Jusqu'au 10 janvier 2011, le Grand Palais à Paris sert d'écrin à une remarquable exposition consacrée à l'art en France au crépuscule du Moyen Âge. Elle s'envolera ensuite vers Chicago et y sera présentée au public américain à partir du 26 février prochain, dans les salles du prestigieux Art Institute.

L'organisation de cette exposition a nécessité le concours de plusieurs institutions de renom : la Réunion des Monuments Nationaux, l’Art Institute of Chicago, le musée du Louvre, le musée National du Moyen Âge (Thermes de de Cluny), le musée National de la Renaissance du château d’Ecouen, le concours de la Bibliothèque Nationale de France...
France 1500. Le roi Charles VIII s'est éteint deux ans plus tôt et a été remplacé par son cousin, Louis d'Orléans. Pour mieux s'inscrire dans la continuité dynastique, le nouveau souverain a épousé la veuve de son prédécesseur, la célèbre Anne de Bretagne. Durant cette période de reprise démographique et économique, un demi-siècle seulement après l'extinction des derniers brasiers de la guerre de Cent Ans, la France s'engage dans les sanglantes guerres d'Italie. Elle n'y remporte  que des succès militaires sans lendemain, mais découvre de nouvelles manières d'appréhender l'art. Le  style gothique va ainsi lentement s'imprégner des premières influences de la Renaissance.

Une exposition organisée suivant trois axes

Plus de 200 œuvres datant de cette époque charnière sont venues des quatre coins du monde. La première section est consacrée aux rapports entre les artistes et leurs commanditaires, mettant en perspective les collaborations étroites unissant créateurs et mécènes dans le processus de  production culturelle. L'image est au centre de la seconde partie. Alors que l'imprimerie tend à remplacer la main de l'homme, les artistes s'expriment sur tous les supports : incunables, livres manuscrits, médailles, émaux, peinture, sculpture, tapisserie... La dernière partie est dédiée aux échanges culturels entre le Nord et le Sud de l'Europe. Les artistes voyagent de plus en plus et certains n'hésitent pas à s'expatrier pour promouvoir leur talent. Les œuvres italiennes ou flamandes sont particulièrement prisées et des peintres tels que Fra Bartolomeo ou Leonardo da Vinci atteignent le sommet de leur gloire.
Des pièces d'exception jalonnent le parcours du visiteur, comme le célèbre dyptique Mathéron, représentant le roi René et Jeanne de Laval, la Tapisserie des Cerfs ailés, L'Annonciation de Jean Hey, le tombeau des enfants de Charles VIII...

SWG

Visite virtuelle de l'exposition : http://rmn.fr/france1500/