Monuments :
Antiquité
Moyen âge

Chateaux
Edifices religieux
Visites 3D

XVI-XVIIIe siècle
Recherche d'un site :


Un monument au hasard :
Louvre

Modélisme et
impression 3d :
Richesheures
et moi :
Lettre d'information
Abonnement
Diaporamas
Acteurs du patrimoine
Livres anciens

Riches Heures sur les réseaux sociaux :
Partager cette page :

Le fil des nouveautés :





Château de Biron XIIe, XVIIIe siècle.


Textes et photos ©

Fondation :
  • Probablement au cours du XIe siècle. Seigneur de Biron attestés en 1076.
Sous le règne de :
  • Philippe Ier (1060-1108)
Grandes dates :
  • 1212 : siège de la place par Simon de Montfort.
  • 1345 : Biron aux mains des Anglais.
  • 1351 : retour dans le giron français.
  • 1444 : début d'une période noire de plusieurs années. Le château est enlevé par surprise par les Anglais. Assiégé presque aussitôt par les Français, il est incendié par la garnison avant d'être abandonné.
  • 1447 : nouveau siège par les Anglais.
  • 1453 : bataille de Castillon. La Guyenne revient au roi de France. Fin de la guerre de Cent Ans.
  • Deuxième moitié XVe siècle : début de la reconstruction de Biron.
  • 1515 : célébration du premier office dans la nouvelle chapelle castrale.
  • 1598 : Biron érigé en duché-pairie.
  • 1602 : Henri IV fait exécuter Charles de Gontaut-Biron pour trahison.
  • 1978 : le château est acquis par le département de Dordogne.
Principal intérêt :
  • Biron permet de comprendre l'évolution d'une résidence seigneuriale entre le XIIe et le XVIIIe siècle. Certaines charpentes sont tout simplement exceptionnelles.
Statut :
  • Classé Monument Historique en 1928. Propriété du Conseil Général de Dordogne.
Bibliographie :
  • Anne-Marie Cocula, Le château de Biron - Bordeaux : Éditions Sud Ouest, 1999.- 32 p.

Un seigneur de Biron est attesté pour la première fois en 1076. Au XIIe siècle, le château est aux mains des Gontaut, famille originaire de l'Agenais. Simon de Montfort l'assiège et s'en empare en 1212, lors d'une vaste expédition montée contre le Quercy et l'Agenais. Le sire des lieux, Martin Algais, est aussitôt exécuté. Durant la guerre de Cent Ans, Biron se retrouve au cœur d'une lutte farouche entre les partisans des rois d'Angleterre et ceux des rois de France. La place est sans cesse adaptée et complétée tout au long des XIVe et XVe siècles.

À partir de 1444 s'ouvre une période noire pour la forteresse, faite de sièges à répétition. Le village au pied du château est dévasté et les habitants des alentours massacrés ou en fuite. Au terme de la guerre de Cent Ans (1453), Biron est en ruine.

De la fin du XVe siècle jusqu'au XVIIIe siècle, les Biron ne cessent de restaurer, d'embellir et de moderniser l'antique forteresse familiale. Fidèles serviteurs de la monarchie, ils sont comblés d'honneur par les souverains successifs. L'un d'eux toutefois, Charles de Gontaut-Biron, est exécuté en 1602 à Paris pour trahison. Les Gontaut-Biron rentrent en grâce durant la Fronde, pour l'aide apportée au cardinal Mazarin dans ses opérations de maintient de l'ordre en Périgord.

Le château connaît aux XIXe et XXe siècles une période de déclin. Ses derniers propriétaires sont expropriés en 1978, au profit du Conseil Général de Dordogne. Il fait depuis lors l'objet d'une patiente et méticuleuse restauration.




précédente - suivante