Monuments :
Antiquité
Moyen âge

Chateaux
Edifices religieux
Visites 3D

XVI-XVIIIe siècle
Recherche d'un site :


Un monument au hasard :
Roche-Guyon

Modélisme et
impression 3d :
Richesheures
et moi :
Lettre d'information
Abonnement
Diaporamas
Acteurs du patrimoine
Livres anciens

Riches Heures sur les réseaux sociaux :
Partager cette page :

Le fil des nouveautés :





Château de Nogent-le-Rotrou, XIe-XVIe siècle.


Fondation :
  • 1028 (première mention)
Sous le règne de :
  • Robert II le Pieux (996-1031)
Grandes dates :
  • 1150-1199 : des travaux et aménagements résidentiels sont réalisés dans le donjon primitif.
  • 1226-1230 : l'enceinte circulaire est édifiée.
  • 1428 : le donjon est incendié par les Anglais.
  • 1503 : le châtelet d'entrée est modernisé et le logis construit.
  • 1843, 1905 : le château fait l'objet de restaurations.
Principal intérêt :
  • Nogent conserve l'un des plus anciens donjons encore en élévation. Sa récente restauration lui a fait malheureusement perdre partiellement son " cachet d'antan ". Les tours de l'enceinte, de tradition philippienne, sont un bon exemple de la fortification castrale du début du XIIIe siècle.
Statut :
  • Classé Monument Historique en 1948,1950 et 1952. Propriété de la commune.
Bibliographie :
  • Philippe Siguret : Le château Saint Jean de Nogent-le-Rotrou - Les cahiers percherons n° 2 - 1957.

Dans la seconde moitié du Xe siècle, Thibault le Tricheur, comte de Chartres, installe à Nogent l'un de ses fidèles nommé Rotrou (Rotroldus), afin qu'il surveille les territoires voisins occupés par les Normands.

Au siècle suivant (en 1028) l'existence d'un château est attestée par le texte de fondation de l'abbaye de Saint-Denis : " inter Yogine flumen et castrum Nogiomi ". Le donjon de pierre fait l'objet dans la seconde moitié du XIIe siècle de travaux importants : percement de baies géminées et construction d'énormes contreforts d'angles (due à l'écroulement de l'angle nord-est). En 1226, le Perche est rattaché à la couronne de France. C'est sans doute le pouvoir royal qui fait édifier, entre 1226 et 1230, l'enceinte circulaire.

Durant la guerre de Cent Ans, le Perche est au centre des rivalités franco-anglaises. Le château tombe une première fois entre les mains des Anglais en 1359. Par le traité de Brétigny, signé l'année suivante, le roi d'Angleterre doit cependant restituer les forteresses occupées. Charles V en commande la remise en état de défense. En 1424, Nogent retombe aux mains des Anglais. Les Français s'en emparent trois ans plus tard. Mais en 1428, le comte de Salisbury le reprend. Lors de cette attaque, le donjon est incendié. Les décombres calcinés y resteront jusqu'en 1895. En 1447, les Anglais quittent définitivement la région.

Au début du XVIe siècle (1503), Charlotte et Marguerite d'Armagnac, filles du duc de Nemours, deviennent " dames de Nogent ". C'est à elles que l'on attribue la surélévation du châtelet d'entrée ainsi que la construction du logis le prolongeant.

En 1624, Sully devient propriétaire du château et fait édifier le pavillon Louis XIII afin d'y loger son régisseur. En 1843, Oeuillet des Murs se porte acquéreur du château dans le but de le restaurer. Il vide le donjon de ses décombres, perce le rez-de-chaussée de plusieurs ouvertures et bouche " la brèche des Anglais ". Son successeur en 1905 rétablit les créneaux (fort disgracieux). Entre 2000 et 2004, le donjon fait l'objet d'une restauration " forte " qui masquera malheureusement les matériaux primitifs : petits moellon de silex appareillés en arêtes de poissons ou en fougères.




précédente - suivante