Monuments :
Antiquité
Moyen âge

Chateaux
Edifices religieux
Visites 3D

XVI-XVIIIe siècle
Recherche d'un site :


Un monument au hasard :
Lastours

Modélisme et
impression 3d :
Richesheures
et moi :
Lettre d'information
Abonnement
Diaporamas
Acteurs du patrimoine
Livres anciens

Riches Heures sur les réseaux sociaux :
Partager cette page :

Le fil des nouveautés :





Donjon de Saint-Vérain, XIIe, XIIIe siècle.


Fondation :
  • 1107 (première mention)
Sous le règne de :
  • Philippe Ier (1060-1108)
Grandes dates :
  • v. 885 : Rond le Fort accueille les reliques de saint Vérain.
  • 1107 : première mention de la seigneurie.
  • Après 1150 : construction du donjon et de son enceinte.
  • 1ère moitié du XIIIe siècle : fortification du bourg.
  • 1434 : le routier Perrinet Gressard occupe le château.
  • 1489 : le comte de Nevers, achève de faire entrer Saint-Vérain dans ses possessions.
Principal intérêt :
  • Il est rare de voir dans une seigneurie « secondaire » un système défensif aussi poussé. Il est regrettable que les hommes et la végétation aient fait leur œuvre…
Statut :
  • Classé Monument Historique en 1907. Propriété de personnes privées.
Bibliographie :
  • Pas de référence pour le moment.

Vers 885, Saint-Vérain, qui à l’époque s’appelle Rond le Fort (ou Romfort), accueille les reliques du saint provençal éponyme. Le nom de la place et le fait qu’elle serve de refuge laissent à penser que le site est déjà fortifié au IXe siècle.

Bien qu’un certain Gibaud soit attesté vers l’an Mil, ce n’est que sous Gibaud II, en 1107, que la seigneurie de Saint-Vérain est mentionnée pour la première fois. Vassaux des évêques d’Auxerre, ces seigneurs ne sont pas moins alliés à la famille de Donzy, seigneur d’Alluyes et comte de Nevers. Cette alliance va faire leur richesse et leur permettre de construire, durant la seconde moitié du XIIe siècle, l’ensemble castral (donjon, logis et chapelle) puis, dans la première moitié du siècle suivant, de renforcer cet ensemble et de bâtir l’enceinte urbaine.

Lors de la guerre de Cent Ans, les troupes anglaises « traversent » la région à plusieurs reprises (1356, 1367 et 1423). Saint-Vérain tombe aux mains du routier Perrinet Gressard, à la solde des Anglo-bourguignons, en 1434.

A la mort d’Hugues II d’Amboise en 1405, et après un procès long d’une soixantaine d’années, la seigneurie est partagée entre les quatre familles « héritières ». En 1483, puis 1489, le comte de Nevers, Jean de Bourgogne, fait entrer Saint-Vérain dans ses possessions.

Lors des guerres de Religion, en 1576, la place est saccagée par les troupes protestantes du prince de Condé. L’incendie de 1603 scelle son sort et la place forte devient carrière de pierres.




précédente - suivante