Monuments :
Antiquité
Moyen âge

Chateaux
Edifices religieux
Visites 3D

XVI-XVIIIe siècle
Recherche d'un site :


Un monument au hasard :
Saint-Yrieix-la-Perche

Modélisme et
impression 3d :
Richesheures
et moi :
Lettre d'information
Abonnement
Diaporamas
Acteurs du patrimoine
Livres anciens

Riches Heures sur les réseaux sociaux :
Partager cette page :

Le fil des nouveautés :





Château-sur-Epte, XI, XIIe siècle.


Textes et photos ©

Fondation :
  • Fin du XIe siècle par le roi d'Angleterre Guillaume le Roux (1087-1100).
Sous le règne de :
  • Philippe Ier (1060-1108).
Grandes dates :
  • 1097 : Fondation probable de la forteresse en même temps que Gisors.
  • 1119 : Le roi Louis VI le Gros assiège vainement le Novum castrum propre Eptam (le Château Neuf sur l'Epte).
  • 1154 : Château-sur-Epte est mentionné dans un acte de l'archevêque de Rouen Hugues III.
  • Vers 1180 : Les livres de comptes d'Henri II Plantagenêt attestent d'importants travaux effectués à Château-sur-Epte.
  • 1196 : Le Vexin normand passe dans l'orbite française. Les places de l'Epte perdent leur intérêt stratégique.
  • 1204 : Annexion de la Normandie par Philippe Auguste.
  • 1647 : Mazarin fait démanteler la place.
Principal intérêt :
  • Château-sur-Epte constitue un jalon important de l'architecture Plantagenêt en Normandie. L'essentiel des travaux est dû au roi Henri II (1151-1189 en Normandie) autour d'une motte castrale de la fin du XIe siècle.
Statut :
  • Classé Monument Historique en 1924. Propriété privée.
Bibliographie :
  • Pas de référence pour le moment.

L'histoire du Novum Castrum s'écrit en parallèle avec celle du célèbre château de Gisors et plus généralement des fortifications de la vallée de l'Epte. Frontière naturelle entre la Normandie et le royaume de France, le cours de cette paisible rivière se hérissa sur ses deux rives de nombreuses forteresses durant le XIIe siècle. Du nord au sud, Gournay-en-Bray, Neuf-Marché, Gisors, Neaufles-Saint-Martin, Dangu, Château-sur-Epte, Baudémont et Gasny côté normand, répondirent à Gerberoy, Trie, Chaumont-en-Vexin, Courcelles, Boury, Saint-Clair-sur-Epte et La Roche-Guyon, appartenant à la mouvance du roi de France.

Certainement l'année même où il fonda Gisors (1097), le roi d'Angleterre Guillaume II le Roux (1087-1100), alors régent de Normandie, prit la décision de créer également une forteresse faisant directement face à Saint-Clair-sur-Epte. L'historien normand Orderic Vital (XIIe siècle) parle du " château neuf que Guillaume le Roux fit bâtir à Fuscelmont ", du nom de la paroisse locale. Cette construction primitive était probablement constituée de l'énorme motte artificielle que l'on voit encore de nos jours, couronnée par une tour et des palissades en bois et précédée d'une vaste basse-cour.

Il serait étonnant que le roi d'Angleterre et duc de Normandie Henri Beauclerc (1106-1135 dans le duché) n'ait pas renforcé la place par de solides murailles en pierre, même si aucune preuve irréfutable ne permet actuellement d'étayer cette théorie. Château-sur-Epte verrouillait en effet l'ancienne route romaine reliant Rouen à Paris, via Radepont, Magny-en-Vexin et Pontoise (aujourd'hui RN 14). Le lieu présentait donc un intérêt majeur. Louis VI le Gros l'assiégea vainement en 1119.

Mais c'est Henri II Plantagenêt (1151-1189) qui, à l'aube des années 1180, modifia en profondeur la structure du château. Annexé par Philippe II Auguste en 1196 (traité de Gaillon), Château-sur-Epte perdit tout intérêt stratégique et ne joua qu'un rôle mineur dans les événements historiques ultérieurs.

L'énorme motte tronconique constitue l'élément le plus ancien du site. Elle est indiscutablement due à Guillaume le Roux à la fin du XIe siècle. Elle fut assez tôt surmontée d'une tour résidentielle circulaire (deuxième quart du XIIe siècle ?), disposition relativement rare à cette époque où prédominaient les grands donjons quadrangulaires type Loches. On l'entoura assez rapidement d'une chemise en pierre.

A l'avant s'ouvre une vaste basse-cour assise sur un plateau naturel. Elle était à l'évidence originellement fossoyée et palissadée et fut fermée d'une enceinte en pierre par Henri Plantagenêt. Deux belles portes en arcs brisés sont percées à l'ouest et à l'est, dans des tours rectangulaires massives à contreforts plats. On retrouve semblable agencement à Gisors (porte des Champs). La porte ouest fut dotée à la fin du XIVe siècle ou au début du XVe siècle d'un pont-levis à flèches.




précédente - suivante