Monuments :
Antiquité
Moyen âge

Chateaux
Edifices religieux
Visites 3D

XVI-XVIIIe siècle
Recherche d'un site :


Un monument au hasard :
Montélimar

Modélisme et
impression 3d :
Richesheures
et moi :
Lettre d'information
Abonnement
Diaporamas
Acteurs du patrimoine
Livres anciens

Riches Heures sur les réseaux sociaux :
Partager cette page :

Le fil des nouveautés :





Palais Jacques Cœur à Bourges, XVe siècle.


Fondation :
  • 1443
Sous le règne de :
  • Charles VII (1422-1461)
Grandes dates :
  • 1395 ou 1400 : naissance de Jacques Cœur.
  • 1418 : Jacques Cœur est introduit dans la cour du futur Charles VII.
  • 1432 : fondation d’une flotte pour commercer avec le Levant.
  • 1443-1451 : édification de la « grant’maison ».
  • 1451 : Jacques Cœur est emprisonné et condamné. Ses biens sont confisqués.
  • 1552-1679 : la demeure est propriété des d’Aubespine.
  • 1682 : l’Hôtel de Ville s’y installe.
  • 1820 : le palais de justice le remplace.
  • 1840 : premières restaurations.
Principal intérêt :
  • Le palais Jacques Cœur est un splendide exemple d'architecture civil du XVe siècle. Il préfigure les hôtels particuliers qui fleuriront à la Renaissance.
Statut :
  • Classé Monument Historique en 1840. Propriétés de l'Etat.
Bibliographie :
  • Pas de référence pour le moment.

Jacques Cœur naît en 1395 (ou 1400) en pleine guerre de Cent Ans. Il est le fils d’un marchand pelletier de Bourges. Son mariage en 1418 (ou 1420) avec la petite-fille du maître de la Monnaie l’introduit à la cour du futur Charles VII, « le petit roi de Bourges ». Négociant avisé, il fonde, en 1432, une flotte marchande en Méditerranée (dont un des ports d’attache est Aigues-Mortes) pour commercer avec l’Orient. Le développement de son « entreprise » va lui apporter richesse et notoriété. Charles VII en fait son argentier (intendant chargé de l’approvisionnement / gestionnaire des sommes affectées aux dépenses de la maison du roi) en 1438 et l’anoblit trois ans plus tard.

En 1443, au faîte de sa réussite, il fait édifier, dans sa ville natale une « grant’maison ». Les travaux sont confiés à Pierre Jobert, Jacquelin Collet et Guillot Trépan et la supervision à Colin le Picard, « maître des œuvres du roi ». L’édifice semble terminé, en juillet 1451, lorsque Jacques Cœur est jeté en prison et condamné (à cause de problèmes financiers et de la rancœur de ses débiteurs). Charles VII lui confisque tous ses biens, puis restitue, en août 1457, la « grant’maison » de Bourges à ses héritiers.

La demeure est vendue en 1552 à Claude de l’Aubespine, secrétaire d’État et des finances. Proche du pouvoir royal, les d’Aubespine y accueilleront : Charles IX et Catherine de Médicis en septembre 1562 ; Louis II prince de Condé -élève au collège des Jésuites- de 1629 à 1636 ; Louis XIV, son frère le duc d’Anjou et Anne d’Autriche en octobre 1651.

En 1682, la municipalité de Bourges s’en porte acquéreur et y installe l’hôtel de ville. En 1820, le palais de justice remplace ce dernier. Pendant dix ans, l’aménagement du tribunal déstructure l’intérieur de l’édifice et détruit les décors. Prosper Mérimée, dès 1840, classe le palais pour le sauvegarder. A partir de cette date, des travaux de restauration seront entrepris (1840-1846 : bâtiments et sculptures ; 1859 : restauration générale ; 1869 : chapelle et galeries ; 1880 : façade ouest ; 1927-1938 : « grande restauration sur bases historiques sérieuses» ; 1998 : façade est).




précédente - suivante