Monuments :
Antiquité
Moyen âge

Chateaux
Edifices religieux
Visites 3D

XVI-XVIIIe siècle
Recherche d'un site :


Un monument au hasard :
Château de Cheverny

Modélisme et
impression 3d :
Richesheures
et moi :
Lettre d'information
Abonnement
Diaporamas
Acteurs du patrimoine
Livres anciens

Riches Heures sur les réseaux sociaux :
Partager cette page :

Le fil des nouveautés :





Enceinte gallo-romaine et palais de Senlis, IIIe, XIIe siècle.


Textes et photos ©

L'enceinte gallo-romaine :

Elle s'apparente clairement aux constructions de la fin du IIIe siècle apr. J.-C. On l'érigea dans le but de protéger le centre vital de la cité, avec ses principaux bâtiments administratifs. Elle était initialement flanquée de 28 tours en U dont 16 subsistent encore de nos jours. Le périmètre de ce castrum taquinait les 860 mètres. Les bases des tours sont pleines et des baies en plein-cintre sont percées aux sommets. Le parement est en petit appareil assez régulier à arases de briques rouges. Nous retrouvons les mêmes dispositions à Carcassonne, Sens ou encore Jublains.

Le palais royal et le donjon :

Le complexe se situe dans la partie nord de la ville gallo-romaine et se trouve adossé à la muraille antique. Le principal élément militaire subsistant est la base d'un énorme donjon rectangulaire (21,50 m x 17,50 m pour une hauteur d'environ 7 m), renforcé sur chacun de ses côtés par d'impressionnants contreforts à base talutée. Son gros appareil régulier laisse penser à l'utilisation de blocs de remploi, provenant certainement de quelque édifice antique démantelé pour l'occasion.

Sur son côté oriental se développe l'espace résidentiel comprenant trois corps de bâtiments placés en L le long du rempart. Le premier corps se composait d'un cellier au rez-de-chaussée et d'une grande salle à l'étage, avec une chambre aménagée dans l'une des tours antiques. Une chapelle, à deux niveaux, est accolée à son flanc sud. Au premier niveau se trouvait d'une part l'entrée de l'espace résidentiel et d'autre part l'espace cultuel destiné aux domestiques. Au second niveau, la chapelle possédait une tribune noble qui donnait dans la grande salle. Le second corps placé en enfilade comprenait des cuisines au rez-de-chaussée et la salle royale (salle d'apparat) à l'étage. Les murs pignons avec leurs arcatures aveugles portées par des colonnettes témoignent du faste de la construction. Dans le retour d'angle, le troisième corps comportait un cellier au niveau du sol et la chambre royale au premier étage. Elle communiquait avec une tour de l'enceinte gallo-romaine transformée en oratoire.




précédente - suivante