Monuments :
Antiquité
Moyen âge
XVI-XVIIIe siècle

Architecture militaire
Chateaux
Edifices religieux
Patrimoine maritime
Visites 3D
Recherche d'un site :


Un monument au hasard :
Oratoire de Germigny-des-Prés

Modélisme et
impression 3d :
Richesheures
et moi :
Lettre d'information
Abonnement
Diaporamas
Acteurs du patrimoine
Livres anciens

Riches Heures sur les réseaux sociaux :
Partager cette page :

Le fil des nouveautés :





Château de Puyguilhem, XVIe siècle.


La partie nord-est du château se compose d'une grosse tour cylindrique, sur laquelle s'appuie une tourelle d'escalier polygonale hors œuvre et un petit corps de logis abritant la cuisine et aux étages, les chambres des dames de compagnie et des gentilshommes.

Cette tour massive a été construite dans la pure tradition médiévale, avec son chemin de ronde sur mâchicoulis et ses archères et canonnières " décoratives ". Nous touchons là, encore une fois, à la symbolique de puissance émanant de ces attributs. Ses murs sont toutefois percés de nombreuses fenêtres à meneaux et à traverses. Celles-ci éclairent, au rez-de-chaussée, la salle d'armes, au 1er étage, la chambre de la châtelaine et son oratoire, et à l'étage supérieur la chambre des domestiques.

Le décor de la tourelle d'escalier (moulurations des piédroits des fenêtres, symboles -calligraphies et initiales -, cryptogrammes du bandeau sculpté sommital) reste encore très gothique dans l'esprit. L'ornement de la porte d'entrée a fait l'objet d'une restitution complète. Les sculpteurs l'ont imaginé tel qu'il aurait pu être à l'époque de sa création.

Le corps de logis principal se trouve en retour d'équerre par rapport au petit logis. Sa façade, percée de fenêtres à meneaux, est très sobre comparée aux lucarnes et aux cheminées, chargées d'un magnifique et luxuriant décor. Ce logis abrite l'office et la salle à manger au rez-de-chaussée, la salle de réception avec sa splendide cheminée sculptée représentant les douze travaux d'Hercule et la chambre seigneuriale au 1er étage, et au-dessus les chambres du personnel. Ce dernier niveau a conservé sa charpente, en forme de carène de bateau renversé (XVIe siècle).

A son extrémité sud-est est implanté un pavillon polygonal, couronné d'une galerie habillée par une balustrade identique à celle du logis principal. Celle-ci porte deux superbes lucarnes donnant sur un chemin de ronde à l'air libre. Ce pavillon renferme un somptueux escalier d'honneur qui porte la marque des sculpteurs locaux pour le vestibule, et de leurs confrères venus des chantiers de la Loire pour le plafond du grand escalier. L'ensemble des sculptures hautes du logis et du pavillon d'honneur date de la première période de la Renaissance française.

 




précédente - suivante