Monuments :
Antiquité
Moyen âge

Chateaux
Edifices religieux
Visites 3D

XVI-XVIIIe siècle
Recherche d'un site :


Un monument au hasard :
Montmorin

Modélisme et
impression 3d :
Richesheures
et moi :
Lettre d'information
Abonnement
Diaporamas
Acteurs du patrimoine
Livres anciens

Riches Heures sur les réseaux sociaux :
Partager cette page :

Le fil des nouveautés :





Château de Montreuil-Bonnin, XIIe, XIIIe siècle.


Textes et photos ©

Le château, bâti en limite de plateau, se présente sous la forme d'un rectangle allongé (100 m x 50 m environ) flanqué à chaque angle de tours circulaires (de 5 à 6,50 m de diamètre). Son front nord porte le châtelet d'entrée et le front sud, les logis. Celui du sud-est est dominé par l'imposant donjon circulaire. Au devant de ce dernier, une cinquième tour renforce l'enceinte.

Les tours d'angles :
celle du sud-ouest semble être une extension du logis la jouxtant ; celle du sud-est, à deux niveaux, conserve une poterne donnant sur les fossés ; on peut remarquer sur celle du nord-ouest son talus à ressaut marquant sa base ; celle de l'angle nord-est est dotée en partie basse de canonnières rectangulaires.

Le châtelet d'entrée :
l'entrée principale du château s'ouvre au milieu du front nord dans un châtelet de plan rectangulaire (12,70 m x 8,40 m) renforcé par deux tourelles semi-cylindriques pleines. Il se compose d'un rez-de-chaussée avec portes charretière et piétonnière, de deux étages planchéiés et d'une terrasse sommitale. L'entrée est protégée par un pont-levis à flèches, une herse, trois assommoirs et deux archères, chacune logée dans un réduit placé de part et d'autre du passage. Sur les courtines, de chaque côté du châtelet, des archères (deux à l'ouest et six à l'est) complètent le dispositif défensif de l'entrée.
Ce châtelet a fait l'objet de deux campagnes de construction. Sur celui d'origine, les bâtisseurs ont plaqué, à la fin du Moyen Age, la façade actuelle.

Le donjon :
la grosse tour ronde (13,70 m de diamètre) est conservée sur toute sa hauteur. Elle possédait plusieurs étages planchéiés, le dernier étant voûté sur croisée d'ogives à six branches (coupole aujourd'hui effondrée). L'entrée principale se trouvait au troisième niveau à 5,60 m de hauteur. Une seconde ouverture en vis à vis (vers la campagne) servait soit de porte secondaire, soit de latrines. Les deux derniers étages étaient chauffés par une cheminée (XIVe siècle ?). Des fentes de jour ou des petites fenêtres rectangulaires éclairaient faiblement ces étages.

Les logis :
Plusieurs logis s'adossent sur la courtine sud. Le logis en L du XVe siècle (remanié aux XVIIe et XIXe siècles) est bâti sur des vestiges plus anciens, une porte romane y est conservée à sa base. Le logis ancien (daté généralement du XIIIe siècle) est remarquable par ses trois belles fenêtres -baies géminées sous archivolte en tiers point reposant sur des chapiteaux sculptés- reliées entre elles par un cordon décoratif horizontal. Une seule a conservé sa colonnette centrale à chapiteau à feuillage. Marie-Pierre Baudry date ces ouvertures de la fin du XIIe ou du début du XIIIe siècle.




précédente - suivante