Monuments :
Antiquité
Moyen âge

Chateaux
Edifices religieux
Visites 3D

XVI-XVIIIe siècle
Recherche d'un site :


Un monument au hasard :
Château de St Germain en Laye

Modélisme et
impression 3d :
Richesheures
et moi :
Lettre d'information
Abonnement
Diaporamas
Acteurs du patrimoine
Livres anciens

Riches Heures sur les réseaux sociaux :
Partager cette page :

Le fil des nouveautés :





Donjon de Loudun, XIe siècle.


Textes et photos ©

1 - La Tour Carrée

Contrairement à ce que laisse penser son nom, les côtés de cet édifice remarquable ne sont pas égaux : 9,52 m × 8,55 m × 9,10 m × 8,70 m. Les faces orientales et occidentales possèdent trois contreforts plats ; les faces sud et nord, quatre. Une porte légèrement cintrée à arcs doublés s'ouvre au nord entre deux contreforts à environ quatre mètres du niveau du sol. A l'inverse de nombre de grandes tours quadrangulaires contemporaines ( Domfront, Loches, Arques-la-Bataille, Falaise…) la tour de Loudun n'eu jamais de vocation résidentielle. Trop exiguë, elle ne constituait qu'un solide point d'observation. Elevée de 30 mètres et perchée sur une imposante éminence naturelle, la vue imprenable que l'on admire depuis son faîte est à couper le souffle et explique à elle seule sa fonction. L'espace intérieur de 5,50 m sur 5 m se décomposait primitivement en quatre niveaux séparés par trois planchers. Le sommet possédait une voûte de pierre formant terrasse extérieure. De très étroites fenêtres apportaient un peu de lumière aux étages supérieurs. L'emmarchement d'un escalier de pierre est encore visible en haut du mur intérieur nord.

2 - La Tour philippienne

Nommée Tour Imprenable ou Grand Donjon, elle mesurait 30 m de haut, possédait un diamètre de 17,30 m et des murailles épaisses de 5,70 m. Elle est conservée sur environ un mètre de hauteur.

3 - La porte du Martray

Cette seule porte subsistante de l'enceinte urbaine est enserrée entre deux tours en forme de fer à cheval. Elles sont percées de plusieurs archères. Un rail de herse est toujours apparent. La porte fut dotée à la fin du XIVe siècle ou au début du XVe siècle d'un pont-levis à flèches, comme en témoignent la présence de deux fentes verticales sur la façade.




précédente - suivante