Jusqu’au 9 mai 2010, la cité de l’Architecture propose une exposition destinée à mieux faire connaître au grand public, l’œuvre de Jacques Androuet du Cerceau, architecte, dessinateur et graveur de la Renaissance française. L’homme n’a presque rien construit, mais a légué à la postérité plusieurs traités d’architecture qui demeurent  aujourd’hui des classiques.

D’abord reconnu pour ses talents de dessinateur, Jacques Androuet du Cerceau (v. 1520 – v. 1586) reçut plusieurs commandes royales.  Les guerres de Religion et son refus d'abjurer sa foi protestante limitèrent malheureusement l'expression de ses talents d'architecte. Il a toutefois participé à la conception de châteaux remarquables, comme Verneuil-en-Halatte, détruit au XVIIIe siècle, ou Charleval, palais démesuré imaginé pour Charles IX, mais abandonné à peine commencé. Le sort semble s’être particulièrement acharné sur ses réalisations et même sur l’image qu’il léga à la postérité. Alors que nous possédons généralement nombre de portraits contemporains d’artistes de ce beau XVIe siècle, notre malheureux architecte n’a bénéficié que de deux hypothétiques figurations posthumes. Androuet du Cerceau reste donc pour nous un illustre inconnu dépourvu de visage.

Maître Jacques a imaginé, conceptualisé, rêvé des bâtiments ou des chantiers qui demeurèrent à jamais dans son esprit. Mais il a surtout reproduit des constructions qui existaient encore en son temps et aujourd’hui disparues, toujours  avec une précision remarquable, parfois teintée d’une naïveté touchante. Dans son œuvre majeure, « Les plus excellents Bâtiments de France » publiée à la fin des années 1570, il s’est employé à nous faire revivre le château de Madrid, le château de Coucy ou la grande salle de la forteresse de Montargis. Grâce à son tracé vif et esthétique, c’est tout un monde révolu qui reprend vie sous nos yeux captivés.

L’exposition proposée ici s’appuie bien évidemment sur les gravures d’architecture du maître de la Renaissance. Mais elle propose aussi une muséographie riche et variée (bustes, maquettes, carnets…), ainsi que sur des médias modernes : documents numérisés à consulter, 3D… L’ensemble forme un mélange convaincant de pédagogie et de dynamisme interactif.

Stéphane Gondoin

L'exposition : http://www.citechaillot.fr/

Les plus excellents Bâtiments de France (1576-1579) :
 - sur le DVD Le temps de la Renaissance.
 - sur l'abonnement.