Monuments :
Antiquité
Moyen âge

Chateaux
Edifices religieux
Visites 3D

XVI-XVIIIe siècle
Recherche d'un site :


Un monument au hasard :
Domfront

Modélisme et
impression 3d :
Richesheures
et moi :
Lettre d'information
Abonnement
Diaporamas
Acteurs du patrimoine
Livres anciens

Riches Heures sur les réseaux sociaux :
Partager cette page :

Le fil des nouveautés :





Château de Lucheux, XIIe, XVe siècle.


L'espace intérieur du château de Lucheux (enceinte ovoïdale entourée d'un fossé sec) se divise en basse et haute cour. Cette dernière conserve les restes du donjon, des tours du pavillon, de la grande salle et de la chapelle. Sur la motte castrale se dresse le donjon dont ne subsiste que le pan nord-est. Sa forme originelle se rapproche de celle du donjon de Houdan. Sa partie basse (sur 5 à 6 m de hauteur) est celle de la tour carrée du XIIe siècle. Chaque angle est flanqué par une tourelle semi-cylindrique. La partie supérieure, modifiée au XIIIe siècle, est de forme circulaire. Un contrefort arrondi au milieu de chaque face permet le passage de la forme carrée au plan circulaire.

Haut d'une vingtaine de mètres aujourd'hui, le donjon se décompose en quatre niveaux : le rez-de-chaussée possédait un puits et des latrines ; le premier étage, une salle octogonale, voûtée sur croisée d'ogives servant de salle seigneuriale ; le second et troisième étage, deux salles circulaires munies d'archères servant à la défense.

Les tours du pavillon (au nombre de trois) forment l'unique construction du château se trouvant dans les fossés. Cet ensemble servait de bastion de protection pour la base du donjon et la face nord de la grande salle et de dépendance (cuisine) lors des réceptions.

Au sud de la motte se trouvent les bâtiments résidentiels nobles et plus particulièrement la grande salle à un seul niveau (longueur : entre 30 et 35 m, largeur : 15 m). Elle n'est plus conservée que sur deux côtés, mais son flanc ouest reste la partie la plus riche et la plus décorée du château. Ce mur est percé par une magnifique série de fenêtres gothiques. Les quatre baies géminées sous arc en tiers point (sur six à l'origine) sont séparées par une forêt de colonnettes richement façonnées.

La chapelle, située au revers de la grande salle, possède une nef rectangulaire flanquée de deux tours. Sise en bordure de fossé, elle servait de protection spirituelle à la grande salle. Son chœur ainsi qu'une partie de la tour nord se sont effondrés dans le deuxième quart du XXe siècle, après une " chasse au trésor " malheureuse.

La basse-cour est accessible par deux portes : la porte du bourg (au sud) et la porte du Haut-Bois (au nord-ouest). La porte du bourg, châtelet d'entrée du château, se compose de deux tours cylindriques encadrant une porte charretière à pont-levis et herse. Une fois franchi, on découvre à main droite la tourelle d'escalier hexagonale du XIVe siècle desservant les étages. Le premier abritait la salle de manœuvre de la herse, le second, disparu, le logement du capitaine. Le parement briques et pierres date des reconstructions du XVIIe siècle. A main gauche, dans le prolongement d'une des deux tours du châtelet, se dresse un bâtiment résidentiel sur fondations médiévales, mais dont l'élévation a été fortement remaniée du XVIe au XXe siècle.

La porte du Haut-Bois d'origine est la poterne romane du XIIe siècle (bouchée) accolée à la porte actuelle. Cette seconde porte, datant du XIVe siècle, est ménagée entre deux tourelles (échauguettes) sur contreforts, dont il ne reste que la base. L'enceinte de la basse-cour conserve à cet endroit de superbes mâchicoulis en arc plein cintre sur contreforts. Entre les contreforts, la courtine est talutée à la base et percée de longues et fines archères.

A noter dans le bourg, la présence d'une tour-porte de l'ancienne enceinte urbaine appelée " Beffroi ".




précédente - suivante