Monuments :
Antiquité
Moyen âge

Chateaux
Edifices religieux
Visites 3D

XVI-XVIIIe siècle
Recherche d'un site :


Un monument au hasard :
Cité gallo-romaine d'Augustodunum (Autun)

Modélisme et
impression 3d :
Richesheures
et moi :
Lettre d'information
Abonnement
Diaporamas
Acteurs du patrimoine
Livres anciens

Riches Heures sur les réseaux sociaux :
Partager cette page :

Le fil des nouveautés :





Château de Tonquédec, XVe, XVIe siècle.


Fondation :
  • 1231 (première mention)
Sous le règne de :
  • Louis IX (1226-1270)
Grandes dates :
  • 1395 : Destruction du château primitif.
  • 1406 : Reconstruction du château.
  • 1472-73 : Une nouvelle campagne de travaux est entreprise.
  • de 1577 à 1582 : Les travaux sont achevés.
  • de 1589 à 1598 : Tonquédec devient un repaire protestant.
  • 1626 : Richelieu donne l'ordre de démanteler le château.
Principal intérêt :
  • Se présentant sous la forme d'une enceinte trapézoïdale, le château est pourvu, à sa pointe nord et à son angle sud-est, de deux tours cylindriques isolées, quasi identiques. Cette disposition, singulièrement archaïque au XVe siècle, semble être une survivance du château primitif. Son châtelet d'entrée englobe, d'ailleurs, l'une des deux tours de l'ancien château.
Statut :
  • Classé Monument Historique en 1862. Propriété d'une personne privée.
Bibliographie :
  • Henri Paul Eydoux : Châteaux fantastiques tome 3 - 1971

Si le premier seigneur de Tonquédec connu apparaît au milieu du XIIe siècle et se nomme Prigent (il marie sa fille, en 1180, à Geslin de Penthièvre, vicomte de Coëtmen ou Coatmen), la première mention du château ne date que de 1231. Son seigneur en est alors Alain de Coëtmen.

Dans le dernier quart du XIVe siècle, Olivier de Clisson, connétable de France, avec l'appui de Rolland III de Coëtmen, entre en conflit avec le duc de Bretagne Jean IV (du parti anglais). En 1395, Alain de Pierrier, maréchal de Bretagne, s'empare du château. Jean IV le fait démolir afin de rendre sa défense impossible.

En janvier 1400, Jeanne de Navarre, veuve du duc de Bretagne, signe une alliance avec les Clisson et les Penthièvre. Grâce à cet accord, Rolland III perçoit six ans plus tard 3.000 livres d'indemnités " pour cause de la démolicion de son chastel de Tronquédec ". C'est donc en 1406 qu'il entreprend la construction du nouveau château (sur un plan similaire au précédent).

A partir de 1472, son petit-fils, Jean II de Coëtmen, relance les travaux. Vont être construits, sur le front ouest dominant la vallée du Léguer, un très beau logis avec une imposante tour d'artillerie, et sur le front sud une immense barbacane.

Charles Gouyon, baron de la Moussaye et vicomte de Tonquédec, achève entre 1577 et 1582 les travaux entrepris par Jean II en améliorant l'adaptation du château à l'artillerie et en terminant la barbacane (achèvement ou remaniement ?). A la fin de cette décennie et jusqu'en 1598, le château devient un repaire protestant d'où s'organisent des raids meurtriers contre les Ligueurs.

En 1614, le baron de Marcé, frère du vicomte de Tonquédec, s'installe au château avec une poignée de soldats. Pour les neutraliser, la ville de Lannion envoie " un commando " qui s'empare de la place dans la nuit du 17 au 18 avril. Richelieu ordonnera son démantèlement en 1626.

La famille de Rougé (descendante des Coëtmen) en est propriétaire depuis 1880. Elle y a fait restaurer le donjon sud-est, dit tour d'Acigné - du nom d'un vicomte de Tonquédec, en 1496 - (mise hors d'eau, rétablissement des planchers et du sommet de la tourelle d'escalier) et le cellier du logis Jean II.




précédente - suivante