Monuments :
Antiquité
Moyen âge

Chateaux
Edifices religieux
Visites 3D

XVI-XVIIIe siècle
Recherche d'un site :


Autour du
patrimoine :
Richesheures
et moi :


Trois monuments au hasard :
Ferté-Milon
Pflixbourg
Arènes de Nîmes

Traduction :
Partage :




Château de Ham, XVe siècle.


Textes et photos ©

Fondation :
  • Attesté pour la première fois en 932.
Sous le règne de :
  • Raoul (923-936)
Grandes dates :
  • 932 : Assiégé par le roi Raoul et le duc des Francs Hugues le Grand.
  • 1216 : Odon IV entame la construction d'une forteresse en pierre de plan philippien.
  • Début XVe siècle : la place appartient au prince Louis d'Orléans, frère de Charles VI.
  • 1418 : Ham passe aux Luxembourg.
  • Vers 1460 : construction de la Tour du Connétable.
  • 1475 : Louis de Saint-Pol est décapité sur ordre de Louis XI. Le duc de Bourgogne Charles le Téméraire s'empare de Ham.
  • 1477 : Mort de Charles le Téméraire. Ham rentre dans l'orbite de la couronne de France.
  • Mars 1917 : Ham est détruit par les Allemands comme Coucy.
Principal intérêt :
  • Le site chargé d'histoire est magnifique en bordure de canal. Seule la tour-porte présente encore un intérêt architectural.
Statut :
  • Classé Monument Historique en 1965. Propriété de la commune.
Bibliographie :
  • Pas de référence pour le moment.

La forteresse a connu une histoire particulièrement agitée. " Hammus castellum " apparaît dans les Annales de Flodoard, chanoine rémois, à l'année 932. Elle fait alors l'objet d'une violente querelle entre le comte Héribert de Vermandois et Hugues le Grand, ancêtre de la dynastie capétienne. Il s'agit probablement de l'un de ces fameux châteaux en terre et en bois, très répandus à cette époque. La " motte et la tour de Ham " existent toujours au milieu du XIe siècle et il faut sans doute attendre les contreforts du XIIIe siècle pour y voir apparaître la pierre. Odon IV, seigneur de Ham à partir de 1216, est à l'origine du plan rectangulaire définitif de la place, inspiré directement par l'architecture de Philippe Auguste. Elle passe ensuite aux Coucy (XIVe siècle), avant de tomber dans l'escarcelle du prince Louis d'Orléans (mort en 1407), bâtisseur notamment de Pierrefonds et de la Ferté-Milon.

Ce sont finalement les Luxembourg qui en font l'acquisition par mariage, en 1418. Jean de Luxembourg fait construire l'énorme tour-porte et c'est son neveu et héritier, Louis, comte de Saint-Pol et connétable de France, qui donne à l'ensemble son allure définitive. Louis XI séjourne plusieurs fois à Ham et notamment avant de se rendre à la célèbre entrevue de Péronne (8 octobre 1468) au cours de laquelle il se retrouve à la merci de son ennemi, le duc de Bourgogne Charles le Téméraire. La disgrâce suivie de l'exécution du comte de Saint-Pol sur ordre de ce même Louis XI (1475), permet au duc de Bourgogne de s'emparer de ses biens sans coup férir : Ham, Bohain et Saint-Quentin tombent entre ses mains. Dès l'annonce de la mort du Téméraire en 1477, Louis XI jette ses armées sur ces trois places stratégiques du Vermandois.

Ham connaît encore les foudres de la guerre en 1557, avec un siège mené par une armée espagnole en pleine Guerres de Religions. Vauban y effectue quelques modifications au XVIIe siècle. Le château devient ensuite prison d'état et " héberge ", entre-autres, plusieurs anciens ministres de Charles X après 1830 et le prince Louis-Napoléon Bonaparte de 1840 à 1846. Occupé par les Allemands pendant la Première Guerre Mondiale, il est dynamité le17 ou le 18 mars 1917.

Mars 1917 : Coucy et Ham perdus à jamais.

Du 22 février au 18 mars 1917, les troupes allemandes évacuent progressivement et en bon ordre les positions qu'elles occupaient pratiquement depuis le début de la guerre sur la Somme. Elles prennent le soin de miner systématiquement villes et villages, églises et châteaux. Le Pays de France, hebdomadaire populaire de propagande, s'indigne dans ses colonnes contre les déprédations de ces " nouveaux barbares " :

"Partout où nos troupes prennent pied, elles peuvent constater la dévastation systématique du pays : maisons pillées et brûlées, arbres fruitiers et cultures détruits, églises souillées, puis empoisonnés, sont les actes par lesquels les Boches affirment la supériorité de leur kultur […] et on découvre qu'ils ont détruit les ruines historiques du château de Coucy. " (PDF N° 128, 29 mars 1917)
"Le célèbre château fort de Ham avait appartenu à Jean de Luxembourg, roi de Bohême, qui, combattant, quoique aveugle, parmi nos chevaliers, fut tué à la bataille de Crécy. Louis-Napoléon, le futur Napoléon III, y fut enfermé en 1840 et s'en évada en 1846. Pour faire sauter ce château, les Boches durent s'y prendre à trois reprises et dépenser 13 tonnes d'explosifs." (PDF N° 132, 26 avril 1917)
Remarquons au passage que l'auteur du dernier pamphlet semble confondre, volontairement ou non, deux Jean de Luxembourg distants de près d'un siècle. Au cœur de la Première Guerre Mondiale, il est plus opportun d'évoquer la mémoire d'un prince germanique qui a combattu dans les rangs français à Crécy, que celle d'un comte qui vendit pour 10 000 livres tournois la " Pucelle d'Orléans à l'Anglois "!

Le Miroir, autre hebdomadaire contemporain, témoigne de l'ampleur du désastre : " En pénétrant dans Ham, on a l'impression de visiter une ville ravagée par un effroyable cataclysme. L'ennemi s'est livré à un pillage en règle, à une destruction systématique dignes de ses premiers exploits en Belgique. Pour anéantir les murailles séculaires du château il n'a pas employé moins de 13.000 kilos de cheddite. On peut voir sur notre première photo que l'une des tours s'est écroulée dans le canal. "



précédente - suivante