Monuments :
Antiquité
Moyen âge

Chateaux
Edifices religieux
Visites 3D

XVI-XVIIIe siècle
Recherche d'un site :


Un monument au hasard :
Cathédrale de Laon

Modélisme et
impression 3d :
Richesheures
et moi :
Lettre d'information
Abonnement
Diaporamas
Acteurs du patrimoine
Livres anciens

Riches Heures sur les réseaux sociaux :
Partager cette page :

Le fil des nouveautés :





Cité médiévale de Provins, XIIe, XIIIe siècle.


Textes et photos ©

Fondation :
  • Date inconnue avec précision. Le comté de Provins est attesté pour la première fois en 802.
Sous le règne de :
  • Charlemagne (768-814).
Grandes dates :
  • 1085 : Première foire connue à Provins.
  • Av. 1181 : Henri le Libéral construit la Tour dite " de César " et transforme le palais comtal.
  • 1230 : Philippe Hurepel assiège vainement Provins.
  • 1234 : Le comte Thibault IV devient roi de Navarre.
  • 1284 : Mariage de l'héritière de la Champagne à l'héritier au trône de France. Provins entre dans l'orbite capétienne. Début du déclin économique.
  • 1316 : La Champagne est intégrée au domaine royal.
  • 1429 : De retour de Reims, Jeanne d'Arc et Charles VII passent à Provins.
  • 1432 : Les Anglais maîtres de la ville.
  • 1433 : Nicolas de Giresme s'en empare pour le compte du roi de France.
  • 1592 : Henri IV se rend maître de la ville. Fin du rôle militaire de Provins.
Principal intérêt :
  • Avec ses deux portes royales et ses multiples flanquements, l'enceinte urbaine haute constitue un jalon important de l'architecture militaire médiévale. La tour dite " de César " présente un plan très original, sans véritable équivalent au XIIe siècle. Elle s'inscrit dans la lignée des donjons d'Ambleny, Houdan ou Etampes, en un temps ou certains ingénieurs cherchaient à rompre avec les grandes constructions quadrangulaires de l'époque romane.
Statut :
  • Remparts classés Monuments Historiques en 1875, 1942 et 1992. Propriétés de la commune.
  • Tour de César classée Monument Historique en 1931. Propriété de la commune.
Bibliographie :
  • Jean Mesqui, Provins, la fortification d'une ville au moyen-age, Genève : Droz, 1979 (Bibliothèque de la SFA).


Le " Provinensis pagus " apparaît pour la première fois dans un capitulaire de Charlemagne daté de 802. Nous y apprenons notamment que le comte de Paris Stephanus (Etienne) et l'abbé de Saint-Denis Fardulfus sont les missi dominici chargés de se rendre sur place pour contrôler l'administration des fonctionnaires locaux. Dès l'époque carolingienne donc, la cité de Provins constituait le centre d'un comté. Ce comté est de nouveau mentionné dans un acte de la chancellerie de Charles le Chauve (840-877) au milieu du IXe siècle. Dans le contexte extrêmement troublé des invasions scandinaves, il est improbable qu'un site de cette importance ne soit pas déjà fortifié.

Au milieu du Xe siècle, Provins appartient au comte de Tours, de Blois et de Chartres, le redoutable Thibault le Tricheur (v. 908-978), fondateur de la maison de Blois-Champagne. Du XIe au XIIIe siècle, ses descendants ne cessent de menacer le domaine royal qu'ils encerclent presque totalement. Provins est au cœur de leur principauté indépendante. Les maîtres successifs de la Champagne cherchent à en accroître la richesse et le prestige. Deux des six foires annuelles du puissant comté se tiennent dans la cité : celle de saint Ayoul (en septembre), connue dès 1085 et celle de saint Quiriace (en mai), formellement attestée en 1141. Elles font la fortune et la renommée de la ville. Le comte Henri le Libéral (1152-1181) y fait édifier la Tour dite de César et compléter le magnifique palais comtal, à proximité de la collégiale Saint-Quiriace. Avec Meaux et Troyes, Provins constitue l'une des capitales de la Champagne.

A la charnière des XIIe et XIIIe siècles, Provins atteint l'apogée de sa gloire. Sa monnaie, le denier provinois, circule dans toute l'Europe Occidentale. Son industrie drapière est également très renommée. Quelques épisodes militaires émaillent ici et là son histoire, comme le siège mené vainement en 1230 par Philippe Hurepel, comte de Boulogne et fils cadet du roi Philippe Auguste. Le comte Thibault IV (1201-1253) qui défend la ville, homme de guerre et poète de renom, lui tient victorieusement tête. Ce même Thibault IV devient par héritage maternel roi de Navarre en 1234. Rien ne semble pouvoir stopper l'ascension de la maison champenoise.

Mais déjà s'annonce des temps moins prospères. Soumise à la concurrence farouche des foires flandriennes et rhénanes, la Champagne amorce un inéluctable déclin économique dans la seconde moitié du XIIIe siècle. Provins sombre avec elle. Pour remédier à une situation difficile, le maire de la ville, Guillaume Pentecôte, tente en 1279 de rallonger la durée quotidienne du travail. Il est impitoyablement massacré par le peuple révolté. La commune est sévèrement punie et perd une partie de sa richesse. Lorsque l'unique descendante des comtes de Champagne, Jeanne de Navarre, épouse l'héritier au trône de France, le futur Philippe IV le Bel (1284), Troyes, Meaux et Provins entrent dans l'orbite capétienne. Elles sont définitivement annexées par le roi Philippe V le Long en 1316.

Provins ne joue plus alors qu'un rôle géopolitique secondaire. Mais l'insécurité née de la Guerre de Cent Ans oblige les habitants à entretenir à prix d'or leur système fortifié. La ville voit ses campagnes dévastées par les Anglais, les Routiers, les Jacques… Jeanne d'Arc et Charles VII y passent brièvement en rentrant du sacre de Reims, le 3 août 1429. Les Anglais s'en emparent en 1432 avant de la perdre l'année suivante. C'est le roi Henri IV qui met un terme définitif à sa carrière militaire au crépuscule du XVIe siècle (1592).




précédente - suivante