Monuments :
Antiquité
Moyen âge

Chateaux
Edifices religieux
Visites 3D

XVI-XVIIIe siècle
Recherche d'un site :


Un monument au hasard :
Aulnay

Modélisme et
impression 3d :
Richesheures
et moi :
Lettre d'information
Abonnement
Diaporamas
Acteurs du patrimoine
Livres anciens

Riches Heures sur les réseaux sociaux :
Partager cette page :

Le fil des nouveautés :





Château du Landsberg, XIIIe, XVe siècle.

Généralités - Historique - Diaporama

Textes et photos ©

Fondation :
  • Peu avant 1200 par Conrad de Landsberg.
Sous le règne de :
  • Philippe II Auguste en France (1180-1223).
  • Philippe de Souabe en Germanie (1198-1208).
Grandes dates :
  • 1175 : Herrad von Landsberg abbesse de l'abbaye du Mont-Saint-Odile.
  • V. 1413 : La forteresse est cédée par les sires de Landsberg au comte palatin Louis le Barbu.
  • 1632 : Le château est pris et dévasté par les Suédois.
Principal intérêt :
  • Tout en conservant les grandes caractéristiques des châteaux-palais vosgiens, le Landsberg présente certains agencements directement dérivés des standards capétiens du XIIIe siècle. Il a par ailleurs conservé un oriel aussi rare que remarquable.
Statut :
  • Classé Monument Historique en 1965. Propriété privée.
Bibliographie :
  • Salch Ch.-L., Dictionnaire des châteaux de l'Alsace médiévale, Strasbourg, 1976.

La famille de Landsberg est issue d'une longue lignée d'administrateurs de certaines des possessions de l'abbaye du Mont-Saint-Odile. Elle donna même au prestigieux monastère alsacien une abbesse de renom, en la personne de Herrad de Landsberg (v. 1125-1195). Cette femme éclairée fut l'auteur d'un ouvrage intitulé Hortus deliciarum (Le jardin des délices).

La forteresse est édifiée peu avant 1200 par Conrad de Landsberg. Elle reste dans la même famille jusqu'en 1413 ou 1414, date à laquelle elle est cédée au comte palatin Louis le Barbu. Les Landsberg en recouvrent la propriété au milieu du XVIe siècle. Elle est dévastée par les Suédois en 1632 et abandonnée à la forêt.

 

Les constructions les plus anciennes sont la haute tour maîtresse carrée (bergfried comme à Ortenbourg ou Bernstein) et le bâtiment d'habitation appelé " palais " disposé en enfilade vers le sud. L'ensemble est appareillé en beau grès rose des Vosges. Le parement à bossage confère au monument un indéniable esthétisme. La partie résidentielle possédait un étage et abritait notamment la grande salle éclairée par plusieurs baies géminées et une chapelle. De cette dernière subsiste sur le mur méridional un étonnant oriel en encorbellement.

Le château fut agrandi vers le nord d'une basse-cour au milieu du XIIIe siècle. De cette époque datent les deux fines tourelles de flanquement plantées aux angles, sans doute inspirées des modèles capétiens. La courtine est percée de plusieurs archères à niches.

Louis le Barbu enfin, dans la première moitié du XVe siècle, modifia la seconde basse-cour (préexistante) vers le sud et l'adapta à l'usage des armes à feu.




précédente - suivante