Monuments :
Antiquité
Moyen âge

Chateaux
Edifices religieux
Visites 3D

XVI-XVIIIe siècle
Recherche d'un site :


Un monument au hasard :
Cité gallo-romaine de Reims

Modélisme et
impression 3d :
Richesheures
et moi :
Lettre d'information
Abonnement
Diaporamas
Acteurs du patrimoine
Livres anciens

Riches Heures sur les réseaux sociaux :
Partager cette page :

Le fil des nouveautés :





La tour de Salon, XIe, XIIe siècle.


Fondation :
  • vers 1094 (mention du castrum).
Sous le règne de :
  • Philippe Ier (1060-1108).
Grandes dates :
  • v. 1000 : Salon passe aux vicomtes de Limoges.
  • 1094 : Première mention du castrum.
  • 1176 : Richard Cœur de Lion s’en empare et le détruit.
  • v. 1380 : Pierre de Cros bâtit un «château» près de la tour.
  • 1390 : L’artillerie anglaise écrête la tour.
  • 1986 : Les derniers propriétaires entreprennent sa restauration.
Principal intérêt :
  • Il s'agit de l'une des quelques tours quadrangulaires limousines encore en élévation et en bon état de conservation. Sa restauration intérieure est de plus irréprochable.
Statut :
  • Classée Monument Historique en 1975. Propriété d'une personne privée.
Bibliographie :
  • René de Cosnac : Salon, ses fiefs et ses châteaux - imprimerie Orfeuil Tulle - après 1880.

Dans le premier tiers du Xe siècle, Salon appartient au vicomte de Ségur. Une donation concédée à l’abbaye d’Uzerche en 951, nous fournit le nom du (ou d’un) coseigneur de la place : Rodulphe de Mira. Vers l’an 1000, Salon passe aux vicomtes de Limoges par mariage, Emma de Ségur épousant Guy Ier.

Au XIe siècle, les donations continuent à nous renseigner sur le nom des « milites castri » (« guerriers du château ») occupant Salon : 1017 : Bouchiat, Chenet, la Tour ; 1036 : la Tour, Bouchiat, Chenet, Vigier de Salon ; 1094 : Chenet, Bouchiat, Pérusse… Cet acte de 1094 mentionne, pour la première fois, l’ensemble fortifié sous le nom de « castrum Celome ». Au début du XIIe siècle (1108), un nouvel acte est passé au château.

Lors d’une guerre privée opposant les seigneurs limousins, le castrum devient une monnaie d’échange. En 1173, Bernard de Comborn, doyen de Saint-Yrieix, restitue à Adhémar V, vicomte de Limoges, le château d’Excideuil et reçoit en échange Salon. Trois ans plus tard, Adhémar récupère Salon en échange de Saint-Yrieix. Cette même année, lors du conflit opposant les ducs Plantagenêt à la chevalerie d’Aquitaine, le château est détruit. A partir de cette date, il n’apparaît plus dans les textes (cartulaires d’Uzerche, de Vigeois, chroniques). Est-ce la conséquence de sa destruction et/ou de sa désaffection par les vicomtes ?

Lors de la guerre de Cent Ans, les Anglais « s’intéressent » de nouveau à Salon. L’artillerie anglaise endommage le haut de la tour en 1390.

Durant ce XIVe siècle (1346 et 1350), les vicomtes de Limoges transmettent Salon à Guillaume-Roger de Beaufort, famille proche des papes avignonnais. Les Roger autorisent Pierre de Cros, cardinal en 1383, à bâtir un château près de la tour (maison forte ou logis ?).

Aux siècles suivants, les du Breuil (bâtisseurs du château du Fraysset vers 1430), les de Carbonnières (en 1556), les de Bouilhac (en 1771) se qualifient de seigneurs de Salon.

Les derniers propriétaires ont entrepris, depuis 1986, la restauration de la tour (remise en place des planchers et du hourd/balcon, reconstruction des latrines et de l’étage sommital).




précédente - suivante