Monuments :
Antiquité
Moyen âge

Chateaux
Edifices religieux
Visites 3D

XVI-XVIIIe siècle
Recherche d'un site :


Un monument au hasard :
Ortenbourg et Ramstein

Modélisme et
impression 3d :
Richesheures
et moi :
Lettre d'information
Abonnement
Diaporamas
Acteurs du patrimoine
Livres anciens

Riches Heures sur les réseaux sociaux :
Partager cette page :

Le fil des nouveautés :





Château de Nantes, XIIIe, XVIIIe siècle.


Textes et photos ©

Fondation :
  • Sur l'emplacement actuel, le château est fondé par Guy de Thouars en 1207.
Sous le règne de :
  • Philippe II Auguste (1180-1223).
Grandes dates :
  • 843 : Première dévastation de la ville par les Vikings.
  • 937 : Nantes prise aux Vikings par Alain Barbetorte.
  • 960 : Les Vikings saccagent la cité une dernière fois.
  • Vers 990 : Le comte de Rennes Conan le Tort s'empare de Nantes.
  • Vers 992 : Le comte d'Anjou Foulques III Nerra prend la ville.
  • 1207 : Gui de Thouars lance l'édification d'un nouveau château.
  • 1466 : François II entame la reconstruction complète de la place.
  • Mars 1491 : Nantes est livrée aux Français.
  • 6 décembre 1491 : Mariage à Langeais d'Anne de Bretagne et de Charles VIII.
  • 1498 : Mariage à Nantes de Louis XII et d'Anne de Bretagne.
  • 1532 : François Ier proclame au château de Nantes l'union définitive de la Bretagne au royaume de France.
  • 1670 : Incendie détruisant une partie du logis gothique.
  • 1800 : Explosion de la tour aux Espagnols.
Principal intérêt :
  • L'enceinte est un remarquable ensemble doté de tours à canon dûment daté de la seconde moitié du XVe siècle. Les bâtiments résidentiels, toutes époques confondues, ont fait l'objet d'une splendide et patiente restauration. La façade du grand logis et sa blancheur retrouvée, la restitution intelligente de la tour de la Couronne d'Or, tout a ici été mis en œuvre afin de redonner ses plus beaux atours à cette perle du patrimoine national. Un exemple à suivre…
Statut :
  • Classé Monument Historique en 1862. Propriété de la commune.
Bibliographie :
  • Pas de référence pour le moment.

L'histoire de la ville de Nantes est un concentré d'histoire bretonne. La cité romaine puise sans doute ses racines à l'époque augustéenne et portait primitivement le nom de Condevicnum. Elle était la capitale du territoire des Namnètes, peuple celte mentionné dans la " Guerre des Gaules " de César, et dont la ville actuelle tire son nom. Le centre s'entoura d'une enceinte d'environ 1600 mètres de long au Bas-Empire, au moment où l'insécurité liée à la pression des peuples germaniques se fit plus pressante. Elle dépendait administrativement de la cité de Tours, métropole de la province de Lyonnaise IIIe. Un évêque existe à Nantes peut-être depuis le IVe siècle. Longtemps au cœur des rivalités entre Francs et Bretons, elle fut conquise par Pépin le Bref au milieu du VIIIe siècle. L'ancêtre des Carolingiens créa une marche de Bretagne, à la tête de laquelle il plaça un marquis. L'un d'entre eux s'ouvrit à la volée les portes de la légende : le preux Roland, héros principal et malheureux de la Chanson de Roland. Eginhard, biographe de Charlemagne, évoque " Hruodlandus Brittannici limitis praefectus " (" Roland préfet de la marche de Bretagne "). A compter de 840, emmenés par Nominoé, les Bretons profitèrent des dissensions entre les fils de Louis le Débonnaire pour secouer le joug et gagner par les armes leur indépendance.

Nantes subit de plein fouet les invasions scandinaves et connut le pillage à plusieurs reprises (843,853....) Les Vikings s'implantèrent même franchement dans la région au début du Xe siècle, et les annalistes de ces temps troublés évoquent volontiers les " Normands demeurant sur la Loire ". Ils en furent chassés par Alain Barbetorte après une série de violentes campagnes (936-939). Nantes connut cependant un dernier pilage par les Nordiques en 960. Débuta alors le temps des luttes féodales, entre ducs de Normandie et Bretons d'abord, entre comtes de Rennes et de Nantes ensuite, entre Bretons et Angevins enfin. Le comte de Rennes Conan le Tort s'empara de Nantes en 990 et y fonda le premier château connu, loin de l'emplacement de l'actuelle forteresse : le château Bouffay. Les Angevins de Foulques Nerra (Foulques III) enlevèrent la région peu après et la conservèrent une bonne trentaine d'année. Les luttes intestines empêchèrent la cohésion bretonne de se réaliser et le duché passa successivement sous obédience normande, angevine une nouvelle fois (les Plantagenêts), puis capétienne. Au début du XIIIe siècle, Gui de Thouars en assuma l'administration sous le regard bienveillant de Philippe Auguste. C'est lui qui fonda le premier château neuf, à l'endroit où s'élève l'actuelle forteresse (1207).

La guerre de Cent Ans divisa les Bretons en deux clans, l'un soutenu par les rois de France, l'autre par ceux d'Angleterre. La fameuse " guerre des deux Jeanne " permit aux belligérants de poursuivre leur querelle par l'intermédiaire de leurs partisans. Jean IV, d'abord favorable aux Anglais, parvint à s'imposer après la bataille d'Auray (1364). Il se rapprocha en 1381 du roi de France par le traité de Guérande, y gagnant au passage l'indépendance de son duché pour plus d'un siècle. Son petit-fils François II dut en revanche contenir les assauts répétés des Valois et garnit la frontière avec la France d'un important réseau fortifié adapté à l'usage du canon. Il lança la reconstruction totale du château de Nantes à partir de 1466. L'armée de Charles VIII tenta vainement de s'emparer de la ville en 1487 et c'est finalement le noble breton Alain d'Albret qui la livra aux Français, le 20 mars 1491. Un mariage entre l'héritière légitime du duché, la célèbre Anne de Bretagne, et le roi Charles VIII, scella définitivement le sort de la principauté à l'hermine et rattacha sa destinée à celle de la France.

Le château de Nantes poursuivit une estimable carrière comme résidence royale en Bretagne. Louis XII y épousa Anne de Bretagne en 1498. Le logis appelé Petit Gouvernement fut élevé sous François Ier dans le style Renaissance. Le monarque proclama entre ces épaisses murailles, sur requête du parlement de Bretagne réuni à Vannes, la rattachement perpétuel du duché à l'hermine au royaume de France (1532). La forteresse devint ensuite une caserne. Un incendie ravagea partiellement le grand logis en 1670. On le réédifia dans le style classique, de même que le bâtiment rectangulaire désigné sous le nom de Harnachement. Une explosion dévasta en 1800 la tour des Espagnols et une partie des courtines nord et ouest. Devenu prison, le château fut classé Monument Historique en 1862 et acquis par la ville au XXe siècle. Il abrite maintenant les collections du musée de l'histoire de Nantes.




précédente - suivante