Monuments :
Antiquité
Moyen âge
XVI-XVIIIe siècle

Architecture militaire
Chateaux
Edifices religieux
Patrimoine maritime
Visites 3D
Recherche d'un site :


Un monument au hasard :
Cité gallo-romaine de Reims

Modélisme et
impression 3d :
Richesheures
et moi :
Lettre d'information
Abonnement
Diaporamas
Acteurs du patrimoine
Livres anciens

Riches Heures sur les réseaux sociaux :
Partager cette page :

Le fil des nouveautés :





Château des Lumières, Lunéville, XVIIIe siècle.


Fondation :
  • Xe siècle de notre ère (castrum)
Sous le règne de :
  • Ducs de Lorraine
Grandes dates :
  • Xe siècle création d'un castrum par les comtes de Lunéville
  • 1343 : fondation d'une chapelle castrale par le duc Raoul de Lorraine.
  • 1609 : reconstruction d'un château Renaissance par Henri II de Lorraine.
  • 1703-1723 : reconstruction d'un palais de style classique par Germain Boffrand pour le Duc Léopold de Lorraine et installation définitive de la cour de Nancy à Lunéville.
  • 1729 : régence de la Duchesse Élisabeth-Charlotte d'Orléans pendant l'éducation de son fils François-Étienne de Lorraine à Vienne.
  • Avril 1737 : fin de la régence, la duchesse s'exile au château de Commercy. Départ du duc François-Étienne de Lorraine qui abandonne le trône de Lorraine pour le Grand-Duché de Toscane, afin de préparer son élection en tant qu'Empereur Romain germanique (fondation de la dynastie des Habsbourg-Lorraine)
  • Installation de Stanislas Leszczynski sur le trône de Lorraine & de Bar, il fera du château de Lunéville sa résidence principale.
  • 1738 : agrandissement des jardins et aménagement de fabriques par Émmanuel Héré, premier-architecte de Stanislas : le Kiosque et le Trèfle.
  • 1740, la mode des jardins à Fabriques est lancée en Europe et une cour de philosophes et de scientifiques demeure à Lunéville auprès de Stanislas.
  • 1766 : mort de Stanislas, le duché de Lorraine est intégré au royaume de France. Le château est dépossédé par Louis XV, les biens vendus ainsi que les fabriques du parc, puis le château devient caserne.
  • 1801 : signature du Traité de Lunéville, qui redéfinit les nouvelles frontières du Saint-Empire-Romain-Germanique.
  • 1816 : Louis XVIII donne la jouissance du château au prince de Hohenlohe, qui crée un centre de cavalerie militaire en 1824.
  • 1861 : tentative de classement de l'édifice par le ministre de la guerre, refus de Mérimée qui méprise le style classique.
  • 1945 : remise en état du parc, création d'un musée municipal dans les appartements ducaux. L'armée reste propriétaire du reste.
  • 2000 : transfert de la propriété municipale au Conseil Général de Meurthe-et-Moselle, qui prévoyait déjà des restaurations.
  • 2003 : terrible incendie dans la nuit du 2 au 3 janvier, la chapelle est ravagée ainsi qu'une partie des appartements ducaux.
  • 2005 : début des travaux de restauration.
Principal intérêt :
  • Palais princier de style classique édifié par Germain Boffrand
  • Chapelle Palatine à la décoration sobre et baroque
  • Présentation des restaurations au fur et à mesure du chantier
  • Musée de la Broderie-Perlerie
  • Musée de la Faïencerie de Lunéville et Appartements ducaux XVIIIe (en attente de réouverture depuis l'incendie de 2003)
Statut :
  • Classé Monument Historique : 1901 : Classement de la chapelle
  • 1929 : classement du château
  • Propriété du département de Meurthe-et-Moselle (appartements ducaux & chapelle palatine) ainsi que du ministère de la Défense (ailes latérales).
Bibliographie :
  • Alexandre Joly : Le château de Lunéville : histoire de Lorraine au XVIIIe siècle (1859)
  • Gaston Maugras : La cour de Lunéville au XVIIIe siècle : les marquises de Boufflers et du Châtelet, Voltaire, Devau, Saint-Lambert, etc (1906)

Les origines :

Le site de Lunéville, situé à la confluence de la Vezouze et de la Meurthe, devient un castrum au Xe siècle. Un château médiéval y est progressivement édifié à l'emplacement actuel du château. En 1343, le duc Raoul de Lorraine y fonde la première chapelle castrale, alors dédiée à Marie.

À partir de 1587, sous le règne de Charles III, les fortifications de la ville sont complètement modernisées (technique du bastionnement). Elles englobent le château qui ne sera modifié que par son successeur, Henri II de Lorraine. Celui-ci décide de faire reconstruire la forteresse dans le style Renaissance en 1609.

Le Versailles lorrain :

Un siècle plus tard, en 1703, le jeune duc Léopold, désireux de transférer sa résidence principale de Nancy au château de Lunéville, demande à l'architecte Germain Boffrand la construction d'un palais de style classique. En 1723, la cour de Lorraine s'installe définitivement au château de Lunéville.

En 1729, la Duchesse Élisabeth-Charlotte d'Orléans gère le Duché de Lorraine pendant l'éducation de son fils, François-Étienne, à Vienne.

En 1737, par un incroyable coup de théâtre politique, le jeune duc François-Étienne de Lorraine abandonne le trône de ses ancêtres pour le Grand-Duché de Toscane, afin de préparer son élection en tant qu'Empereur Romain Germanique (fondation de la dynastie des Habsbourg-Lorraine). Il force sa mère à l'exil dans son château de Commercy.

La même année, Stanislas Leszczynski, roi déchu de Pologne, est installé sur le trône de Lorraine par son gendre Louis XV. Tout comme Léopold, il fera de Lunéville sa résidence principale. Stanislas décide dès 1738 de l'agrandissement et du réaménagement des jardins. Il y fait construire de nombreuses fabriques par Émmanuel Héré, son premier-architecte. Parmi ces fabriques, citons Le Kiosque et le Trèfle ainsi que le Rocher, collection d'automates mus par la force hydraulique.

Vers 1740, la mode des jardins à Fabriques est désormais lancée en Europe et une cour érudite demeure à Lunéville auprès de Stanislas : philosophes, scientifiques et hommes de lettres fréquentent volontiers Lunéville. L'Histoire ne retiendra que Voltaire, mais la mathématicienne Émilie du Châtelet, Saint-Lambert, ou encore la marquise de Boufflers sont d'autres personnalités liées à cette cour des Lumières.

À la mort de Stanislas, en 1766, le Duché de Lorraine est intégré au Royaume de France. Le château est dépossédé par Louis XV, les biens vendus ainsi que les fabriques du parc, puis le château devient caserne.

Les militaires dans les murs :

Durant la restauration, en 1816, Louis XVIII donne la jouissance du château au prince de Hohenlohe, pour le remercier de sa fidélité envers les Bourbons. Le prince y crée un centre de cavalerie militaire en 1824 et donnera à la ville de Lunéville sa vocation de ville cavalière.

Pour l'anecdote, en 1861, le ministre de la guerre Jacques Louis Randon, soucieux d'entretenir et de restaurer le château de Lunéville, propose son classement à la Commission des Monuments Historiques. Le refus de Prosper Mérimée, qui méprise le style classique, est catégorique. Ainsi, la chapelle ne sera classée qu'en 1901 et le château en 1929. Il faut attendre 1945 pour la remise en état du parc et sa réouverture ou public. Un musée municipal est créé dans les anciens appartements ducaux.

En 2000, la municipalité, qui n'a pas les moyens d'entretenir ce vaste ensemble patrimonial, transfère sa propriété au conseil général de Meurthe-et-Moselle. Ce dernier envisage déjà des restaurations.

Le sinistre :

Dans le nuit du 2 au 3 janvier 2003, un violent incendie part de la chapelle, dévaste les toitures et s'étend aux appartements ducaux (musée). Une association est créée afin de permettre la collecte de dons pour la restauration et la mise en valeur du château. En 2005 commence alors le plus grand chantier patrimonial d'Europe : 10 années de travaux sont prévues. Le programme de restauration débute bien évidemment par la symbolique chapelle.

Lors des journées du patrimoine 2008, la chapelle est ouverte au public au moment de l'achèvement de la charpente. En 2010, elle est définitivement ouverte au public, entièrement restaurée ainsi que le vestibule, les salles adjacentes et le grand escalier sud. La crypte est aménagée pour des rencontres, tandis que la chapelle est dédiée à la musique.
2011 marque la fin de la restauration des extérieurs et toitures des parties détruites en 2003.

À partir de 2012, les bâtiments propriétés du ministère de la défense feront l'objet de restauration des extérieurs. L'intérieur des appartements ducaux sera également en restauration, pour une ouverture au public prévue en 2015.




précédente - suivante