Monuments :
Antiquité
Moyen âge

Chateaux
Edifices religieux
Visites 3D

XVI-XVIIIe siècle
Recherche d'un site :


Un monument au hasard :
Basilique Notre-Dame d'Avioth

Modélisme et
impression 3d :
Richesheures
et moi :
Lettre d'information
Abonnement
Diaporamas
Acteurs du patrimoine
Livres anciens

Riches Heures sur les réseaux sociaux :
Partager cette page :

Le fil des nouveautés :





Château de Boulbon, XIIIe, XVe siècle.


Fondation :
  • Vers 1003 (première mention du castrum)
Sous le règne de :
  • Robert II le Pieux (996-1031)
Grandes dates :
  • 1059 : Bertrand de Boulbon est seigneur du castellum.
  • 1214 : Raymond VI, comte de Provence, revendique Boulbon.
  • 1298 : des travaux sont réalisés.
  • 1390 : Raimond de Turenne occupe la place.
  • 1399 : le comte de Provence en prend possession.
  • 1422 : elle est rendue aux Le Meingre dit Boucicaut.
  • 1457 : René Ier d'Anjou est maître de Boulbon.
  • XVIIème siècle : la place est modernisée.
  • 1792 : ordre est donné de la détruire.

Principal intérêt :
  • L'enceinte ceinturant l'éperon rocheux de la Montagnette conserve une magnifique rangée de corbeaux qui supportaient les mâchicoulis aujourd'hui disparus. Dispositif défensif ou décoratif ?
Statut :
  • Classé Monument Historique en 1976. Propriété d'une personne privée
Bibliographie :
  • Henry-Paul Eydoux : Châteaux fantastiques 3 - Flammarion pages 168 à 180 - 1971
  • Charles-Laurent Salch / Anne-Marie Durupt : Nouvel atlas châteaux et fortifications - Bouches-du-Rhône - Edition Accès 2009
  • Dominique Dieltiens : Châteaux et forteresses du Midi - Histoire Loubatières pages 245 à 247- 2011


C’est à la charnière des Xème (986) et XIème siècles (1003), que les textes mentionnent pour la première fois Bulbonum et son castrum. En 1043, c’est au tour de la famille de Boulbon, issue des vicomtes d’Avignon, d’apparaitre dans les textes. En 1059, le seigneur du castellum se nomme Bertrand de Boulbon.

En 1214, le comte de Provence, Raymond VI, fait valoir ses droits sur la coseigneurie du castrum Burbone. Coseigneurie fortement mouvante, comme nous le montrent ces quelques exemples : en 1220, trois familles -les Boulbon, les Bompart et les de la Tour- se partagent les droits ; en 1252, le comte de Provence possède cinq parts sur douze ; en 1298, les Boulbon et les Gantelmi font réalisés des travaux au château ; en 1315, l’évêque d’Avignon, Bertrand de Boulbon et Geoffroy de Barbentane y sont titrés.

A la fin du XIVème siècle, Boubon, tout comme Roquemartine, est occupé par Raimond Roger de Beaufort, vicomte de Turenne, en lutte contre la seconde dynastie angevine du comté de Provence. En 1393, son gendre Jean de Boucicaut, rachète la place que le comte de Provence lui reprend en 1399. Celle-ci est rendue aux Le Meingre dit Boucicaut vingt trois ans plus tard.

Le « bon roi René » Ier d’Anjou est maître de Boulbon de 1457 à 1474. Lui doit-on la couronne de mâchicoulis semblable à celle de Tarascon ? En 1586, la place protestante résiste aux assauts des troupes de la Ligue menées par Hubert de Vins.

Au XVIIème siècle, la place est agrandie et modernisée (par René de Rousset, André d’Oraison ou Julie de Forbin ??). En 1792, ordre est donné de la détruire. Dès lors, elle n’est « qu’un monceau de ruine depuis 1793 ».




précédente - suivante