Monuments :
Antiquité
Moyen âge

Chateaux
Edifices religieux
Visites 3D

XVI-XVIIIe siècle
Recherche d'un site :


Un monument au hasard :
Castelnaud

Modélisme et
impression 3d :
Richesheures
et moi :
Lettre d'information
Abonnement
Diaporamas
Acteurs du patrimoine
Livres anciens

Riches Heures sur les réseaux sociaux :
Partager cette page :

Le fil des nouveautés :





Fortifications de La Rochelle, XIVe, XVe siècle.


Textes et photos ©

Tour Saint-Nicolas :

Bâtie de 1372 à 1376, sans doute avec les matériaux de l'ancienne forteresse qui occupait l'actuelle place de Verdun, elle trône toujours sur la rive sud du port. Elle fut construite avec l'approbation du roi de France Charles V et symbolise les privilèges accordés à la ville après le départ des armées anglaises en 1372. Il s'agit d'une tour résidentielle type du dernier quart du XIVe siècle, dérivée des standards popularisés par les architectes royaux à Vincennes. Elle est constituée d'un imposant fût principal cylindrique, étonnamment doté de plusieurs flanquements circulaires ou polygonaux. Les niveaux intérieurs, tous voûtés en pierre, sont desservis par une vis à double révolution. On trouve dans les étages des appartements avec chapelle et latrines. Elle possède un beau couronnement de mâchicoulis partiellement orné de motifs trilobés. La tour Saint-Nicolas était reliée chaque soir à l'autre rive du port par une chaîne, interdisant durant la nuit le passage aux navires.

Tour de la Chaîne :

Elle fait face à la tour Saint-Nicolas, sur la rive nord du port. C'est à elle qu'était reliée cette dernière au crépuscule. Construite sans doute en même temps que sa voisine, elle a perdu tous les aménagements liés à l'usage de cette fameuse chaîne. Utilisée comme poudrière, une explosion lui fit perdre son couronnement d'origine. François Rabelais, avec sa truculence coutumière, a utilisé ces anneaux de fer dans son Pantagruel : " Mais quelquefoys que un grand ours que nourrissoit son pere eschappa, et luy venoit lescher le visaige, il se deffist desdictz cables aussi facillement comme Samson d'entre les Philistins, et vous print monsieur [Pantagruel] de l'ours, et vous le mit en piecse comme un poulet, et vous en fit une bonne gorge chaulde pour ce repas. Parquoy, craignant Gargantua qu'il se gastat, fist faire quatre grosses chaisnes de fer pour le lyer, et fist faire des arboutans à son berceau , bien afustés. Et de ces chaisnes en avez une à la Rochelle, que l'on leve au soir entre les deux grosses tours du havre. " La chaîne est visible sur une place devant la tour.

Tour de la Lanterne :

Reliée sur le front de mer par une très longue courtine à la tour de la Chaîne, elle domine l'esplanade Saint-Jean-D'Acre, théâtre de l'annuel festival des Francofolies. Nous sommes là en présence d'une construction classique de la seconde moitié du XIVe siècle, pourvue d'une jolie couronne de mâchicoulis ciselés de motifs trilobés. Mais elle possède surtout une magnifique flèche de style gothique flamboyant lui conférant un esthétisme indéniable. Probablement achevée en 1476, elle avait pour fonction d'abriter un fanal que l'on allumait à la tombée de la nuit afin de guider les navires. L'océan léchait autrefois les pieds de cette tour. Longtemps utilisée comme prison, elle est parfois également nommée tour des Prêtres (des religieux catholiques y furent égorgés et leurs cadavres précipités de son sommet en 1565), ou parfois tour des Quatre Sergents (les Carbonaristes, conspirateurs de 1822, y furent enfermés).




précédente - suivante