Monuments :
Antiquité
Moyen âge

Chateaux
Edifices religieux
Visites 3D

XVI-XVIIIe siècle
Recherche d'un site :


Un monument au hasard :
Cathédrale de Noyon

Modélisme et
impression 3d :
Richesheures
et moi :
Lettre d'information
Abonnement
Diaporamas
Acteurs du patrimoine
Livres anciens

Riches Heures sur les réseaux sociaux :
Partager cette page :

Le fil des nouveautés :





Château de Yèvre-le-Châtel, XIIIe siècle.


Au milieu du village, sur une éminence aplatie et partiellement artificielle, se dresse la tour de Salon. Bâtie en dalles de schiste gris et en moellons irréguliers de granit, elle mesure 8,25 m x 8,20 m (selon André Châtelain) ou 8,25 m x 8,10 m (selon Christian Rémy) pour une vingtaine de mètres de hauteur. Sa base (emmottée) se compose de quatre piliers se rejoignant en arcades. Celle portant le côté ouest de la tour s’est brisée, sans doute lors du retrait du gabarit.

Deux contreforts plats sur chaque face, près des angles, rythment sa hauteur. Une mince corniche « matérialise » l’avant-dernier niveau.

La porte d’accès s’ouvre à 6 m de hauteur sur le côté nord. Le côté sud porte le hourd/balcon reconstitué et les latrines restaurées. Quelques ouvertures (fentes de jour ou archères) éclairent les niveaux, au nombre de cinq. Seul l’étage « habitable » est éclairé par deux baies qui devaient être géminées (un chapiteau et des morceaux de colonnettes ont été retrouvés sur le site).

Comme pour toutes les tours limousines sa datation est incertaine. Christian Rémy, spécialiste du Limousin médiéval, la date du XIIe-XIIIe siècle, sans autre précision. L’abbé Poulbrière, dans son dictionnaire des paroisses du diocèse de Tulle propose le XIIe finissant, le XIIIe au plus tard.

Si l’on se réfère aux textes en notre possession, les castra des vicomtes de Limoges sont attestés dès la fin du XIe siècle : Saint-Yrieix : 1088 ; Salon : 1094 ; Château-Chervix : 1096 ; Châlucet : (plus tardivement) vers 1130. Sur la présence d’une tour, les textes précisent : Château-Chervix : sous le « règne » de l’abbé Isembert entre 1174 et 1198, Aixe sur Vienne : 1206, Saint Yrieix : 1265.

Si l’on analyse les textes, plusieurs hypothèses de datation peuvent être proposées pour la tour de Salon :

- Fin du XIe s : les deux donations faites par le vicomte Adhémar III au château, en 1094 et 1108, attestent bien de l'existence d’un ensemble fortifié mais ne donnent aucune information sur sa composition (aula, tour en bois ou en pierre…).

- Milieu du XIIe s : en 1173, lors du conflit opposant le doyen de Saint-Yrieix au vicomte de Limoges, Salon est échangé contre Excideuil -capitale de la vicomté de Limoges-. Compte tenu de ce statut, il faut voir dans Salon à cette époque, une « belle » place-forte dotée sans doute d’une tour maçonnée.

- Dernier quart du XIIe, début du XIIIe siècle : en 1390, l’artillerie anglaise détruit le sommet de la tour du château, rasé deux siècles plus tôt par Richard Cœur de Lion (1176). La tour fut donc (re)construite entre ces deux dates. Bâtie après 1177, elle pourrait symboliser le pouvoir « retrouvé » des vicomtes de Limoges.

- Milieu du XIIIe siècle : d’un point de vue archéologique, la forte ressemblance entre les tours de Saint-Yrieix et de Salon pourrait attester d’une construction contemporaine.





précédente - suivante