Monuments :
Antiquité
Moyen âge

Chateaux
Edifices religieux
Visites 3D

XVI-XVIIIe siècle
Recherche d'un site :


Un monument au hasard :
Abbaye de Jumièges

Modélisme et
impression 3d :
Richesheures
et moi :
Lettre d'information
Abonnement
Diaporamas
Acteurs du patrimoine
Livres anciens

Riches Heures sur les réseaux sociaux :
Partager cette page :

Le fil des nouveautés :





Château de Najac, XIIe, XIIIe siècle.


Textes et photos ©

Fondation :
  • Vers 1100. Attesté en 1109.
Sous le règne de :
  • Louis VI le Gros (1108-1137).
Grandes dates :
  • Vers 1180 : Le château appartient aux Plantagenêts.
  • 1196 : Il revient au comte de Toulouse Raymond VI.
  • 1214 : Simon de Montfort s'empare de Najac.
  • 1249 : Mort du comte de Toulouse Raymond VII. Ses terres passent à son gendre Alphonse de Poitiers, frère du roi Louis IX.
  • 1271 : Mort d'Alphonse de Poitiers. Le Midi annexé au domaine royal.
  • 1572 : Les Huguenots s'emparent de Najac et dévastent le château.
  • 1590 : Il est pris par les troupes de Henri IV.
Principal intérêt :
  • L'adaptation de la vieille forteresse méridionale aux canons philippiens est en tous points remarquable. La tour maîtresse et ses immenses archères impressionnent toujours, près de huit siècles après sa construction.
Statut :
  • Classé Monument Historique en 1925. Propriété privée.
Bibliographie :
  • Pas de référence pour le moment.

Fondé sans doute vers 1100 par les comtes de Toulouse, le château de Najac est mentionné pour la première fois en 1109. Il est partagé entre plusieurs coseigneurs au XIIe siècle et passe temporairement sous l'influence des Plantagenêts dans les années 1180. Il est à nouveau cédé au comte Raymond VI de Toulouse (1194-1222) par Richard Cœur de Lion en 1196, avec en prime la main de Jeanne d'Angleterre, sœur du souverain britannique. Le château est alors pour la seconde fois attribué en fief à des coseigneurs.

La forteresse est prise en juin 1214 par Simon de Montfort, chef de la Croisade contre les Albigeois, lors d'un vaste raid lancé en Rouergue, Quercy et Agenais. Elle reste toutefois, semble-t-il, aux mains des mêmes propriétaires. En 1227 et 1229, le comte de Toulouse Raymond VII (1222-1249) parvient à leur arracher un serment de fidélité. De 1231 à 1246, convaincu de l'importance stratégique de la place, il s'emploie à racheter les droits des multiples occupants du lieu et y parvient au terme de 15 années d'acharnement.

Son unique héritière, Jeanne de Toulouse, avait épousé Alphonse de Poitiers, frère du roi Louis IX (1226-1270) en 1241. A la mort de Raymond VII en 1249, ses immenses possessions passent donc dans l'orbite capétienne. C'en est alors bien fini de l'indépendance du Midi et de sa lutte permanente contre le trône de France. Mais devant la fronde populaire, rétive à l'autorité d'un prince imposé considéré comme un étranger, Alphonse s'attache à assurer sa mainmise sur son héritage et renforce notamment considérablement le château de Najac. Les travaux débutent en 1253 et s'étalent sur près d'une décennie, utilisant jusqu'à 2 000 ouvriers et coûtant au passage la " modique " somme de 16 000 Livres Tournois.

Alphonse décède à son tour sans héritier en 1271 et c'est le roi Philippe III le Hardi (1270-1285) qui tient désormais en propre les territoires anciennement sous suzeraineté des comtes de Toulouse. Najac joue encore un maigre rôle durant la Guerre de Cent Ans, puis pendant les sanglantes Guerres de Religions. Définitivement abandonné au XVIIe, il est vendu comme bien national et sert de carrière de pierres après la Révolution. Le massacre s'arrête au XIXe siècle. Il est alors partiellement restauré. Classé Monument Historique en 1925, il est aujourd'hui propriété privée.




précédente - suivante