On ne sait pas grand chose de la vie du personnage, si ce n'est qu'il fit sans doute un apprentissage itinérant en butinant de chantier en chantier. À la postérité, Villard a cependant légué un exceptionnel témoignage : son carnet de notes et de dessins. Voyageur inlassable, curieux insatiable, Villard œuvra sur les chantiers des cathédrales de Reims, de Laon, et même sur celui de la cathédrale de Kosice, en Hongrie. On lui attribue parfois aussi la paternité de la collégiale de Saint-Quentin (Aisne).

Sur les feuillets de son carnet défilent les monuments connus ou inconnus, les animaux fabuleux ou exotiques, les figurations religieuses, les machines extraordinaires, les têtes de sylvains, les motifs végétaux, les études de proportion... On y découvre notamment l'une des tours de la cathédrale de Laon, ornée de ses célèbres bœufs. Y sont également représentées une travée de la cathédrale de Reims, des élévations intérieure et extérieure des chapelles absidales du même édifice.

Le carnet de Villard de Honnecourt est conservé à la Bibliothèque Nationale de France et a été intégralement mis en ligne. Vous pouvez le consulter ici : http://classes.bnf.fr/villard/