Monuments :
Antiquité
Moyen âge

Chateaux
Edifices religieux
Visites 3D

XVI-XVIIIe siècle
Recherche d'un site :


Un monument au hasard :
Tour Vauban de Camaret-sur-Mer

Modélisme et
impression 3d :
Richesheures
et moi :
Lettre d'information
Abonnement
Diaporamas
Acteurs du patrimoine
Livres anciens

Riches Heures sur les réseaux sociaux :
Partager cette page :

Le fil des nouveautés :





Château d'Évenos XIIIe, XVIe siècle.


Fondation :
  • 1141 (première mention)
Sous le règne de :
  • Louis VII le Jeune (1137-1180)
Grandes dates :
  • 1150 : le castrum est partagé entre le vicomte et le chapitre de Marseille.
  • v. 1230 : le donjon est construit.
  • v. 1297 : le comte de Provence possède des parts sur Evenos.
  • 1313-1324 : ce dernier cède ses parts à Bertrand de Signes.
  • 1315 : Bertrand de Vintimille hérite d'Évenos.
  • 1524 : le château résiste aux troupes de Charles Quint.
  • 1592 : face au duc de Lesdiguières, les « carcistes » tiennent la place.
  • Fin XVIe - début XVIIe : le logis est modernisé.
  • 1793 : lors du siège de Toulon, l'armée républicaine s'empare du château.
  • Après 1945 : le château est pillé et vandalisé.

Principal intérêt :
  • Les roches utilisées (basalte et calcaire) donnent au château une double coloration saisissante. Son donjon pentagonal, planté à la pointe de l'éperon, face à l'attaque, semble imprenable.
Statut :
  • Non Classé au Monuments Historiques. Propriété d'une personne privée.
Bibliographie :
  • Pas de référence pour le moment.

« Evena » apparait dans les textes au milieu du XIIe siècle (1141). Vers 1150, le castrum est partagé entre les vicomtes de Marseille et le Chapitre de l’église de Marseille.

Vers 1230, la famille de Signes fait bâtir le donjon pentagonal. À cette époque (1227), Aicard et Guillaume de Signes sont officiers du comte de Provence. Vers 1297, ce dernier -Charles II d’Anjou- accroit ses parts et ses droits sur le château. A partir de 1313, son successeur et fils -Robert de Naples- les cède progressivement au vice sénéchal de Provence : Bertrand de Signes. En 1315, ce dernier, sans héritier, cède son nom, son titre et sa seigneurie à son petit neveu, Bertrand de Vintimille. Dans ce début de XIVe siècle, la tour circulaire dite « tour blanche » ainsi que l’enceinte en pierre calcaire sont bâties.

En 1524, lors de l’invasion de la Provence par les troupes de Charles-Quint (Duc de Bourgogne et Empereur des Romains) le château n’est pas conquis. Soixante huit ans plus tard, la place, tenue par les ultra-catholiques dirigés par Isnard d’Ollioules, résiste de nouveau face aux canons de François de Bonne, duc de Lesdiguières.

A la fin du XVIe siècle ou au début du XVIIe siècle, le château est « modernisé » (logis à façade Renaissance). Ces travaux sont, sans doute, l’œuvre de Gaspard II de Marseille-Vintimille ou de son fils Magdelon. Bien que refaite au goût de l’époque, la place garde une fonction militaire comme en témoigne une délibération communale datée de 1614 : « institution d’une garde de six hommes attendu le mauvais bruit qui court de la division qu’est en France ». On peut y lire également : « réparations au château, murailles et portail ». Deux délibérations, datées de 1615 et 1617, maintiendront cette garde au château. Celle-ci capitulera devant l’armée républicaine, en 1793, lors du siège de Toulon.

Après son abandon au XXe siècle (le logis est habité jusqu’à la Seconde Guerre mondiale), le château subit pillage et vandalisme.




précédente - suivante