Monuments :
Antiquité
Moyen âge

Chateaux
Edifices religieux
Visites 3D

XVI-XVIIIe siècle
Recherche d'un site :


Un monument au hasard :
Tour Jean sans Peur

Modélisme et
impression 3d :
Richesheures
et moi :
Lettre d'information
Abonnement
Diaporamas
Acteurs du patrimoine
Livres anciens

Riches Heures sur les réseaux sociaux :
Partager cette page :

Le fil des nouveautés :





Château d'Angers, XIIIe, XVe siècle.


Textes et photos ©

Fondation :
  • 851, date à laquelle l'évêque d'Angers cède le castrum antique au comte d'Anjou.
Sous le règne de :
  • Charles II le Chauve (840-877)
Grandes dates :
  • fin IXe siècle : Ingelger, ancêtre des comtes d'Anjou, maître de la place.
  • 1204 : Philippe II Auguste s'empare d'Angers.
  • 1230-1240 : Construction de l'actuelle forteresse par saint Louis.
  • 1373 : Louis I d'Anjou passe commande de la fameuse Tenture de l'Apocalypse pour décorer sa demeure.
Principal intérêt :
  • Il convient de bien distinguer l'impressionnante enceinte flanquée de 17 tours, chef-d'œuvre du XIIIe siècle, et l'ensemble résidentiel édifié par les ducs d'Anjou aux XIVe et XVe siècle. Angers est un excellent témoin de l'évolution castrale à la fin du Moyen Age.
Statut :
  • Classé Monument Historique en 1875. Propriété de l'Etat.
Bibliographie :
  • Pas de référence pour le moment.

Ioliomagus était à l'époque romaine la cité (civitas, l'équivalent d'une préfecture moderne) des Andes. De ce peuple celte vient le nom d'Angers. La ville se dota d'une enceinte urbaine dans le dernier quart du IIIe siècle, après les premiers raids germaniques en Gaule. Elle occupait l'emplacement de l'actuelle forteresse, mais était toutefois sensiblement plus longue (1200 m environ, contre 650 m pour l'enceinte médiévale. Dès le milieu du Ive siècle, il existait un siège épiscopal à Angers. Les pontifes locaux furent pratiquement les seuls maîtres de la cité jusqu'au milieu du IXe siècle.

Vers 851, l'évêque Odon concéda les fortifications au comte d'Anjou Eudes (alors un simple fonctionnaire en théorie révocable), en échange d'une résidence située aux abords de la cathédrale. Les invasions scandinaves, fréquentes dans la région depuis une dizaine d'années, sont certainement la cause de cette transaction. Le comte pouvait ainsi contrôler le cours de la Maine et assumer pleinement son rôle de chef militaire. A la fin du IXe siècle, Angers fut confiée à la garde d'un nommé Ingelger. Son fils, Foulques le Roux, prendra le titre de comte d'Anjou.

Le château d'Angers devint alors le cœur de l'une des plus importantes principautés féodales. Tous les comtes successifs y apportèrent des modifications et améliorations. En 1204, Philippe II Auguste parvint à enlever l'Anjou à Jean Sans Terre et à s'approprier ainsi le berceau de ses ennemis Plantagenêts. Saint Louis y fit édifier en dix ans, à partir de 1230, l'énorme forteresse que nous voyons encore de nos jours.

Plusieurs princes de la maison de France reçurent l'Anjou en apanage et notamment Louis I, fils du roi Jean II le Bon (1350-1364). Lui et ses héritiers transformèrent le château et l'aménagèrent en somptueuse résidence dans le goût des XIVe et XVe siècles.

Durant les guerres de Religion, Henri III donna l'ordre de raser la place afin qu'elle ne tombe pas entre les mains des protestants. On commença à découronner les tours, mais les travaux furent miraculeusement stoppés. On décida alors d'établir à leurs sommets des terrasses d'artillerie. Transformé en prison à la Révolution, puis en caserne (1817), le château est aujourd'hui parfaitement restauré, mis en valeur et abrite plusieurs tapisseries remarquables.




précédente - suivante