Monuments :
Antiquité
Moyen âge

Chateaux
Edifices religieux
Visites 3D

XVI-XVIIIe siècle
Recherche d'un site :


Un monument au hasard :
Arènes de Nîmes

Modélisme et
impression 3d :
Richesheures
et moi :
Lettre d'information
Abonnement
Diaporamas
Acteurs du patrimoine
Livres anciens

Riches Heures sur les réseaux sociaux :
Partager cette page :

Le fil des nouveautés :





Château de Brest, IIIe, XIXe siècle.


Fondation :
  • Vers 260 - 280.
Sous le règne de :
  • Gallien (253-268) à Probus (276-282)
Grandes dates :
  • Vers 260 - 280 : camp fortifié d'Osismis.
  • 1239-1240 : "la ville, le château et le port" reviennent au duc de Bretagne.
  • 1342-1397 : Occupation de la forteresse par les troupes anglaises.
  • XVe s. : Le château s'adapte à l'usage de l'artillerie.
  • 1560 : Construction du bastion Sourdéac.
  • 1592 : Les ligueurs font le siège de la forteresse.
  • 1683 : Vauban la transforme en citadelle.
Principal intérêt :
  • Bien que le château de Brest nous soit parvenu sous ses formes des XVIe et XVIIe siècles, il conserve d'intéressants restes des époques précédentes : tour César du XIIIe siècle, donjon de la fin du XIVe ou du début du XVe siècle, portes et boulevard du dernier tiers du même siècle, soubassement de l'enceinte du IIIe siècle…
Statut :
  • Classé Monument Historique en 1923. Propriété de l'Etat.
Bibliographie :
  • Jean Yves Besselièvre, Gilles Besson, Alain Niderlinder, Agnès Mirambet-Paris : Le château de Brest - Les carnets de bord - 2007

A la fin du IIIe siècle ou au début du IVe siècle (autre source) les Romains, afin de faire face aux attaques germaniques sur le littoral, font fortifier leurs côtes. En Armorique, l'estuaire de la rivière Penfeld voit l'édification d'un castellum où s'installent un millier d'hommes de la légion des Maures osismiaques (Noticia Dignitatum du IVe siècle).

Au XIe siècle, les comtes de Léon restaurent l'enceinte antique (la ville close s'y développera jusqu'à la fin du XVIe siècle), y édifient une chapelle en 1064 et un donjon probablement à l'angle nord de l'enceinte. En 1239-1240, ruinés, ils cèdent "la ville, le château et le port" de Brest au duc de Bretagne.

A la mort du duc Jean III en 1341, Charles de Blois (prétendant légitime) et Jean de Montfort (du parti anglais) s'affrontent dans la guerre de succession de Bretagne. Le roi d'Angleterre Edouard III, en échange de son soutien, s'installe dans la forteresse le 19 octobre 1342. Du Guesclin, bien qu'ayant jugé celle-ci imprenable en 1373, en tente vainement le siège cinq ans plus tard. Un second siège (1386-1387) n'y fera rien non plus. Il faudra le versement d'une forte indemnité, dix ans plus tard, pour que le duc de Bretagne retrouve son bien.

Tout au long du XVe siècle, d'importants travaux de fortification sont entrepris afin d'adapter le château à l'usage de l'artillerie. Les tours Madeleine (1424) et Paradis (châtelet d'entrée construit en 1464) remplacent les tours romaines. Un ravelin, bâti à la fin du XVe siècle en avant du châtelet, en sécurise l'accès. Par ailleurs, comme à Dinan, le duc greffe sur l'enceinte une résidence fortifiée. Aux tours Nord (milieu ou fin du XIVe siècle) et Azénor (fin XIVe siècle) se rajoute la tour duchesse Anne (fin XIVe ou début XVe siècle), l'ensemble étant isolé de la ville close par une enceinte et une douve sèche.

En 1532, le traité d'union rattachant le duché de Bretagne à la couronne de France est signé à Nantes.

En conséquence, la défense du château est de nouveau renforcée. Le bastion Sourdéac, construit entre 1560 et 1597, englobe et protège le donjon des ducs afin de le mettre à l'abri de l'artillerie. Sur le front sud-ouest, les tours Française et de Brest remplacent les tours médiévales. La tour Madeleine est chemisée afin de tripler l'épaisseur de ses murs. Elle perd ses créneaux et sa toiture au profit d'une terrasse à canons.

Ces nouvelles défenses reçoivent leur baptême du feu lors des guerres de Religion. De juin à novembre 1592, 5.000 à 6.000 ligueurs catholiques, appuyés par les espagnols, assiègent le château. La garnison, commandée par le gouverneur Rieux de Sourdéac, repousse l'assaut.

En 1631, le cardinal Richelieu fait de Brest un port de guerre et le château doit en être l'élément essentiel de défense. Vauban va donc, à partir de 1683, faire du château une citadelle. Il fait détruire les dernières tours romaines de l'enceinte nord-est et rempare cette dernière au moyen de terre. La tour duchesse Anne et la tour Nord sont reliées par un nouveau bâtiment, afin de constituer une vaste plate-forme capable de recevoir vingt canons.

De nouveaux remaniements vont intervenir sur ce bâtiment, dans le courant du XIXe siècle (1824 et 1837), lorsque les autorités militaires vont vouloir réaménager le donjon en logements.

Après les destructions de la Seconde Guerre Mondiale (août et septembre 1944) la restauration de l'ensemble du château est entreprise par la Marine Nationale. C'est en 1953 que la Préfecture Maritime de l'Atlantique s'installe au château. Deux ans plus tard, le château accueille les collections du Musée National de la Marine.




précédente - suivante