Monuments :
Antiquité
Moyen âge

Chateaux
Edifices religieux
Visites 3D

XVI-XVIIIe siècle
Recherche d'un site :


Un monument au hasard :
Cathédrale et palais archiépiscopal de Narbonne

Modélisme et
impression 3d :
Richesheures
et moi :
Lettre d'information
Abonnement
Diaporamas
Acteurs du patrimoine
Livres anciens

Riches Heures sur les réseaux sociaux :
Partager cette page :

Le fil des nouveautés :





Château de Montélimar, XIe - XIIIe siècle.


Fondation :
  • XIe siècle.
Sous le règne de :
  • Robert II (996-1031), Henri I (1031-1060) ou Philippe I (1060-1108).
Grandes dates :
  • XIe siècle : Apparition du Montilium Adhemari.
  • Vers 1164 : Fondation du palais roman par Giraud Adhémar.
  • XIIIe siècle : Croisade contre les Albigeois. Les co-seigneurs du site, les fils de Giraud Adhémar, épousent chacun l'un des deux partis opposés.
Principal intérêt :
  • Le palais roman de Montélimar se distingue avant tout par sa claire-voie richement décorée et très ostentatoire. Il est par ailleurs un témoin exceptionnel de l'architecture palatiale romane du sud-est de la France. L'escalier monumental de façade n'a pas d'équivalent dans nos régions
Statut :
  • Classé Monument Historique en 1889. Propriété du Conseil Général de la Drôme.
Bibliographie :
  • Bois M., Le château des Adhémar à Montélimar, Congrès archéologiques de France, 1992, p. 207-221
  • Bois M., in Boucheron P. et Chiffoleau J. (dir.), Les palais dans la ville - Espaces urbains et lieux de la puissance publique dans la Méditerranée médiévale, Actes de la table ronde 190

Le palais, élément notable du site, fut édifié sur l'initiative de Giraud Adhémar dans le courant du XIIe, probablement avant 1164, date à laquelle l'Empereur du Saint-Empire Romain Germanique s'arrête à Montélimar après son couronnement comme roi d'Arles. Les fils de Giraud se partagent le site de Montélimar : Giraud, l'aîné, garde le château construit par son père tandis que Lambert, le puîné, fonde la branche des Adhémar de La Garde et prend ses quartiers dans un établissement voisin dont ne subsiste plus que la tour dite de Narbonne. Les relations entre frères ne sont pas toujours cordiales, comme en témoigne l'épisode de la croisade contre les Albigeois, durant laquelle chacun embrasse la cause d'un des partis. Dans le courant du XIIIe siècle, Giraud prête en effet allégeance au comte de Toulouse, tandis que Lambert se rallie à Simon de Montfort. Ces choix politiques auront des répercussions architecturales importantes.

 




précédente - suivante