Monuments :
Antiquité
Moyen âge

Chateaux
Edifices religieux
Visites 3D

XVI-XVIIIe siècle
Recherche d'un site :


Un monument au hasard :
Laval

Modélisme et
impression 3d :
Richesheures
et moi :
Lettre d'information
Abonnement
Diaporamas
Acteurs du patrimoine
Livres anciens

Riches Heures sur les réseaux sociaux :
Partager cette page :

Le fil des nouveautés :





Château de Commarque, XIIe, XVe siècle.

Généralités - Historique - Diaporama

Textes et photos ©

Fondation :
  • A une date inconnue précisément, au cours du XIIe siècle.
Sous le règne de :
  • Louis VII (1137-1180) ou Philippe II Auguste (1180-1223).
Grandes dates :
  • XIIe siècle : La place appartient aux abbés de Sarlat.
  • XIIIe siècle : La seigneurie de Commarque est partagée entre plusieurs lignages nobles.
  • XIVe siècle : Les Beynac seuls maîtres de Commarque.
  • 1406 : La place aux mains de mercenaires.
  • XVIe siècle : Les Huguenots tiennent la forteresse.
  • 1569 : Les catholiques s'emparent de Commarque.
  • 1656 : Mort du dernier occupant des lieux.
  • XVIIIe siècle : le château abandonné tombe en ruines.
Principal intérêt :
  • Commarque est l'une des forteresses les plus attachantes du Périgord. Elle rappelle par quelques aspects certaines constructions palatiales de moyenne montagne, telles les plus belles réalisation alsaciennes ou la tour de Crest.
Statut :
  • Classé Monument Historique en 1943. Propriété privée.
Bibliographie :
  • Pas de référence pour le moment.

Histoire :

La région connaît une occupation humaine depuis l'époque préhistorique. Le château est fondé dans le courant du XIIe siècle, à une date indéterminée, par les abbés de Sarlat pour contrecarrer l'omnipotence des sires de Beynac. Ces derniers, en théorie vassaux des religieux, mènent une politique de totale indépendance à leur égard. Le site de Commarque passe néanmoins partiellement sous leur domination au XIIIe siècle. Plusieurs lignages se partagent alors la seigneurie et plus spécialement le village noble qui se développe au pied de la forteresse. Mais les Beynac, grâce à une politique de rachat et de mariages, sont totalement maîtres des lieux au XIVe siècle. Ils restent fidèles à la cause du roi de France durant la guerre de Cent Ans et des routiers leur enlèvent temporairement Commarque en 1406. Le château joue un petit rôle durant les guerres de Religions. Les catholiques s'en emparent en 1569. La mort du dernier propriétaire en 1656 marque le début du déclin. Dès le XVIIIe siècle, le monument est abandonné et tombe en ruine. Aujourd'hui propriété privée, il fait l'objet de soins attentifs et de fouilles intenses.

Le site :

La forteresse s'élève sur un socle calcaire percé de galeries occupées dès la Préhistoire. Elle était constituée au XIIIe siècle de plusieurs ensembles fortifiés indépendants appartenant à des lignages différents. Restent de cette époque les vestiges d'un village noble.

Une haute tour maîtresse, très proche dans l'esprit de ce que nous trouvons en Alsace (Ortenbourg, Bernstein) ou de la tour de Crest domine du côté de l'attaque les vestiges d'une enceinte castrale irrégulière aux dimensions relativement réduites. Il est composé d'une tour carrée de 5,10 mètres de côté, datée du XIIe siècle. Ses murailles sont épaisses de 2,20 mètres et ne laissent donc qu'un très mince espace intérieur. Au Sud lui fut accolée au XIIIe ou au XIVe siècle une seconde tour dotée d'un éperon. Un escalier a vis logé dans la pointe assure les communications verticales. Le sommet a reçu une couronne de mâchicoulis et une mince guette. Cette partie est séparée du plateau par un profond fossé sec taillé dans la roche.

Le palais seigneurial rectangulaire compléta l'ensemble au XIVe siècle. On y réemploya en totalité les éléments antérieurs. Il était notamment doté d'une grande salle, d'une cuisine et de confortables appartements. On le pourvut d'une grande vis au XVe siècle.




précédente - suivante