Monuments :
Antiquité
Moyen âge

Chateaux
Edifices religieux
Visites 3D

XVI-XVIIIe siècle
Recherche d'un site :


Un monument au hasard :
Chapelle prieurale de Tresséroux

Modélisme et
impression 3d :
Richesheures
et moi :
Lettre d'information
Abonnement
Diaporamas
Acteurs du patrimoine
Livres anciens

Riches Heures sur les réseaux sociaux :
Partager cette page :

Le fil des nouveautés :





Château de Tiffauges, XIIe, XVe siècle.


Textes et photos ©

Fondation :
  • Peut-être extrême fin du XIe siècle.
Sous le règne de :
  • Philippe Ier (1060-1108)
Grandes dates :
  • 1404 : Naissance de Gilles de Rais.
  • 1420 : Mariage de Catherine de Thouars avec Gilles de Rais.
  • 1440 : Gilles de Rais condamné et exécuté à Nantes.
  • 1626 : Le roi Louis XIII ordonne le démantèlement de la forteresse.
Principal intérêt :
  • La tour du Vidame (fin XVe-XVIe siècle) est un bel exemple de persistance tardive des modèles médiévaux. Le conservatoire des machines de guerre présente nombre de reconstitutions d'engins utilisés pour la guerre de siège durant tout le Moyen Âge.
Statut :
  • Classé Monument Historique en 1992. Propriété de la commune.
Bibliographie :
  • Aubert J.-B., Le vieux Tiffauges, Olonne-sur-Mer, 1976.

Historique :

Un premier seigneur de Tiffauges, Gaufridus de Tefalgia, apparaît dans un acte daté du 7 décembre 1099 concernant la dédicace de l'église Saint-Nicolas à Chaize-le-Comte. Ce nommé Geoffroy semble appartenir à la maison des vicomtes de Thouars, omnipotents dans la région.

La forteresse de Tiffauges reste aux Thouars jusqu'en 1420, date à laquelle l'ultime héritière du lignage, Catherine de Thouars, épouse Gilles de Laval, sire de Rais. Ce prince extrêmement puissant donne le meilleur de lui-même dans la lutte contre les Anglais, s'illustre aux côtés de Jeanne d'Arc dont il est l'un des premiers compagnons. En récompense de ses services, Charles VII lui confère le titre de Maréchal de France. Gilles de Rais a alors atteint l'apogée de sa gloire.

Mais Gilles se montre particulièrement dispendieux et a tôt fait de se retrouver dans une situation financière inextricable. Ruiné, il commence par hypothéquer ses biens fonciers et se retire dans ses châteaux de Machecoul (Loire-Atlantique), Champtocé (Maine-et-Loire), Pouzauges (Vendée) et Tiffauges. Là, il s'adonne à l'alchimie et tente de pactiser avec le diable. Dans le cadre de ces activités sulfureuses, il sacrifie " cent quarante enfants, ou plus, filles et garçons, de traîtreuse, cruelle et inhumaine façon. " Arrêté à Machecoul sur ordre du duc de Bretagne le 15 septembre 1440, il est vite jugé pour ses crimes à Nantes, et exécuté le 26 octobre 1440. La tradition populaire a assimilé ce personnage hors norme au célèbre Barbe Bleue du conte de Perrault.

Après la mort de Gilles, Catherine de Thouars épouse Jean de Vendôme, vidame (officier chargé de l'administration de biens séculiers de l'Eglise) de Chartres. La place reste dans ce lignage jusqu'en 1596. Richelieu, pour le compte de Louis XIII, ordonne son démantèlement en 1626.

Description, le château :

L'enceinte ovale renforcée de nombreuses tours cylindriques et hémicylindriques, enserre un vaste promontoire rocheux toisant la vallée de la Sèvre Nantaise et de l'un de ses affluents, la Crume. Une motte, aujourd'hui disparue, constituait le château originel. Du côté de l'attaque trône un beau donjon quadrangulaire à contreforts hémicylindriques, daté du XIIe siècle. Le cousinage avec le donjon proche de Pouzauges est patent. Il contrôle l'accès principal à la place, ménagé dans une tour-porte. L'ensemble fut complété d'une assez vaste barbacane et d'une chemise pour le donjon, sans doute au XVe siècle.

Dans la cour se dressait autrefois une chapelle, aujourd'hui détruite, dont seule subsiste une étroite crypte de la fin du XIe siècle ou du début du XIIe siècle. La partie la mieux préservée du site est le massif nord, composé de la tour ronde et de la tour du Vidame reliées par une courtine. Très massive, la tour du Vidame possède une belle couronne de mâchicoulis provençaux (fines consoles allongées).

Conservatoire des machines de guerre :

Reconstitutions d'engins de siège médiévaux par la société Armédiéval, à l'initiative de M. Renaux Beffeyte. Des démonstrations de tir sont effectuées. On notera la présence d'un grand trébuchet, d'un beffroi, d'un couillard et d'un mangonneau, entre autres.




précédente - suivante