Monuments :
Antiquité
Moyen âge

Chateaux
Edifices religieux
Visites 3D

XVI-XVIIIe siècle
Recherche d'un site :


Un monument au hasard :
Péronne

Modélisme et
impression 3d :
Richesheures
et moi :
Lettre d'information
Abonnement
Diaporamas
Acteurs du patrimoine
Livres anciens

Riches Heures sur les réseaux sociaux :
Partager cette page :

Le fil des nouveautés :





Château de Montcornet, XVe siècle.


Textes et photos ©


Plan du château, d'après Association des Amis du château de Montcornet en Ardenne.

La forteresse épouse les contours d'un éperon naturel offrant une vue imprenable sur les vallons situés au Nord du Porcien, en bordure des crêtes préardennaises. Il s'agit donc d'un site classique en éperon barré.

L'entrée est protégée par une puissante barbacane percée de belles canonnières. Elle est desservie par un pont-levis à flèches enjambant un fossé sec. Il existe dessous une belle salle souterraine. Cette barbacane est séparée de la place par un second fossé enserré entre les murailles de deux puissantes tours à canons. Ce fossé est enjambé par un double pont-levis à balancier (charretier et piétonnier). Le passage ouvre sur la Grand Couloir, vouté en pierre et qui emmène vers la basse-cour. Une porte à main gauche ouvre sur la salle d'Armes, ancienne grande salle du château, qui possède un puits et une belle cheminée. On remarque également la présence d'orifices de baies d'éclairage. Les cuisines se trouvaient dans une pièce adjacente. Elles étaient dotées d'un four à pains, mais aussi, comble du raffinement à la fin du XVe siècle, d'une étuve. Au fond de la grande salle, un escalier emmène vers les couloirs souterrains. Ils desservent notamment les deux tours du front oriental et plusieurs canonnières. L'une d'elles fut dévolue à l'usage de prison. La plupart de ces canonnières donnent sur les abords extérieurs, mais les deux orifices les plus extrêmes protégeaient, l'une le pont-levis, l'autre le Grand Couloir. La salle des Gardes souterraine desservait trois canonnières et possédait une belle cheminée. Cette galerie permet également de passer sous le balancier du pont piétonnier et d'admirer son système de fonctionnement. Au-dessus du niveau de la salle d'Armes se situaient les logements seigneuriaux, avec les appartements du maître des lieux (dotés de latrines et salle d'eau) et les appartements des Dames. Ces différents espaces s'organisaient autour d'une haute cour.

Le Grand Couloir s'ouvre également, à main droite cette fois, vers un autre couloir emmenant notamment vers le cellier à provisions. Il existait un passage souterrain permettant de relier ce cellier aux cuisines. On remarque également la présence d'un poste de garde d'accès acrobatique ménagé dans l'épaisseur de la muraille occidentale. Le Grand Couloir débouche enfin sur la basse-cour. Le passage était autrefois barré par une herse et défendu par un assommoir.

La vaste basse-cour servait notamment à abriter les populations locales en cas de danger. On relève notamment la présence d'un abreuvoir à chevaux et de fondations de bâtiments certainement gallo-romains. Le flanc ouest est protégé par une tour à canons cylindrique et une grosse tour à orillons. A l'extrémité méridionale trône le donjon cylindrique, métamorphosé par les travaux d'Antoine de Crouÿ. Dans son état actuel, il est séparé de la basse-cour par un fossé sec enjambé par un pont-levis. La salle en rez-de-chaussée est bâtie sur une glacière desservie par un trou d'homme. A l'étage se trouve une dernière salle, éclairée par deux fenêtres et desservant des canonnières. Elle était chauffée par une vaste cheminée.




précédente - suivante