Monuments :
Antiquité
Moyen âge

Chateaux
Edifices religieux
Visites 3D

XVI-XVIIIe siècle
Recherche d'un site :


Un monument au hasard :
Péronne

Modélisme et
impression 3d :
Richesheures
et moi :
Lettre d'information
Abonnement
Diaporamas
Acteurs du patrimoine
Livres anciens

Riches Heures sur les réseaux sociaux :
Partager cette page :

Le fil des nouveautés :





Château de Mornas, XIIe, XVIe siècle.


On accède au château par un sentier qui serpente au fond de la combe. Lors de cette ascension, on découvre à main gauche deux tours carrées ouvertes à la gorge, flanquant une longue muraille dont le chemin de ronde est encore existant. Proche de l'entrée, une grosse tour ronde - l'abside de la chapelle - forme saillie. Derrière celle-ci, un avant-corps (barbacane), renforce la ligne de défense. Une chicane permet d'accéder à une porte charretière défendue par une demi-tour ronde pourvue de nombreuses ouvertures pour armes à feu, coiffée d'une terrasse pouvant supporter une pièce d'artillerie. Une fois dans la place, on aperçoit immédiatement sur la droite le mur-bouclier de la face nord (zone la plus exposée lors d'une attaque), et sur la gauche le donjon et son logis.

La chapelle est située sur un promontoire à l'est de la place. Elle comporte trois travées, dont les voûtes en berceau se sont écroulées. Elle fait aujourd'hui l'objet de restaurations. Seule l'abside a conservé son cul-de-four. Sous le cœur, on aperçoit l'entrée d'un couloir desservant deux cryptes. Durant les travaux de restauration, on y découvrit des épingles d'or, des fragments de poteries, des carreaux d'arbalète et des monnaies allant du début du XVe siècle au début du XVIIe siècle.

Le donjon, assis directement sur le rocher, est de forme rectangulaire (5,60 m x 3,50 m) et mesure 20 m de hauteur. Il n'a qu'un seul étage planchéié, mais possède encore sa voûte supérieure en berceau. Sur son côté sud, les traces d'une baie romane subsistent. A proximité du donjon existe encore une belle salle (le logis) qui jouxte l'une des deux citernes du site (la seconde se trouvant sur le flanc nord de la chapelle). Un large fossé creusé de mains d'hommes sépare le château à proprement dit, de la basse-cour. A son extrémité orientale se trouve le moineau du XVIe siècle qui en assurait la défense.

On ne peut que s'étonner des dimensions de cette basse-cour : plus de 200 m de long pour 70 m de large. Elle pose deux questions restées à ce jour sans réponse : si cet espace avait bien cette fonction, pourquoi n'y existe-il aucun vestige de bâtiments ? Et si celle-ci était un simple abri-refuge pour la population lors de périls, pourquoi ne trouve-t-on que deux citernes sur le site ?




précédente - suivante