Monuments :
Antiquité
Moyen âge

Chateaux
Edifices religieux
Visites 3D

XVI-XVIIIe siècle
Recherche d'un site :


Un monument au hasard :
Falaise

Modélisme et
impression 3d :
Richesheures
et moi :
Lettre d'information
Abonnement
Diaporamas
Acteurs du patrimoine
Livres anciens

Riches Heures sur les réseaux sociaux :
Partager cette page :

Le fil des nouveautés :





Château de Crozant, XIIIe, XVe siècle.


Le château se développe sur un éperon rocheux long d’environ 450 m, orienté sud-nord. A sa base se rejoignent la Creuse et la Sédelle. Un fossé, large de 40 m et profond de 7 m sépare le village du château. Un pont (disparu) accédant à la grande porterie méridionale permettait de pénétrer dans l’avant-cour. Cette porterie se compose de deux tours rectangulaires renforcées à l’ouest par deux tours carrées. Celle donnant sur le fossé est percée d’une poterne. Cette porterie pourrait être l’œuvre des Plantagenêt (dès 1177) ou des Lusignan (à partir de 1200). Ses flanquements datent probablement de la première moitié du XIIIe siècle.

Une seconde cour conserve sur son flanc oriental surélevé, une tour (en fer à cheval) fortement dégradée et une tour carrée résidentielle. Son rez-de-chaussée, datant du début ou du milieu du XIIIe siècle, a été surélevé de trois étages dans le courant du XVe siècle. La tour d’escalier à vis sur son flanc nord, les cheminées et les baies à coussièges révèlent sa fonction résidentielle.

Une nouvelle porterie (tour-porte puissamment « contrefortée » avec chambre de tirs -seconde moitié du XIIe ou début du XIIIe-) donne accès à la cour seigneuriale dont le flanc oriental accueille la « grosse tour », la tour de la chapelle, la tour du renard et la tour Collin.

La « grosse tour », de plan circulaire -12,50 m de diamètre-, est conservée jusqu’au 1er étage. Son premier niveau (cul de basse fosse) est accessible par un oculus percé au sommet de sa voûte en coupole. Son second niveau conserve la « porte d’entrée » de la tour, le couloir d’accès à la salle et les premières marches de l’escalier rampant.

La tour, semi-circulaire, de la chapelle flanque la courtine orientale de la plate-forme. Elle se compose de deux salles superposées -chapelle et cellier- ; ce dernier étant creusé dans la roche. Des colonnes engagées circulaires à chapiteaux et bases portées sur d’importants stylobates décorent la chapelle.

La tour du renard (première moitié du XIIIe siècle) est une tour circulaire de 9,40 m de diamètre. Elle s’élève actuellement à 12 m de hauteur. Sur 2 m, sa base est pleine. Au-dessus s’élève une salle basse octogonale voûtée en croisée d’ogives, accessible de plain pied. Un escalier à vis permet de monter à la salle résidentielle (baies à coussièges, cheminée, tablettes sur corbeaux et latrines) puis au second étage, aujourd’hui disparu.

La tour Collin (9,70 m de diamètre) extérieurement, ressemble fortement à la tour du renard (mise en œuvre, décor, confort…). Après analyse, on constate qu’une première tour circulaire plus fine (6,50 m de diamètre) bâtie à l’extrême fin du XIIe siècle ou dans la première moitié du XIIIe, a été enchemisée (vers le milieu ou la seconde moitié du XIIIe siècle) pour lui donner sa forme actuelle.




précédente - suivante