Monuments :
Antiquité
Moyen âge

Chateaux
Edifices religieux
Visites 3D

XVI-XVIIIe siècle
Recherche d'un site :


Un monument au hasard :
Le pont du Gard

Modélisme et
impression 3d :
Richesheures
et moi :
Lettre d'information
Abonnement
Diaporamas
Acteurs du patrimoine
Livres anciens

Riches Heures sur les réseaux sociaux :
Partager cette page :

Le fil des nouveautés :





Châteaux de Lastours, XIIe, XIIIe siècle - site cathare.


Fondation :
  • Vers 586, mention du Caput-Arietis castra dans l'Histoire des Francs de Grégoire de Tours.
Sous le règne de :
  • Gontran (561-592), Childebert II (575-595) et Clotaire II (584-629).
Grandes dates :
  • 1500 av. JC : Premières sépultures de l'âge du Bronze Moyen (première attestation d'une occupation du site).
  • Epoque romaine : Exploitation de la région pour son minerai. Possible implantation d'un oppidum sur le site.
  • Haut Moyen-Âge : Première mention d'un castrum : le Caput Arietis.
  • VIe siècle : Découvertes de sépultures dans le village castral de Cabaret.
  • 1209 : Les châteaux de Pierre Roger de Cabaret sont assiégés par Simon de Montfort.
  • 1211 : Première reddition des assiégés.
  • 1226/7 : Nouvelle vague d'" hérésie " Cathare, et nouveau siège des Châteaux de Lastours.
  • 1229 : Reddition définitive et le site passe dans le domaine royal.
  • 1243 : Construction de la Tour Régine, 4e château.
  • 1355 : Le Prince Noir, de passage dans la région, n'ose pas assiéger le site.
  • XVIe : Occupation par les Protestants.
  • 1591 : Les protestants sont chassés.
  • XXe : Premières restaurations.
Principal intérêt :
  • L'originalité du site tient en particulier dans l'existence de quatre ensembles fortifiés distincts et autonomes. Ils offrent un bon aperçu de l'architecture royale au XIIIe siècle.
Statut :
  • Classés Monuments Historiques en 1931. Propriétés de la commune.
Bibliographie :
  • Gardel M.-E., Les châteaux de Lastours, CAML/CDPCA, 1981.
  • Gardel M.-E., Cabaret, histoire et archéologie d'un Castrum, CVPM, 1999.

Le site de Lastours est implanté dans la partie orientale de la Montagne Noire, une zone géographique habitée et " exploitée " depuis la fin du IVe millénaire avant notre ère pour sa richesse en minerai. On y trouve de l'or mais aussi, et surtout, du cuivre, métal indispensable à la réalisation de l'alliage bronze. Les vestiges les plus anciens du site de Lastours semblent remonter au milieu de l'âge du bronze, vers 1500 avant notre ère.

Mais l'exploitation du site pour son minerai ne commence véritablement qu'à l'époque romaine. les Romains, avec leur efficacité légendaire, ont abondamment creusé la montagne à la recherche d'or et de cuivre. Des amas de scories (résidus provenant de la fonte de métaux) ont d'ailleurs livré des fragments de céramiques antiques. L'intérêt économique de la région a sans doute vite suscité la création de points de contrôle, de défense, voire de production, et le site de Lastours semble s'être vite montré propice à l'implantation d'un oppidum. Un chemin dit " route romaine " longe d'ailleurs la colline faisant face au site.

Cependant, il faut attendre le Haut Moyen-Âge pour que soit mentionné un premier site fortifié, sous le nom de Caput Arietis. Il n'est pas impossible que Lastours ait joué un rôle militaire lors de l'opposition entre Burgondes et Wisigoths (occupants de la région) au VIe (des sépultures sont en tout cas attestées pour cette période).

L'histoire des châteaux de Lastours, comme beaucoup d'autres de la région, s'étoffe lors de la Croisade des Albigeois, au XIIIe. Dès 1209, les châteaux de Pierre Roger de Cabaret sont assiégés par Simon de Montfort, chef des croisés. Mais les défenseurs résistent et prennent en otage Bouchard de Marly, chevalier servant de monnaie d'échange lors de la reddition qui intervient deux ans plus tard. Soumis une première fois, les hérétiques relèvent la tête en 1226/1227 et Humbert de Beaujeu, alors comandant des armées du roi dans la région, assiège de nouveau Cabaret qui tombe définitivement aux mains des croisés en 1229.

Cabaret, Surdespine et Quertinheux sont alors restaurés et un quatrième château, Tour Régine, est construit en 1243 par le pouvoir royal après la croisade. Placés sous la garde de chevaliers, les places fortes menacent d'être pillées par le " Prince Noir " (le Prince de Galles) lors de son passage dans la région en 1355. Les châteaux sont ensuite investis, au XVIe, par les Protestants qui en sont chassés en 1591. Dès lors, la garde et l'entretient des château revient aux habitants des villages alentours, en échange d'une exemption de taxes et de service militaire. Après la Révolution, le site sert de carrière de pierre avant que n'interviennent les premières restaurations, au XXe.




précédente - suivante