Monuments :
Antiquité
Moyen âge

Chateaux
Edifices religieux
Visites 3D

XVI-XVIIIe siècle
Recherche d'un site :


Un monument au hasard :
Langeais

Modélisme et
impression 3d :
Richesheures
et moi :
Lettre d'information
Abonnement
Diaporamas
Acteurs du patrimoine
Livres anciens

Riches Heures sur les réseaux sociaux :
Partager cette page :

Le fil des nouveautés :





Tour des Archives et Tourelles de Vernon, XIIe, XIIIe siècle.


Textes et photos ©


Photo Google Earth.

La tour des Archives :

Il ne reste du château royal que la tour philipienne qui trônait dans son angle nord-est, la tour sud-est dite « des Farines » et une portion d’enceinte, longue d’environ 50 m, reliant ces deux tours. Dans l’angle sud-ouest (de l’ancienne enceinte) subsiste les vestiges d’une demi-tour.

La tour des Archives mesure 22,20 m de haut pour 11,50 m de diamètre. Sa porte d’entrée, au niveau du 1er étage, donnait accès, à l’extérieur, au sommet de la courtine. Une passerelle escamotable permettait d’en isoler l’accès. Le vantail, servant de pont-levis, s’encastrait dans l’encadrement de la porte. Cette entrée débouche à l’intérieur dans une salle voutée sur croisée d’ogives, dont les arcs retombent sur des chapiteaux soutenus aux culots ornés de têtes et par un personnage sculpté. Cette belle salle d'une hauteur remarquable (8,30 m) était dotée d’une imposante cheminée. Le rez-de-chaussée, couvert d’un plafond de bois, conserve un puits.

Plusieurs gravures anciennes nous présentent le sommet du donjon coiffé d’un toit en poivrière. André Chatelain propose un aménagement dudit sommet (chemin de ronde à mâchicoulis et larges ouvertures rectangulaires) dans le courant du XIVe siècle.

Les Tourelles :

Situé sur la rive nord de la Seine, ce bâtiment défendait autrefois la tête du pont traversant le fleuve. Érigé sur un plan quadrangulaire, il est cantonné aux quatre angles de cylindres. La forme d'ensemble est assez proche de l'esprit d'Ambleny. Soigneusement appareillé, il possédait une entrée unique à l'étage et plusieurs ressauts sur la façade. Mais cette belle construction a subi de copieuses restaurations et a perdu une partie de sa lisibilité internes dans les remaniements pour le moins malencontreux. Notons par ailleurs que ses douves ont été comblées, masquant la base des murailles. Sa datation est ainsi rendue hasardeuse à l'œil.




précédente - suivante