Monuments :
Antiquité
Moyen âge

Chateaux
Edifices religieux
Visites 3D

XVI-XVIIIe siècle
Recherche d'un site :


Un monument au hasard :
Château de La Rochefoucauld

Modélisme et
impression 3d :
Richesheures
et moi :
Lettre d'information
Abonnement
Diaporamas
Acteurs du patrimoine
Livres anciens

Riches Heures sur les réseaux sociaux :
Partager cette page :

Le fil des nouveautés :





Château de Ségur le Château, XIIIe, XVe siècle.


Le château (formant un rectangle de 100 m sur 60 m environ) est bâti sur une plate-forme rocheuse logée dans un méandre de l’Auvézère. On y accède, au nord, par une imposante rampe (bâtie avant 1644) donnant sur la porte charretière de la basse-cour. Cette entrée, qui a conservé les rainures des flèches du pont-levis et des armoiries, est encadrée à gauche par deux logis de chevaliers et à droite, par les restes d’une tour carrée à contreforts (10 m de côté). L’entrée primitive du castrum se trouvait sur la droite de la tour, juste avant le bastion flanquant l’angle nord-est (XVIIe siècle ?). Il est à noter qu’une forte végétation empêche toute observation architecturale de ce côté. Le front oriental de la basse-cour est occupé par la résidence actuelle des propriétaires (29 m x 13,80 m). Celle-ci correspond à l’ancien logis des Pérusse, plusieurs fois modifié depuis le XIIIe siècle et considérablement remanié au XIXe siècle. Le front ouest se compose d’une longue terrasse aménagée aux XVIe/XVIIe siècles s’appuyant sur une courtine flanquée d’une tour-porte carrée (7 m de côté), d’un hôtel de chevaliers la jouxtant (tour « carrée », 8,65 m x 8,30 m) et d’une petite tour pleine semi-cylindrique.

L’enclos vicomtal (au sud) est fortement ruiné. Il se compose du donjon (XIIIe siècle) dont les fondations s’appuient en contrebas de l’assiette rocheuse. Sa base est épaulée par trois contreforts qui passent à quatre (plus fins) au niveau du 2éme étage. Le 1er étage est percé par deux baies semblables à celles de Châlucet. A gauche du donjon, se dresse la masse du grand logis sur caves (XVe siècle) et en appui sur son mur nord, les restes d’un second logis (XVe également). Bâti dans le fossé séparant les deux enclos, c’est peut être le bâtiment nommé dans les textes du XVIIIe siècle le « pavillon de la Reine ». Il ne subsiste du logis primitif qu’un pan de mur percé d’une petite baie en plein cintre. Sur le flanc oriental, la massive tour semi-circulaire posée sur un bahut taluté, correspond à l’abside de la chapelle vicomtale. Sur sa gauche s’élève la chapelle annexe.




précédente - suivante