Monuments :
Antiquité
Moyen âge

Chateaux
Edifices religieux
Visites 3D

XVI-XVIIIe siècle
Recherche d'un site :


Un monument au hasard :
Abbaye de Montivilliers

Modélisme et
impression 3d :
Richesheures
et moi :
Lettre d'information
Abonnement
Diaporamas
Acteurs du patrimoine
Livres anciens

Riches Heures sur les réseaux sociaux :
Partager cette page :

Le fil des nouveautés :





Château du Rivau, XVe, XVIe siècle.


Fondation :
  • · 1445 (fortifié par Pierre de Beauvau).
Sous le règne de :
  • Charles VII (1422-1461)
Grandes dates :
  • 1429 : Jeanne d'Arc vient chercher au Rivau des chevaux.
  • 1445 : La place est fortifiée par Pierre Beauvau.
  • 1453 : Pierre Beauvau meurt à la bataille du Castillon - bataille qui mit fin à la guerre de Cent ans.
  • 1555 : Construction des écuries monumentales par Gabriel de Beauvau.
  • 1768 : Le Rivau est acquis par Michel-Ange de Castellane, marquis de Villandry.
  • 1992 : Eric et Patricia Laigneau, nouveaux propriétaires, réunissent le château, les communs et les écuries royales.

Principal intérêt :
  • · Le Château du Rivau est l'archétype de la forteresse seigneuriale du Moyen-âge (donjon, mâchicoulis et pont-levis). Ses écuries fortifiées sont uniques en France. Ses quatorze jardins de conte de fées sont un musée en plein air (sculptures monumentales et expositions annuelles).
Statut :
  • Classé Monument Historique en 1918.
Bibliographie :
  • Archives du Château du Rivau conservé à la bibliothèque de Tours.
  • Pascal Lievaux : Architecture équestre : Hauts lieux dédiés au cheval en Europe.
  • Rabelais : Gargantua.

Après avoir été reçue à Chinon par le dauphin Charles (en févier 1429) et avoir obtenue l'autorisation de lever une armée en son nom, Jeanne d'Arc et ses compagnons d'armes, passe par le Rivau -place réputée pour la qualité de ses destriers- s'équiper en chevaux de guerre. La troupe prendra ensuite la direction d'Orléans pour en lever le siège.

En 1438, Anne de Fontenay, Dame du Rivau, épouse Pierre de Beauvau et lui apporte en dot son domaine. Pierre qui deviendra premier chambellan de Charles VII quatre ans plus tard, fortifie la place que nous connaissons aujourd'hui.

Pierre de Beauvau décède à la bataille du Castillon qui mit fin à la guerre de Cent ans opposant les Anglais et Français en 1453.

Le mariage d'Isabeau de Beauvau avec Jean VIII de Bourbon-Vendôme en novembre 1454 permet aux Beauvau de porter le titre prestigieux de « cousins du Roi ».

Au début du XVIe siècle (1510), François de Beauvau (arrière petit fils de Pierre) et capitaine de François 1er fait construire dans la cour des communs, les écuries qui fourniront les étalons royaux. Ses écuries deviendront monumentales sous Gabriel de Beauvau. Ces dernières semblent avoir été dessinées par Philibert Delorme. A la Renaissance, le Rivau est remanié pour améliorer son aspect résidentiel.

Un ami illustre du Rivau, François Rabelais, né près de Chinon, mentionne le château dans son Gargantua (1534) : «Gargantua offre le château du Rivau au capitaine Tolmère, en guise de récompense à ses victoires lors des guerres picrocholines ».

Le château est acquis par le marquis de Villandry Michel-Ange de Castellane en 1768 ; il restera dans cette famille un quart de siècle (1796).

Ce n’est qu’en 1918, le sculpteur Alphonse de Moncel de Perrin réussit à obtenir le classement du Rivau en tant que Monuments Historiques. De 1960 à 1992, le peintre Pierre-Laurent Brenot habite la place.

Depuis cette date, Eric et Patricia Laigneau, tombés sous le charme du château, en ont entrepris la sauvegarde avec l’aide d’Arnaud de Saint Jouan, Architecte en Chef des Monuments Historiques. En 1996, la French Heritage Society récompense la restauration du Rivau en lui attribuant son Grand Prix « Demeure Historique ». En janvier 1998, les propriétaires réussissent à acquérir les communs séparés depuis cent ans du château. Une autre campagne de restauration commence.

Elle remet en valeur le patrimoine agricole : le pédiluve est à nouveau alimenté, l’eau jaillit de la rare fontaine à bec de canette, le pressoir a retrouvé son aspect originel et les outils traditionnels du vigneron y sont exposés. La charpente de la grange dimière est réparée et celle-ci témoigne de la monumentalité de sa construction.

En 2002, les salles du 1er étage du château ont retrouvé leur éclat et accueilleront les visiteurs. L’immense parc de 6 hectares, reconstitués avec le soutien du Conseil Régional du Centre d’après les documents recueillis dans les archives du Rivau, évoquent les gravures du Moyen Âge et les contes de fées qui s’en sont inspirés.

Après une campagne de restauration de plus de quinze ans, Le Château du Rivau retrouve sa splendeur d’antan et semble sortir d’un album de conte de fées.




précédente - suivante