Monuments :
Antiquité
Moyen âge

Chateaux
Edifices religieux
Visites 3D

XVI-XVIIIe siècle
Recherche d'un site :


Un monument au hasard :
Annecy

Modélisme et
impression 3d :
Richesheures
et moi :
Lettre d'information
Abonnement
Diaporamas
Acteurs du patrimoine
Livres anciens

Riches Heures sur les réseaux sociaux :
Partager cette page :

Le fil des nouveautés :





Château d'Aguilar, XIIIe siècle - site cathare.


Textes et photos ©

Fondation :
  • Première mention de la colline d'Aguilar en 1020
Sous le règne de :
  • Robert II le Pieux (996-1026)
Grandes dates :
  • 1209 : Début de la croisade contre les Albigeois.
  • 1210 : Siège de Termes. Capture de Raymond de Termes.
  • 1215 : Aguilar confisqué aux Termes et donné à un fidèle de Simon de Montfort.
  • 1240 : Retour en grâce d'Olivier de Termes.
  • 1250 : Aguilar et Tuchan sont restitués à Olivier.
  • 1258 : Traité de Corbeil. Aguilar près de la frontière.
  • 1260 : Olivier impécunieux, vend ses terres au roi de France. Début probable des travaux royaux.
  • XVIe siècle : La place est enlevée à deux reprises par les Espagnols.
  • 1659 : Traité des Pyrénées. La place n'a plus aucune utilité stratégique.
Principal intérêt :
  • Le château d'Aguilar s'élève au cœur d'un paysage désolé, d'une beauté sauvage et indomptable. Il constitue un parfait modèle de l'architecture capétienne dans la région au XIIIe siècle, mais possède une remarquable série d'archères sous niches en plein cintre, peut-être vestige de la forteresse existante lors de la croisade contre les Albigeois.
Statut :
  • Classé Monument Historique en 1946. Propriété de la commune de Tuchan.
Bibliographie :
  • Pas de référence pour le moment.

Des Celtes aux Carolingiens :

La colline d'Aguilar apparaît en 1020, comme Quéribus et Peyrepertuse, dans le testament de Bernard Ier Taillefer, comte de Besalu. Elle est alors à la frontière nord des possessions de ce potentat. A la fin du XIe siècle, elle entre dans la mouvance des Trencavel, vicomtes de Carcassonne. Ce sont eux qui concèdent les lieux à la lignée de Termes.

La croisade contre les Albigeois place les Termes au premier rang de la résistance à l'envahisseur. Ils le payent chèrement de la confiscation de leurs biens. La forteresse éponyme de la famille (Termes) est arrachée à Raymond de Termes, qui finit ses jours emprisonné à Carcassonne, et est confiée à l'administration d'un fidèle. Aguilar échoit en 1215 à Alain de Roucy, compagnon de Simon de Montfort. Mais après 1240, Olivier de Termes cesse de s'opposer à la domination des royaux dans la région et rentre dans le rang, s'impliquant même activement aux côtés de ses anciens ennemis. Saint Louis lui fait restituer pour récompense la forteresse d'Aguilar et le village de Tuchan (1250). Il accompagne le Capétien à la croisade et y accomplit des merveilles. A son retour, il est impécunieux et doit céder à la couronne l'ensemble de ses biens pour solder ses dettes (1260). Il repart en Terre Sainte et y meurt au cours de l'année 1275, auréolé de la gloire du valeureux guerrier.

Le traité de Corbeil entre la France et l'Aragon (1258) a transformé la région en zone frontalière entre les deux royaumes. Saint Louis fait alors copieusement modifier la place. Elle a désormais le rôle de vigie face à un état avec lequel le lis entretient des relations souvent houleuses. Aguilar est d'ailleurs pris par deux fois par les Espagnols durant le XVIe siècle. La place souffre cependant d'une désaffection partielle et menace ruine à l'aube du XVIIe siècle. Le traité des Pyrénées conclu en 1659, octroie le Roussillon à la couronne de France et sonne définitivement le glas d'Aguilar.




précédente - suivante