Monuments :
Antiquité
Moyen âge

Chateaux
Edifices religieux
Visites 3D

XVI-XVIIIe siècle
Recherche d'un site :


Un monument au hasard :
Aguilar

Modélisme et
impression 3d :
Richesheures
et moi :
Lettre d'information
Abonnement
Diaporamas
Acteurs du patrimoine
Livres anciens

Riches Heures sur les réseaux sociaux :
Partager cette page :

Le fil des nouveautés :





Château fort et ville de Saint-Emilion, XIIe, XIIIe siècle.


Textes et photos ©

Fondation :
  • Le bourg est probablement fortifié dès la fin du XIe ou au début du XIIe siècle.
Sous le règne de :
  • Philippe Ier (1060-1108) ou Louis VI le Gros (1108-1137).
Grandes dates :
  • VIIIe siècle : L'ermite Emilion s'installe dans les grottes du secteur.
  • XIIe siècle : Les archevêques de Bordeaux favorisent le développement du monastère et le réforment pour y installer un collège de chanoines.
  • 1199 : Charte communale octroyée par Jean Sans Terre.
  • 1224 : Louis VIII le Lion maître de Saint-Emilion. Agrandissement de la forteresse.
  • 1237 : Le roi d'Angleterre Henri III recouvre Saint-Emilion.
  • 1289 : Edouard Ier crée par charte la juridiction de Saint-Emilion.
  • XIVe - XVe siècles : Guerre de Cent Ans. Saint-Emilion change plusieurs fois de mains.
  • 1453 : La région est sous contrôle du roi de France.
  • XVIe siècle : Guerres de Religion. Saint-Emilion pillée deux fois.
Principal intérêt :
  • Joyau du vignoble bordelais, la ville forte de Saint-Emilion présente plusieurs édifices importants pour la compréhension de l'architecture militaire en Guyenne. Le donjon du roi est une belle tour résidence du XIIe siècle. La porte Brunet a conservé la trace d'une intéressante barbacane.
Statut :
  • Remparts et donjon du Roi classés Monuments Historiques en 1886. Saint-Emilion et son vignoble sont classés au patrimoine mondial de l'Unesco depuis 1999.
Bibliographie :
  • Pas de référence pour le moment.

Le poète Ausone possède une villa dans la région au IVe siècle de notre ère et les crus sont déjà particulièrement réputés. Au cours du VIIIe siècle, un ermite breton nommé Emilion vient s'installer dans les anfractuosités naturelles de la falaise, et s'y aménage un habitat troglodytique. L'endroit devient vite un lieu de culte et un monastère y est fondé. Sa prospérité est assurée par les archevêques de Bordeaux au XIIe siècle, qui y installent un collège de chanoine. Le donjon dit " du Roi " date peut-être de cette période.

Le 8 juillet 1199, Jean sans Terre, roi d'Angleterre, duc de Normandie et de Guyenne, comte d'Anjou depuis la mort de son frère Richard Cœur de Lion, octroie une charte de commune désignée sous le nom de charte de Falaise. Il ne s'agit peut-être pas de la première du genre, mais de la plus ancienne dont nous ayons connaissance. Elle s'inscrit dans une politique générale du roi Jean à l'égard de la bourgeoisie communale, tendant à lui conférer une large autonomie en espérant en retour un soutien à son fragile pouvoir. La charte atteste par ailleurs que le bourg possède déjà à cette époque une enceinte urbaine.

Le roi de France Louis VIII le Lion s'empare de la cité en 1224 et décide de renforcer la citadelle. Le roi d'Angleterre Henri III redevient maître des lieux en 1237 et complète à son tour le château. Son successeur Edouard Ier consolide en 1289 la charte communale en créant la juridiction de Saint-Emilion.

La ville change sans cesse de mains durant toute la guerre de Cent Ans, avant de revenir définitivement aux armées de Charles VII après la bataille de Castillon, en 1453. Pendant les guerres de Religion cette fois, Saint-Emilion est successivement pillée par les catholiques et les protestants.




précédente - suivante