Monuments :
Antiquité
Moyen âge

Chateaux
Edifices religieux
Visites 3D

XVI-XVIIIe siècle
Recherche d'un site :


Un monument au hasard :
Villerouge-Termenès

Modélisme et
impression 3d :
Richesheures
et moi :
Lettre d'information
Abonnement
Diaporamas
Acteurs du patrimoine
Livres anciens

Riches Heures sur les réseaux sociaux :
Partager cette page :

Le fil des nouveautés :





Château de Roquemartine, XIIIe, XVIe siècle.


Le château forme un carré d’environ 20 m de côté. Il se compose de deux logis à angle droit -côtés nord et ouest- et d’une cour délimitée à l’est par un épais mur d’enceinte (2,25 m d’épaisseur) à base talutée. Une tour quadrangulaire, légèrement débordante, fait la jonction entre le logis nord et le mur d’enceinte oriental.

Il reste, au sud du logis ouest, les arrachements d’un petit bâtiment et au bout du mur d’enceinte, une étroite tour en fer à cheval ayant abritée la chapelle castrale. Au pied de cette tour se développe, à flanc de rocher, un long bâtiment à trois niveaux.

Le logis occidental s’ouvre par une belle porte surmontée d’un arc en plein cintre à longs claveaux moulurés. Une fois franchie, on découvre une salle voûtée en berceau brisé, rythmé par trois arcs doubleaux (10 m x 5 m). On peut y noter un grand placard sous arc plein cintre (mur nord), une vaste cheminée (mur est), une fenêtre à coussièges et sa cheminée à « l’étage » et la fenêtre à meneaux fortement dégradée (mur sud). Un plancher (aujourd’hui disparu), posé sur le bandeau du départ de voûte, séparait la salle en deux « étages ».

Le logis nord se compose, à l’ouest, d’une citerne surmontée d’une salle carrée (4,60 m de côté) voûtée d’ogives. Une latrine à encorbellement prenait place sur son mur ouest. Faute d’entretien, l’angle nord-ouest et la voûte de cette salle se sont effondrés dans les années 1990. Au centre, deux salles superposées complètent ce logis. Le « cellier » est voûté en berceau mais son voutement n’est pas d’origine (plancher reposant sur des arcs doubleaux). La grande salle de l’étage (11 m x 4,70 m) est couverte de deux belles croisées d’ogives aux clefs sculptées de fleurs. Deux fenêtres à coussièges percent son mur nord. Des trous de boulins (portant les poutres soutenant un plancher) témoignent, comme pour la salle précédente, d’une division de celle-ci en deux étages Une étroite porte à l’est débouche dans la petite salle (1,80 m x 1,70 m) de la tour d’angle (18 m de haut, murs épais de 2,50 m). Celle-ci est munie d’une latrine à fosse et de deux petites baies (dont une est bouchée).



précédente - suivante