s'il s'agissait d'une simple exploitation agricole. Après la mort du roi Clovis (511), ses quatre fils se partagèrent donc son héritage. Thierry Ier (512-534) devint alors le premier monarque de l'éphémère royaume de Reims (512-555).

C'est pour commémorer cet événement, que la ville de Reims organise une exposition temporaire consacrée aux Francs, dans les galeries du fabuleux musée Saint-Rémi. Cette exposition s'appuie essentiellement sur les très belles collections mérovingiennes du musée, mais présente également le mobilier exhumé de trois riches tombes d'aristocrates découvertes en 2002 à Saint-Dizier (Haute-Marne). À la fin du Ve siècle ou au commencement du VIe siècle, une jeune fille de 18 ans, un jeune chef de 30 ans et un vieux potentat d'une cinquantaine d'années, furent inhumés avec tous les honneurs au milieu de leurs objets familiers, armes ou bijoux.

Un peu excentrée, l'abbaye Saint-Rémi (inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO) est malheureusement parfois « oubliée » par les touristes trop pressés. Elle mérite pourtant plus qu'un simple détour. Outre l'architecture remarquable de ses bâtiments conventuels et l'austère élégance de l'église abbatiale, les visiteurs pourront y découvrir les extraordinaires collections (particulièrement gallo-romaines) du musée municipal, à commencer par le sarcophage de Jovin figurant une scène de chasse au lion.

Musée Historique Saint-Rémi – Horaires, tarifs
Ouvert du lundi au vendredi de 14 h à 18 h 30 et de 14 h 00 à 19 h 00 le week-end. Entrée adulte 3 €.

Voir aussi la cité gallo-romaine de Reims et l'abbaye Saint-Rémi.

- page 1 de 4