Monuments :
Antiquité
Moyen âge

Chateaux
Edifices religieux
Visites 3D

XVI-XVIIIe siècle
Recherche d'un site :


Un monument au hasard :
Basilique Notre-Dame d'Orcival

Modélisme et
impression 3d :
Richesheures
et moi :
Lettre d'information
Abonnement
Diaporamas
Acteurs du patrimoine
Livres anciens

Riches Heures sur les réseaux sociaux :
Partager cette page :

Le fil des nouveautés :





Château de Murol, XIIIe, XVIIe siècle.


Son environnement :

La structure du château est bâtie sur un neck basaltique, à près de 1000 mètres d'altitude. Surplombant, le village de Murol, cette position lui permettait de commander l'accès à plusieurs vallées, dont la plus importante est celle formée par le cours de la Couze Chambon.

Le chemin de ronde du château permet d'apprécier ce panorama à 360°, qui rend hommage aux versants est du massif du Sancy : puy de Sancy, vallée de Chaudefour, lac Chambon, etc.

Son architecture :

La masse principale de la forteresse, se découvrant au Nord-ouest, évoque une moitié de tour gigantesque. De plan heptagonal, il s'agit en fait de la façade d'une courtine, dont le rempart sommital culmine à plus de trente mètres de la base rocheuse, rendant tout assaut direct voué à l'échec.

Au pied de celui-ci, le mur d'enceinte, édifié à la fin du XVe, épouse et complète les formes de l'éperon basaltique, formant un terre-plein constitué de terre et de roche pour résister à l'artillerie. Il est flanqué de tours bastionnés en forme d'amande, percées de canonnières à la française.

L'accès à la forteresse se faisait par une longue rampe menant à la porte fortifiée, qui ne présente pas de recul suffisant pour l'utilisation d'un bélier. Un escalier permettait ensuite d'atteindre le portail d'apparat, où deux griffons encadrent le blason aux armes de Murol et d'Estaing.

La Haute cour donne accès aux parties fonctionnelles du château : cuisines, boulangerie, communs mais aussi logis seigneurial. Séparées de la construction castrale, deux chapelles accolées s'élèvent à l'est et dans leur extension, le logis Renaissance prit place, surplombant une esplanade qui accueillit des jardins. Ces derniers éléments, parmi les plus récents, ont aujourd'hui largement disparus.

Le château et les Arts :

Redécouvert à partir de 1830, le site majestueux du château devint une muse familière aux écrivains et aux artistes. Le graveur Dauzat insista sur l’aspect tourmenté du paysage et le romantisme littéraire des ruines. Ce courant s’exprime aussi chez George Sand qui le décrivit, in Jean de la roche en 1859, sous des atours inquiétants tandis que Guy de Maupassant l’évoqua sous les traits d’une masse impérieuse et propice au mystère et au crime dans son Humble drame (1883).

Au début du XXe siècle, sous l’impulsion de quelques peintres (Boudal, Zingg, Jaffeux et Charreton), une « école de peinture » naquit à Murol. Celle-ci s’intéressait à l’étude des paysages, en particulier ceux marqués par les couleurs de la neige. Le château de Murol y fut souvent représenté, marquant une sorte de rite. Le peindre signifiait «je suis venu» pour chacun des artistes qui côtoyèrent le lieu.

Un lieu dédié à la pédagogie et à la recherche :

Depuis trente ans, le château de Murol est le fief d’une redécouverte du Moyen Âge. Loin des préjugés, la vieille forteresse et ses habitants ont à cœur de transmettre leur savoir à travers une reconstitution historique, mais aussi ludique, de la vie quotidienne d’un château au début du XVe siècle.

Enfin, le château de Murol est toujours sujet aux recherches historiques et archéologiques. Une équipe interuniversitaire et pluridisciplinaire en a commencé la reconstruction en 3D immersive, un travail de longue haleine qui demandera encore plusieurs années de labeur.




précédente - suivante