Monuments :
Antiquité
Moyen âge

Chateaux
Edifices religieux
Visites 3D

XVI-XVIIIe siècle
Recherche d'un site :


Un monument au hasard :
Montcornet

Modélisme et
impression 3d :
Richesheures
et moi :
Lettre d'information
Abonnement
Diaporamas
Acteurs du patrimoine
Livres anciens

Riches Heures sur les réseaux sociaux :
Partager cette page :

Le fil des nouveautés :





Château de Montcornet, XVe siècle.


Textes et photos ©

Fondation :
  • Probablement au cours du XIe siècle.
Sous le règne de :
  • Possible Robert II (996-1031) ou Henri I (1031-1060).
Grandes dates :
  • Fin Xe, début XIe siècle : Emergence de la famille de Montcornet. Le premier seigneur connu est Hugues de Montcornet.
  • 1295 : Mariage de Jeanne de Montcornet avec Miles de Noyer.
  • 1446 : Antoine de Croÿ achète Montcornet.
  • Vers 1514 : François d'Angoulême (futur François Ier) passe à Montcornet.
  • 1561 : Antoine II de Croÿ se convertit au protestantisme.
  • 1612 : Mort de Charles de Croÿ.
  • 1613 : Charles de Gonzague, fondateur de Charleville, maître de la seigneurie de Montcornet.
  • Vers 1760 : Démantèlement progressif de la place.
  • 1960 : Début de la renaissance. Acquisition de la place par l'abbé Bernard Lussigny.
Principal intérêt :
  • De l'époque de sa gloire, la forteresse a principalement conservé un fabuleux dédale de couloirs souterrains et de salles souterraines. Montcornet constitue un témoignage précieux de l'architecture castrale dans la seconde moitié du XVe siècle, avec un ensemble résidentiel seigneurial implanté dans un imposant corset de tours à canons et de puissantes courtines. A notre avis, l'un des plus extraordinaires survivants de l'architecture castrale au XVe siècle.
Statut :
  • Inscrit Monument Historique en 1926. Propriété d'une association.
Bibliographie :
  • « Histoire du Château de Montcornet en Ardenne », brochure éditée par l’Association des amis du château de Montcornet en Ardenne.

Quelques pointes de flèches exhumées sur le site, permettent de penser qu'il fut l'objet d'une occupation dès le néolithique. Il est également possible que les Gaulois aient profité de son caractère inexpugnable pour y installer un oppidum. Les premiers vestiges de bâtiments identifiés remontent cependant à l'époque gallo-romaine. Quelques traditions locales clament que Montcornet joua un rôle au temps du roi Clovis, mais surtout au temps des petits-fils de Charlemagne, après le partage de Verdun (843). Rien de solide cependant ne permet de corroborer ces récits légendaires.

Plus sûrement, c'est avec la féodalité naissante (fin Xe - déb. XIe) que le " Mont Cornu " devint le siège d'un castrum. Les sires de Montcornet bâtirent leur richesse sur une mise en valeur des terres environnantes, l'exploitation forestière, la perception de droits ou taxes sur les ardoisières de Rimogne et la propriété d'un tonlieu (droit de passage, péage) situé à Deville, sur la Meuse. Hugues de Montcornet épousa à la charnière des XIe et XIIe siècles Béatrice de Reynel, s'affiliant ainsi à la dynastie des riches comtes de Reynel. Leur fils, Barthélémy de Montcornet, devint évêque de Beauvais (1162-1175). En 1295, Jeanne de Montcornet, héritère d'une large partie des biens de la famille, épousa Miles de Noyers, bouteiller de Bourgogne et conseiller apprécié du roi Philippe IV le Bel. Leurs descendants conservèrent la seigneurie jusqu'en 1446, date à laquelle Charles de Noyer la vendit à Antoine de Croÿ. Ce dernier, membre de la Toison d'Or (ordre chevaleresque créé par le duc de Bourgogne Philippe le Bon), y entreprit d'énormes travaux et donna à la forteresse la forme que nous lui connaissons aujourd'hui.

Montcornet fut mêlée aux guerres de Religion. Antoine II de Croÿ épousa en 1561 le culte réformé et s'acharna sur les catholiques du secteur. Sa mort en 1567 ramena le calme dans la région. Montcornet passa à une branche collatérale des Croÿ. Le dernier rejeton de la lignée, Charles de Croÿ, mourut en 1612 croulant sous les dettes. Montcornet fut alors saisi et vendue à Charles de Gonzague, fondateur de Charleville. La place changea de mains à plusieurs reprises, avant d'échoir à Armand Louis de Vignerot du Plessis (de la famille de Richelieu), duc d'Aiguillon qui organisa son démantèlement à compter des années 1760.

En 1960, l'abbé Bernard Lussigny parvint à acquérir les ruines. Il entreprit dès lors, avec l'aide de jeunes des environs, sa réhabilitation et sa restauration. Les nombreuses campagnes de fouilles ont permis d'exhumer un matériel impressionnant exposé dans une petite salle de la place. L'association des Amis du château de Montcornet est aujourd'hui propriétaire des ruines et veille à leur conservation et à leur mise en valeur.




précédente - suivante