Monuments :
Antiquité
Moyen âge

Chateaux
Edifices religieux
Visites 3D

XVI-XVIIIe siècle
Recherche d'un site :


Un monument au hasard :
Nantes

Modélisme et
impression 3d :
Richesheures
et moi :
Lettre d'information
Abonnement
Diaporamas
Acteurs du patrimoine
Livres anciens

Riches Heures sur les réseaux sociaux :
Partager cette page :

Le fil des nouveautés :





La cité d'Aigues-Mortes, XIIIe, XIVe siècle.


Textes et photos ©

Fondation :
  • 1246 (fondation de la ville neuve).
Sous le règne de :
  • Louis IX dit saint Louis (1226-1270).
Grandes dates :
  • 1241 : Les travaux commencent.
  • 1248 et 1270 : Aigues-Mortes est le port de départ des 7éme et 8ème croisades.
  • 1272 : Philippe III le Hardi lance la construction de l'enceinte urbaine.
  • 1289 : Le sénéchal de Baucaire reprend les travaux.
  • 1481 : Marseille devient le port méditerranéen français.
  • 1576 : Aigues-Mortes devient place de sûreté pour les protestants.
  • 1666 : Avec la création du port de Sète, la cité perd toute vocation portuaire.
Principal intérêt :
  • Les fortifications d'Aigues-Mortes sont un concentré de l'art de bâtir au temps des rois capétiens. L'enceinte est d'une exceptionnelle homogénéité architecturale et la tour de Constance, bien que du milieu du XIIIe siècle, conserve des attributs purement philippiens.
Statut :
  • Classé Monument Historique en 1903. Propriété de l'Etat.
Bibliographie :
  • Pas de référence pour le moment.

Vers 1240, le roi Louis IX entre en négociation avec l’abbaye de Psalmody pour l’achat des terres de la future cité d’Aigues-Mortes. L’acte de cession sera signé en 1248, à la veille du départ pour la croisade. Néanmoins, dès 1241, les travaux commencent. Les bâtisseurs construisent le port, l’église et la « grosse tour » (achevée vers 1250).

De ce nouveau port, Louis IX s’embarque en août 1248 pour la 7ème croisade, qui aura pour objectif l’Egypte, puis en juillet 1270 pour la 8ème, destination Tunis.
En 1272, son fils -Philippe III le Hardi-, avec l’aide financière de Guglielmo Boccanegra, entreprend la construction de l’enceinte urbaine. En contrepartie de cette aide, la moitié des revenus du port et de la ville reviendront au génois. Le sénéchal de Beaucaire reprend les travaux à partir de 1289 et achève l’enceinte au début du XIVe siècle.

Pendant la guerre de Cent Ans (en 1420), Aigues-Mortes tombe, par trahison, aux mains des Bourguignons. La cité est reprise de nuit par les troupes françaises. Jacques Cœur, grand argentier du roi Charles VII, utilise la place pour ses activités (construction navale et base de sa flotte commerciale).

En raison de l’ensablement des canaux et du port et du rattachement de la ville portuaire de Marseille au royaume de France en 1481, Aigues-Mortes perd son rôle stratégique sur la Méditerranée.

Avec la signature de l’Edit de Nantes en 1598, la cité devient l’une des places de sûreté accordées aux protestants. Suite à sa révocation (en 1685) et à la révolte qui s’ensuit, Aigues-mortes devient la plus grande prison protestante du royaume. Au début du XIVe siècle, la tour de Constance a déjà connu cette fonction carcérale, lorsque Philippe le Bel y a fait enfermer les Templiers.

En 1666, la création du port de Sète ôte toute vocation portuaire à la cité.




précédente - suivante