Monuments :
Antiquité
Moyen âge

Chateaux
Edifices religieux
Visites 3D

XVI-XVIIIe siècle
Recherche d'un site :


Un monument au hasard :
Château des Lumières, Lunéville

Modélisme et
impression 3d :
Richesheures
et moi :
Lettre d'information
Abonnement
Diaporamas
Acteurs du patrimoine
Livres anciens

Riches Heures sur les réseaux sociaux :
Partager cette page :

Le fil des nouveautés :





Châteaux de Lassay-les-Châteaux, XVe siècle.

Généralités - Historique - Diaporama

Textes et photos ©

Fondation :
  • Début du XIIe siècle.
Sous le règne de :
  • Philippe I (1160-1108) ou Louis VI le Gros (1108-1137).
Grandes dates :
  • 1385 : Après une terrible attaque, réparations importantes au château.
  • 1417 : La place soutient victorieusement un siège.
  • 1422 : Charles VII donne l'ordre de démanteler la forteresse.
  • 1457 : Ce même Charles VII donne à Jean de Vendôme l'autorisation de reconstruire Lassay.
Principal intérêt :
  • Lassay a été construit d'une seul jet au milieu du XVe siècle. Il est donc parfaitement homogène, mais témoigne toutefois d'une conception passéiste de la fortification au moment du triomphe du canon. La forteresse tient en revanche toujours son rôle de flambeau de la puissance seigneuriale.
Statut :
  • Le château : Classé Monument Historique en 1862. Propriété privée.
  • Le château de Bois-Thibault : Classé Monument Historique en 1925. Propriété de la commune.
Bibliographie :
  • Pas de référence pour le moment.

Le château de Lassay :

L'existence d'une forteresse à Lassay est attestée dès le XIIe siècle. Elle appartient alors aux puissants seigneurs de Mayenne, avant de passer à la famille de Vendôme au siècle suivant. Elle connaît plusieurs épisodes guerriers durant la Guerre de Cent Ans, est réparé en 1385 et est presque ruinée à l'issue d'un siège infructueux, en 1417. Charles VII demande son démantèlement en 1422 afin d'éviter qu'elle ne serve de point d'appui à l'ennemi. Jean II de Vendôme obtient de ce même souverain l'autorisation de la reconstruire en 1457. Le chantier ne dure qu'un an. Cette rapidité explique l'homogénéité de l'ensemble.

Une enceinte polygonale est flanquée de huit grosses tours cylindriques ou hémicylindriques. Le plan n'est pas sans rappeler celui de la Fère-en-Tardenois (Aisne), antérieur de 250 années. Le château actuel s'inspire sans doute d'une construction plus ancienne. L'appareil est en granit assez soigné, très probablement extrait sur place lors de l'édification. Les courtines ont une épaisseur moyenne de 2,60 mètres pour une hauteur de 7 mètres. Elle étaient autrefois crénelées et le parapet reposait sur une série ininterrompue de mâchicoulis sur corbeaux. Toutes les tours sont fortement saillantes, possèdent des murailles de 2,90 mètres à la base et de 2,60 mètres au sommet, pour une hauteur totale de 13 mètres. Elles dominent donc le chemin de ronde de 6 mètres. Charles-Laurent Salch fait remarquer que cette disposition assez archaïque oblige celui qui souhaite effectuer le tour de l'enceinte à franchir " seize portes et traverser huit salles. " Chaque tour possède une cave voûtée et des étages supérieurs avec planchers. Elles sont toutes dotées d'une couronne de mâchicoulis et d'une toiture en ardoise. La défense s'effectuait presque exclusivement par les sommets et les rares orifices percés ne permettaient que de flanquer les courtines. Au canon, Lassay opposait essentiellement la masse compacte de ses tours.

Un pont-levis desservant une porte piétonnière et une porte charretière vient se loger entre deux tours en U. C'est là que se situait le logis seigneurial, selon une mode assez répandue en Bretagne et notamment au Grand Gouvernement de Nantes ou a Vitré. Devant cette porte-résidence, une barbacane parfaitement adaptée à l'usage des armes à feu est bâtie à la fin du XVe siècle, palliant ainsi partiellement les carences défensives structurelles du château. Elle est percée de canonnières et possède un chemin de ronde.

Le château de Bois-Thibault :

Situé à 1 km au nord de la commune, le château de Bois-Thibault dessine dans son état actuel une grande enceinte quadrangulaire cantonnée à trois de ses angles par des tours cylindriques. Un donjon carré occupe l'angle sud-est. Détruit durant la Guerre de Cent Ans, il est entièrement reconstruit dans la seconde moitié du XVe siècle. Abandonné en 1830, il sombra dans l'oubli jusqu'à ce que la mairie en fasse l'acquisition et qu'une association de bénévole se charge de sa restauration.




précédente - suivante