Monuments :
Antiquité
Moyen âge

Chateaux
Edifices religieux
Visites 3D

XVI-XVIIIe siècle
Recherche d'un site :


Un monument au hasard :
Combourg

Modélisme et
impression 3d :
Richesheures
et moi :
Lettre d'information
Abonnement
Diaporamas
Acteurs du patrimoine
Livres anciens

Riches Heures sur les réseaux sociaux :
Partager cette page :

Le fil des nouveautés :





Le donjon d'Alluyes, XIIIe siècle.


Il ne reste du château d’Alluyes que son châtelet d’entrée, sa chapelle Saint-Nicolas et son donjon circulaire. L’enceinte de forme ovoïdale, protégeant l’ensemble, a été totalement détruite vers 1826. Une tour, au revers du logis (reconstruit aux XVIIIe et XIXe siècles) et une seconde, à l’est du châtelet d’entrée, flanquaient cette enceinte.

Le châtelet d’entrée est constitué de deux tourelles circulaires pleines, animées d’un ressaut à mi-hauteur. Cette entrée était protégée par un avant-corps porteur d’un pont-levis (construit dans la seconde moitié du XIVe siècle). Un assommoir et une herse en complétaient le dispositif défensif.

Le donjon est un cylindre, « coupé » à mi-hauteur par un ressaut, d’un diamètre extérieur de 14,20 m et d’une hauteur d’environ 30 m. Il se compose de quatre étages voûtés sur ogives.


On pénètre dans la tour par une porte située au 1er étage (à 9,15 m de hauteur). Un couloir donne accès à une salle circulaire munie d’une cheminée, d’une niche à archère, de deux fenêtres (dont une est une archère agrandie) et d’une latrine joliment ouvragée. Un trou d’homme, ménagé dans l’un des quartiers de la voûte inférieure, permettait de descendre au rez-de-chaussée qui servait de cellier. Dans le couloir d’entrée, un escalier à vis dessert les étages supérieurs. Le second étage reprend les dispositions du niveau inférieur à l’exception de la seconde fenêtre qui a gardé sa forme primitive (niche à archère à étrier et croisillon).

L’étage sommital crénelé (arasé à 1 m de hauteur) conserve son dispositif original de défense : une couronne de corbeaux à une assise, assemblés par pair. Ces corbeaux devaient supporter des volets de bois protégeant les tireurs postés aux créneaux. L’ancêtre des mâchicoulis en quelque sorte. Dans les merlons, une archère à étrier (dont il reste la base) complétait le dispositif.




précédente - suivante