Monuments :
Antiquité
Moyen âge

Chateaux
Edifices religieux
Visites 3D

XVI-XVIIIe siècle
Recherche d'un site :


Un monument au hasard :
Abbaye de Fontaine-Guérard

Modélisme et
impression 3d :
Richesheures
et moi :
Lettre d'information
Abonnement
Diaporamas
Acteurs du patrimoine
Livres anciens

Riches Heures sur les réseaux sociaux :
Partager cette page :

Le fil des nouveautés :





Donjon de Château-Chervix, XIIe siècle.


Il ne reste plus aujourd'hui du château que la tour maîtresse, mais une description de 1502 mentionne une "viehe sale anciene". Vers 1789, on évoque les "masures" du château et son "fossé". En 1860, subsistaient, au sud et à l'est de la tour, des portions d'enceinte d'une hauteur de plus de 10 m.

Cette tour de plan rectangulaire (12,90 m x 9 m) possède encore ses quatre murs sur une hauteur d'environ 30 m. Ils sont renforcés par des contreforts plats se terminant par de grandes arcatures aveugles. Le mur oriental en est cependant dépourvu. La tour se compose de quatre niveaux. Un bandeau, ceinturant le donjon, matérialise le sol du premier et du dernier étage.

Le premier niveau (cave à provision) est totalement aveugle. Selon un agencement courant à l'époque romane, on trouve au second niveau (à 7 mètres de hauteur), sur la face sud, la porte d'entrée en arc brisé. Deux fentes de jour (faces ouest et est) éclairent faiblement cet étage.

Le troisième niveau compose l'espace résidentiel. La face nord possède deux belles fenêtres géminées plein-cintre avec leurs colonnettes. Des trous de boulins surmontés d'une porte, sur les trois autres faces, permettent de penser que des balcons/hourds/latrines étaient installés. Sur la face sud, la porte de cet étage est surmontée d'une fente de jour ou d'une archère.

Le quatrième niveau correspond au couronnement et à l'accès au chemin de ronde. Au sommet de la face sud, quelques consoles témoignent de l'existence d'une bretèche ou de mâchicoulis.

André Chatelain et Jean Mesqui datent cette tour du début du XIIe siècle. Christian Rémy (spécialiste du Limousin) situe sa construction dans une fourchette allant de la fin du XIIe siècle (v. 1174) au milieu du XIIIe siècle (1263). Il base sa théorie sur le fait que l'archaïsme "présumé" de la tour (absence de cheminée, d'escaliers en pierre, de coussièges) est trompeur. Il faudra en effet attendre la seconde moitié du XIIIe siècle pour voir apparaître ces détails architecturaux dans la vicomté de Limoges.




précédente - suivante