Vers 585. Un nommé Walfroy, homme d'origine lombarde, installe un ermitage au sommet d'une colline ardennaise, face à une monumentale statue de Diane.

Pour concurrencer la divinité romaine, il construit de ses propres mains une haute colonne sur laquelle il grimpe chaque jour afin d'exhorter les populations à se convertir à la foi chrétienne. L'hiver, il reste indifférent aux morsures du froid, qui lui gèlent la barbe et lui arrachent les ongles des orteils dénudés. L'été, le soleil ardent ne brise pas davantage sa volonté. Inlassablement, il harangue ses auditeurs, condamne les libations et les sacrifices consentis à l'antique déesse de la chasse et appelle à vénérer le Dieu unique.

Une foule toujours plus nombreuse se presse sous sa colonne de pierre. On commence à tenir pour saint cet intarissable orateur vêtu de haillons, qui ne se nourrit que de pain, d'eau et de légumes. On le croit véritablement inspiré par le souffle divin et on se détourne de l'ancien culte. Walfroy décide donc d'abattre définitivement son adversaire. Il appelle à lui une masse imposante de convertis et escorté de cette troupe se dirige vers l'immense effigie païenne. Les hommes lancent des cordes. Chacun tire de toutes ses forces. Rien !

Walfroy ne se décourage pas. Il rentre dans la basilique qu'il a édifiée, se jette devant l'autel et prie afin d'obtenir l'assistance céleste. Une fois ses dévotions terminées, il se lève et court rejoindre son groupe : « On saisit la corde, nous commençâmes à tirer et du premier coup l'idole s'effondra à l'instant par terre. L'ayant brisée avec des marteaux de fer, je la réduisis en poussière. » C'est du moins ce qu'il raconte à Grégoire de Tours, lorsqu'il fait quelques temps plus tard la connaissance du fameux auteur de l'Histoire des Francs. C'est ainsi que nous connaissons la destinée de ce prédicateur du fond des âges. Face à l'ermitage moderne, une statue de saint Walfroy continue de défier en toutes saisons les éléments depuis le sommet d'une colonne.La semaine prochaine, « Assaut sur Pegasus Bridge »

À voir dans les environs : le château de Sedan

Prochainement : « Assaut sur Pegasus Bridge »