Monuments :
Antiquité
Moyen âge

Chateaux
Edifices religieux
Visites 3D

XVI-XVIIIe siècle
Recherche d'un site :


Un monument au hasard :
Domfront

Modélisme et
impression 3d :
Richesheures
et moi :
Lettre d'information
Abonnement
Diaporamas
Acteurs du patrimoine
Livres anciens

Riches Heures sur les réseaux sociaux :
Partager cette page :

Le fil des nouveautés :





Château et remparts de Dinan, XIIIe, XIVe, XVe siècle.


La tour résidence :

Le donjon construit par Jean IV (appelé aujourd'hui tour de la Duchesse Anne) est un édifice de forme ovale (24 m de long pour 15 m de large), résultant de l'imbrication de deux tours cylindriques reliées entre elles par un mur plan. D'une hauteur de 30 m, il s'organise en six niveaux. Le rez-de-chaussée se composait de la cuisine et d'un cachot. Le premier étage était dédié à la réception, le second à l'apparat princier (chambre, chapelle avec oratoire privé), le troisième aux espaces de couchage modifiés par la voûte en berceau construite au XVIIIe siècle et le dernier à la défense (plate-forme d'artillerie).

Entre le rez-de-chaussée et le premier étage se trouve un entresol qui accueillait les entrées de la tour : l'accès utilitaire (porte charretière) était protégé par un pont-levis à bascule ; l'accès noble, par un double pont-levis et une herse. Ces accès donnaient dans une courette supprimée lors des travaux du XVIe siècle. L'entrée actuelle, à hauteur du deuxième étage, a été percée au XVIIIe siècle à l'emplacement du vitrail de la chapelle.

L'ensemble de ces étages est desservi par une grande vis, proche de l'entrée noble. Le sommet de la tour est ceinturé par une magnifique couronne de mâchicoulis sur consoles avec arcades trilobées champlevées, peu communs en Bretagne.

Les portes de la ville :

A proximité du donjon, se dresse la porte du Guichet : deux tours cylindriques d'assez faible diamètre (6,70 m et 7 m) encadrant un haut passage. Au XVIe siècle, la courtine reliant cette porte au donjon a été percée par deux galeries superposées.

Sur une porte similaire - la porte Saint-Malo - au nord de l'enceinte, un corps central rectangulaire commandant une herse et un pont-levis charretier à flèches a été ajouté au XVe siècle.

La porte du Jerzual, donnant sur le port, s'ouvre dans une tour circulaire (diamètre de 12,50 m), où fut inséré un pont à flèches. Stéphane Gesret considère que les deux rainures près de l'encadrement de la porte (généralement mis en relation avec le pont-levis) sont des ancrages pour la construction d'un avant-corps. Comme celle du Guichet, elle fut murée par le duc de Mercoeur puis rouverte en octobre 1642.

La porte Saint-Louis, au sud de l'enceinte, est un bastion muni d'un dispositif de défense traditionnel et éprouvé : pont-levis, herse, vantaux et mâchicoulis.

Les tours en fer à cheval :

Les six tours de l'enceinte de Dinan, dont la construction se déroula de 1449 à 1488, constituent un bel échantillonnage d'ouvrages de flanquement conçus pour les armes à feu (couleuvrines, bombardes et canons). Leurs principales caractéristiques communes sont : grandes dimensions (largeur de 15 à 18 m), forte épaisseur, particulièrement sur le front arrondi (5 m en moyenne et jusqu'à 8 m pour les tours Beaumanoir et du Gouverneur), un fort saillant sur l'enceinte (20 à 23 m), un fruit sur toute la hauteur en plus du talutage de la base.

- La tour du Connétable (au sud-ouest), construite par Raoul V de Coëtquen, possède un " éperon " en amande pour dévier les boulets et conserve sur la clé de voûte de l'escalier intérieur les armoiries de la famille de Coëtquen. Cet escalier dessert deux grandes salles voûtées superposées.

- La tour de Lesquen (plus au nord) est une tour de défense, munie de casemates, dont la construction resta inachevée.

- La tour du Gouverneur, construite entre les portes Saint-Malo et du Jerzual, est une tour d'artillerie à trois étages. Le dernier, ajouté à la fin du XVIIe ou au début du XVIIIe siècle est pourvu de quatre canonnières (deux sur chaque flanc).

- La tour de Penthièvre (au sud), comme les précédentes, renferme plusieurs casemates de tir, notamment sur le flanc ouest, l'autre côté étant principalement défendu par une pente escarpée. Elle a perdu le dernier de ses trois étages.

- La tour de Coëtquen est composée de trois salles voûtées. Annexe du musée, sa salle basse rassemble de superbes gisant. Elle conserve, comme celle du Connétable, les armes de la famille de Coëtquen.

- La tour Beaumanoir ou d'Allouée (la plus moderne), située entre la tour Lesquen et la porte Saint Malo, est la seule tour à ne pas avoir d'étages voûtés. L'intérieur est à ciel ouvert et une galerie portée par des corbeaux desservait les casemates des canonnières à l'étage. Un chemin en terrasse d'artillerie ceint le sommet. En 1693, la tour renfermait " 16 casemates ou embrasures voûtées, 8 de chaque côté. "
Au XVe siècle, le pied des remparts est renforcé par une contrescarpe, rempart de terre courant de la porte du Jerzual au donjon, et par une fausse-braie voûtée (de la porte de Brest à la porte Saint-Malo) dont il subsiste d'importants vestiges près des tours Beaumanoir et de Lesquen. La contre-escarpe a été en grande partie transformée en promenade.




précédente - suivante